AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Petit manuel pour comprendre le Proche-Orient (CICAD)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
James B. Lewis
NRA Chairman
avatar

Masculin Nombre de messages : 2051
Localisation : Austin/NY
Admirez-vous des politiciens ? : Nathan Sharansky.
Date d'inscription : 29/04/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 29 novembre 1967. 41 ans
Religion: Protestante
Origine: NY /Austin (TX)

MessageSujet: Petit manuel pour comprendre le Proche-Orient (CICAD)   Jeu 5 Juin - 3:41

PROCHE-ORIENT :

Petit manuel pour comprendre


(CICAD)






1. Les liens entre les Juifs et la Terre d’Israël avant 1948


«Eretz Israël est le lieu où naquit le peuple juif. C’est là que se forma son caractère spirituel, religieux et national. C’est là qu’il réalisa son indépendance, créa une culture d’une portée à la fois nationale et universelle et fit don de la Bible au monde entier.» 1

La présence des Juifs en Terre d’Israël est attestée dès le XIIe siècle avant notre ère. La fondation de la royauté remonte à -1020, avec le règne de Saül. En -932, un schisme se produit entre les royaumes d’Israël et de Juda. Israël est conquis en -721 par les Assyriens, et Juda en -587, par les Babyloniens. Le roi Nabuchodonosor ordonne alors la destruction du Temple de Jérusalem et la déportation des Juifs en Babylonie (premier exil). Une partie des Juifs revient sur sa terre en -539 et reconstruit le Temple, mais ne parvient pas à restaurer une domination juive sur cette terre, qui sera successivement administrée par les Perses, les Grecs, puis les Romains. Ce sont ces derniers qui, sous le commandement du général Titus, détruiront le deuxième Temple, en 70, et provoqueront le deuxième exil, après avoir maté la révolte dirigée par Bar Kochba, en 135.

A partir de ce moment, la majorité des Juifs va se retrouver dispersée en dehors d’Israël (dias­pora); une présence juive sera néanmoins maintenue sur cette terre, de manière ininterrompue, et d’importantes communautés vont même être fondées à Jérusalem et Safed, par exemple. Cette contrée subira encore plusieurs invasions étrangères (Byzantins, au IVe siècle, Arabes, au VIIe, Croisés, au XIe, puis Mamelouks, au XIIIe, et enfin, Ottomans, au XVIe), durant lesquelles les Juifs maintiendront, tant bien que mal, leurs communautés et leur mode de vie.

Au XIXe siècle, sous la double influence des thèses sionistes et de la montée de l’antisémitisme, un grand nombre de Juifs européens émigrent vers la Terre d’Israël dans le but d’y fonder un Etat.

Ce n’est cependant qu’au milieu du XXe siècle, alors que ce territoire se trouve sous mandat britannique, que cet espoir pourra se concrétiser.



2. Le sionisme

Définition

Bien que le terme "sionisme" désigne en réalité plusieurs idéologies et sensibilités diffé­rentes (religieuse, laïque, de gauche, de droite, etc.), il est possible d’identifier un certain nombre de caractéristiques communes à ces différentes idéologies. Le sionisme peut ainsi se définir comme «le mouvement de libération nationale du peuple juif» 2, dont le but est de «donner un Etat au peuple juif dispersé de la Diaspora» 3.

Le terme "sionisme" a été créé en 1890 par l’intellectuel Nathan Birnbaum 4, l’un des premiers penseurs sionistes, et fait directement référence au Mont Sion, symbole de Jérusalem et de la Terre d’Israël.



Une forme de colonialisme ?

C’est l’un des arguments majeurs des adversaires du sionisme, qui décrivent Israël comme l’un des derniers Etats coloniaux au monde.

Qu’est-ce que le colonialisme ? Une «doctrine qui vise à légitimer l’occupation d’un territoire ou d’un Etat, sa domination politique et son exploitation économique par un Etat étranger» 5. L’installation des Juifs en Terre d’Israël ne répond pas à cette définition puisque:

elle n’a pas été organisée par un Etat, mais par un mouvement de libération nationale, dans le but, justement, de construire un Etat.
Les Juifs n’étaient pas étrangers à cette terre.

Une forme de racisme, ou d’apartheid ?

Le 10 novembre 1975, l’Assemblée générale des Nations Unies votait une résolution assimi­lant le sionisme à une «forme de racisme» 6. Cette résolution «s’inscrivait dans le cadre d’une campagne anti-israélienne menée par l’URSS et les pays arabes, à l’époque de la guerre froide. Presque tous les pays non arabes qui soutenaient la résolution ont formulé des excuses et ont modifié leur position. Quand l’Assemblée Générale a décidé, en 1991, d’annuler la résolution7, seuls quelques états arabes et musulmans, ainsi que Cuba, la Corée du Nord et le Vietnam, s’y sont opposés» 8.

Le racisme est une «idéologie fondée sur la croyance qu’il existe une hiérarchie entre les grou­pes humains, les "races"» 9. Or, il n’est nulle part fait mention, dans les écrits sionistes, d’une quelconque supériorité des Juifs sur les Arabes ou sur n’importe quels autres êtres humains; le concept de «race juive» est d’ailleurs complètement étranger à la pensée juive et renvoie plutôt à l’idéologie nazie, selon laquelle les Juifs sont une «race inférieure».

Les adversaires du sionisme utilisent également un autre terme, qui fait référence à une idéologie raciste: «apartheid». Ce mot désigne «la politique de ségrégation raciale mise en place dans la République sud-africaine en mai 1948» 10 ; cette politique impliquait notamment la création de ghettos et faisait de la population noire une population de seconde catégorie. La situation qui prévaut en Israël n’a aucun rapport avec cette politique puisque les citoyens arabes d’Israël, estimés à près d’un million, ont les mêmes droits que leurs concitoyens juifs, à cette exception près qu’ils ne font pas de service militaire. Un certain nombre de députés arabes siègent d’ailleurs à la Knesset (le Parlement israélien).



3. La création d’Israël


Une réparation pour la Shoah ?

L’argument selon lequel la création d’Israël servirait de «dédommagement» pour les souf­frances subies par les Juifs lors de la Seconde Guerre mondiale est non seulement faux, mais également dangereux.

Il est faux, car il donne l’impression que les rescapés de la Shoah auraient, en quelque sorte, débarqué un beau matin sur ce territoire, occupant ainsi un espace déjà habité par une autre population, et ce sans aucune légitimité ni aucun lien avec ce territoire. Or, comme nous l’avons vu, les Juifs étaient présents sur cette terre depuis des siècles et la revendication d’un Etat pour le peuple juif date de bien avant la Shoah.

Il est dangereux, dès lors qu’on le met en parallèle avec les théories négationnistes, qui ont de plus en plus de succès dans le monde arabo-musulman : en effet, si la seule légitimité d’Israël est la Shoah, et si l’on nie l’existence de la Shoah, alors, Israël n’a plus aucune légitimité.



Légitimité internationale d’Israël

En 1917, le gouvernement britannique publie la déclaration suivante, connue sous le nom de Déclaration Balfour 11 : «Le Gouvernement de Sa Majesté envisage avec faveur la création, en Pa­lestine, d’un foyer national pour le peuple juif, et fera de son mieux pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant bien entendu que rien ne doit porter préjudice aux droits civils et religieux des communautés non juives qui vivent actuellement en Palestine, ou aux droits et au statut politique dont bénéficient les Juifs dans tout autre pays.» 12

Suite à la publication de cette déclaration, la Société des Nations confie à la Grande-Bretagne
un mandat devant lui permettre de mener à bien les objectifs contenus dans la déclaration. «Ce mandat se référait spécifiquement aux “rapports historiques du peuple juif avec la Palestine” et à la validité morale de «la reconstitution de leur foyer national dans ce pays». [...] Le mandat a été formellement accepté par les gouvernements de 52 Etats membres de la Société des Nations le 24 juillet 1922.» 13

Le 29 novembre 1947, l’Assemblée générale des Nations Unies votait en faveur d’un plan de partage de la Palestine mandataire en deux Etats: l’un juif et l’autre arabe14. Ce plan, accepté par les Juifs mais rejeté par les Arabes, signifiait implicitement une reconnaissance de la légiti­mité des revendications juives sur la Terre d’Israël. Le refus des Arabes de ce plan de partage s’est manifesté par le déclenchement de la guerre.

Cette reconnaissance internationale est devenue explicite et sans équivoque, deux ans plus tard, lors de l’admission du tout jeune Etat d’Israël au sein des Nations Unies15.



4. Les Palestiniens


Qu’est-ce que la Palestine ?

Le terme «Palestine» trouverait son origine dans le nom des Philistins, un peuple aujourd’hui disparu qui vivait le long de la côte méditerranéenne, aux frontières du royaume d’Israël, au XIIe siècle avant notre ère. En l’an 135 de notre ère, après que les Romains eurent écrasé la révolte des Juifs, ils rebaptisèrent la Judée «Syria Palaestina» dans le but de «mini­miser l’identification des Juifs avec la terre d’Israël» 16. Puis, au IVe siècle, le terme «Palestine» sera utilisé pour définir un territoire bien plus grand que celui occupé aujourd’hui par Israël et les territoires palestiniens ; ce territoire sera divisé administrativement en trois entités, répondant au nom de Palaestina Prima, Secunda et Tertia. Les Arabes conquièrent ensuite le Proche-Orient et donnent le nom de Filastin (Palestine en Arabe) au territoire s’étendant du Sinaï à Akko (St. Jean d’Acre). Le terme «Palestine» cessera d’être utilisé à l’époque des Croisés, pour être réhabilité après la défaite de ces derniers, au XIVe siècle. Sous l’Empire ottoman, le terme «Palestine» ne sera plus une dénomination officielle mais continuera d’être utilisé par la population locale. Enfin, à l’époque de la colonisation anglaise, l’usage sera de parler de «Palestine sous mandat britannique». En 1947, le Plan de Partage voté par l’ONU soutiendra d’ailleurs la création d’un «Etat juif» et d’un «Etat arabe», sans parler d’«Etat palestinien» 17.

En résumé, selon Emmanuel Navon, professeur de relations internationales à l’Université de Tel-Aviv 18: «la Palestine n’a jamais constitué un pays, et le concept même de Palestine n’existait pas dans l’Empire ottoman. Comme l’explique Bernard Lewis, le spécialiste du Proche-Orient: "Depuis la destruction de l’Etat juif dans l’Antiquité et jusqu’au Mandat britannique, le territoire connu sous le nom de “Palestine” n’avait pas de frontières... Cette région englobait des subdi­visions administratives changeantes”19. La Syrie fut en 1887 divisée en deux vilayets: Beyrouth et Damas, et les sandjaks d’Acre et Naplouse rattachés à Beyrouth, celui de Jérusalem étant indépendant. Point de Palestine, donc, dans l’Empire ottoman, que ce soit au plan physique, administratif ou linguistique. Le mot même de Palestine n’était pas usité chez les Turcs et les Arabes. Ce furent les Britanniques qui “ressuscitèrent” la Palestina romaine. Il n’y avait ni Etat ni peuple palestinien. Comme le reconnut d’ailleurs le rapport Peel de 1937, qui n’était pourtant en rien favorable aux Juifs: “Durant les douze siècles qui se sont écoulés depuis l’invasion arabe, le pays a quasiment disparu de la scène historique (...) Il est resté en dehors de l’Histoire tant sur le plan économique que politique. Même sur le plan culturel et scientifique, sa contribution à la civilisation est nulle20.»

Peuple palestinien: histoire et légitimité

Contrairement à une idée largement répandue, les Palestiniens d’aujourd’hui ne sont pas les descendants des Philistins. Il s’agit, pour la plupart, de descendants des populations arabes et musulmanes venues s’installer sur ce territoire à l’époque de l’Empire ottoman (à partir du XVIe siècle). La population palestinienne actuelle est, dans sa grande majorité, musulmane sunnite, mais comprend également une importante minorité chrétienne, ainsi qu’une petite communauté samaritaine.

Si des mouvements nationalistes voient le jour chez les Arabes de Palestine, depuis le début du XXe siècle, il s’agit la plupart du temps d’un nationalisme panarabe et non pas spécifiquement palestinien. La Charte nationale palestinienne de 1964 21 déclare à ce propos, dans son article 1er, que «la Palestine est une terre arabe unie par des liens nationaux étroits aux autres pays arabes. Ensemble, ils forment la grande nation arabe» ; la Charte ne parle d’ailleurs pas de «peuple pa­lestinien», mais du «peuple arabe de Palestine» (art. 3). Il faudra attendre quatre ans pour que la notion de «peuple palestinien» fasse son entrée dans la deuxième Charte nationale palestinienne de 1968 22.



La politique arabe du IIIe Reich

Le concept d’une alliance entre Arabes et nazis peut sembler étrange, voire paradoxal. Pourtant, c’est bien la même haine des Juifs qui a poussé Amin al-Husseini, Grand Mufti de Jéru­salem, à se rendre à Berlin, en novembre 1941, pour rencontrer un certain nombre de dirigeants nazis, dont Adolf Hitler. Le but de cette rencontre était d’amener les nazis à soutenir la cause des Arabes de Palestine, au nom de leur «combat» commun contre les Juifs. Hitler répondit po­sitivement à cette demande en assurant au Mufti que «l’Allemagne fournirait une aide concrète et pratique aux Arabes impliqués dans le même combat» 23. La reconnaissance d’Al-Husseini pour cette aide se manifestera par la création de «deux brigades SS musulmanes en Bosnie, appelant à l’extermination des Juifs du Yishouv» 24. Inculpé en 1945 pour son rôle dans le mas­sacre des Juifs de Croatie et de Hongrie, il s’évadera un an plus tard et continuera son «combat» antisémite, depuis l’Egypte et le Liban, jusqu’à sa mort, en 1974.



Terrorisme ou résistance des Palestiniens ?

Le terrorisme se définit comme l’«ensemble des actes de violence (attentats, prises d’otages, etc.) commis par une organisation pour créer un climat d’insécurité, exercer un chantage sur un gouvernement ou satisfaire une haine à l’égard d’une communauté, d’un pays, d’un système» 25. La résistance, quant à elle, désigne l’action d’une «personne qui s’oppose à une occupation ennemie» 26.

A première vue, les actions des groupes palestiniens tels que le Hamas, le Djihad islamique et les groupes issus du Fatah, semblent donc s’apparenter à de la résistance puisqu’elles sont dirigées, d’après leurs auteurs, contre l’occupation israélienne. Néanmoins, si l’on y regarde de plus près, force est d’admettre que ces actions doivent être qualifiées de terroristes, pour les raisons suivantes:

la majorité d’entre elles visent, intentionnellement, des civils;
leur but n’est pas uniquement de lutter contre l’occupation israélienne, mais bien de terrori­ser la population israélienne;
elles ne sont pas limitées au territoire considéré sous occupation, comme le seraient des actions de résistance, mais frappent également des villes qui ne sont pas, officiellement du moins, revendiquées par les Palestiniens (Jérusalem-ouest, Tel-Aviv, Haïfa, Sderot, Ashke­lon, etc.).

La suite ici

http://www.upjf.org/actualitees-upjf/article-14300-116-2-petit-manuel-comprendre-proche-orient-cicad.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georges D. Nightmare

avatar

Masculin Nombre de messages : 1098
Admirez-vous des politiciens ? : non
Date d'inscription : 21/05/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 1 007 000 $
Religion: 0 $
Origine: 1 007 000 $

MessageSujet: Re: Petit manuel pour comprendre le Proche-Orient (CICAD)   Jeu 5 Juin - 15:07

Sans préjuger des droits de tel ou tel peuple à une terre ou à une autre, il n'y a aucune raison d'excuser l'attitude barbare de l'état Israelien envers gaza. Israel se met tout simplement au meme niveau que ceux qui assassinait le peuple juif il y a une soixantaine d'année et celà avec la complicité des Américains et celle des Européens.

Freedom Rider: Slow Death in Gaza

By BAR editor and senior columnist Margaret Kimberley

Each American claim to moral authority becomes a foul excretion in light of U.S. complicity in Israel's barbaric and illegal treatment of the Palestinians. Washington deploys its superpower apparatus to smother dissent against its Middle East policy in Europe and elsewhere, leaving former president Jimmy Carter and Nobel laureate Desmond Tutu as lonely defenders of Palestinian human rights. No change in American policy is on the horizon, as "the rot in America goes beyond this administration, and so does the rot in Israel." The "abomination," as Desmond Tutu describes it, against 1.6 million people in Palestine shows the hypocrisy of American and Israeli pretenses to civilization.

Freedom Rider: Slow Death in Gaza

By BAR editor and senior columnist Margaret Kimberley

"The Europeans seem to be quite satisfied acting as America's puppet states."
04/06/08 "Black Agenda Report" -- - How would the civilized world react if 1.6 million people were kept imprisoned, denied access to food, clean water, sanitation facilities and electricity? If those people were also prevented from fleeing their oppression, would Americans and Europeans speak out in protest?

If those aforesaid people lived in Gaza, and were oppressed by Israel, then the civilized world would say and do absolutely nothing. Israel is the Untied States' number one client state, and fear of American power has silenced everyone on earth who has the power to stop this atrocity.

While Tibet and Darfur are the subjects of selective cause celebre condemnation, there are almost no voices raised publicly on behalf of Palestinians, who live in danger of indiscriminate shelling and gunfire, whose homes are destroyed by Israeli tanks, and who are literally denied an exit from their hellish existence. While they suffer, Israel continues to build settlements on what is rightfully Palestinian land.

It is not surprising that Washington takes no action against Israel, but silence from the rest of the world community is the most shocking aspect of this continued violation of human rights. Former president Jimmy Carter and Nobel peace prize laureate Desmond Tutu are alone among world leaders who openly condemn the Israeli government and the complicit silence from other nations.

Gaza's woes began in 2006 when its people voted for a government headed by Hamas, the Palestinian group that Israel and the U.S. didn't like. The United States then demanded a blockade of Gaza and the rest of the so-called Quartet (European Union, Russia, the United Nations) went along. Carter has revealed the ugly truth about this decision."The Quartet's final document had been drafted in Washington in advance, and not a line was changed."

"Former president Jimmy Carter and Nobel peace prize laureate Desmond Tutu are alone among world leaders who openly condemn the Israeli government."

Carter called the blockade that has imprisoned more than 1 million people a "human rights crime." He has called on the other Quartet members to break with the United States and end the blockade and he has tried in vain to encourage the Europeans to oppose American policy. "Why not? They're not our vassals. They occupy an equal position with the U.S." Apparently Carter has given Europeans more credit than they give themselves. They seem to be quite satisfied acting as America's puppet states.

Archbishop Desmond Tutu has joined Carter in calling for international action to end Gaza's suffering. He recently led a United Nations Human Rights Council delegation to Gaza specifically to investigate the 2006 killings of 19 members of a Palestinian family whose homes were destroyed by Israeli rocket fire in the town of Beit Hanoun.

The Israeli government made no pretense of showing Tutu the respect that he receives everywhere else on earth. The government refused to grant him and the other members of his party entry into Israel, and they were forced to enter Gaza through Egypt. Tutu's conclusions about the situation in Gaza were inescapable and obvious. Yet the words may seem odd to American ears, who never hear a discouraging word about their government or Israel's.

"This is not something you want to wish on your worst enemy," said Tutu. He called the situation in Gaza "abominable" and condemned the "silent complicity" of the world community. He called the killings at Beit Hanoun a "massacre" and in a diplomatic understatement said that Israel's explanations of the killings "fell short of accountability."

"Gazans have nothing to look forward to except more suffering."

The situation in Gaza is of course a result of America's support of Israel. In the past that support was at least tacitly criticized by the world community, but now shows signs of being accepted in much the same way that all of America's aggression has become accepted.

America is feared like a bully on the playground and European nations have decided to be quiet and let Bush have his way. Jimmy Carter said they should not be "supine" but they are, and so they acquiesce, living in denial and inertia while running out the clock until January 2009 in hopes of getting a better deal.

They won't. The rot in America goes beyond this administration, and so does the rot in Israel. Prime Minister Ehud Olmert may be forced to resign because he has been caught taking bribes from a rich American. United States foreign policy will not change with a new administration. Only Jimmy Carter and Desmond Tutu will have anything to say about the crime being committed in Gaza, but neither of them are in power, so their words won't matter at all. Gazans have nothing to look forward to except more suffering, more Beit Hanouns and more silence from the rest of the world.

Margaret Kimberley's Freedom Rider column appears weekly in BAR. Ms. Kimberley lives in New York City, and can be reached via e-Mail at Margaret.Kimberley(at)BlackAgandaReport.Com. Ms. Kimberley maintains an edifying and frequently updated blog at freedomrider.blogspot.com. More of her work is also available at her Black Agenda Report archive page.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James B. Lewis
NRA Chairman
avatar

Masculin Nombre de messages : 2051
Localisation : Austin/NY
Admirez-vous des politiciens ? : Nathan Sharansky.
Date d'inscription : 29/04/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 29 novembre 1967. 41 ans
Religion: Protestante
Origine: NY /Austin (TX)

MessageSujet: Re: Petit manuel pour comprendre le Proche-Orient (CICAD)   Jeu 5 Juin - 17:18

Voici une partie de la suite de l'article pour eclairer certaines choses .
Plus spécifiquement, le Centre européen de surveillance du racisme et de la xénophobie (Euro­pean Monitoring Center on Racism and Xenophobia, EUMC) a établi une définition de travail de l’antisémitisme, dont une partie est consacrée à la critique d’Israël :

« [...] Des exemples de la manière dont l’antisémitisme se manifeste en rapport avec l’Etat d’Is­raël [...] pourraient inclure:
-Le fait de nier au peuple juif son droit à l’autodétermination.
-Le fait d’appliquer un double standard en réclamant [d’Israël] un comportement qui n’est exigé ou attendu d’aucune autre nation démocratique.
-Le fait d’utiliser les symboles et images associés à l’antisémitisme classique (p.ex l’affir­mation que les Juifs ont tué Jésus,accusations de meurtre rituel) pour caractériser Israël ou les Israéliens.
-Le fait d’établir des comparaisons entre la politique israélienne et celle des nazis.
-Le fait de tenir les Juifs pour collectivement responsables des actions de l’Etat d’Israël.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georges D. Nightmare

avatar

Masculin Nombre de messages : 1098
Admirez-vous des politiciens ? : non
Date d'inscription : 21/05/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 1 007 000 $
Religion: 0 $
Origine: 1 007 000 $

MessageSujet: Re: Petit manuel pour comprendre le Proche-Orient (CICAD)   Jeu 5 Juin - 17:40

Oui l'antisémitisme est un mot très galvaudé et mis à toutes les sauces.
Quand on enferme un peuple, quand on l'affame, que l'on coupe son électricité, que l'on commet des crimes de guerre comme à Beit Hanoun, que l'on détruit ses maisons et que l'on continue à construire des colonies en dépit des lois internationales c'est en effet comparable a certaines exactions des nazis n'en déplaise à tous ceux qui sont toujours prompts à accuser tout le monde d'antisémitisme.
Tout ça ressemble fort à une volonté délibérée de se débarrasser du peuple Palestinien d'une façon ou d'une autre
Quand ce sont les Américains qui font ça, je pointe le doigt de la meme façon, et si c'était les Francais qui le faisaient (ils ne s'en sont pas privés d'ailleurs), je le dénoncerai tout pareil, pour autant suis je anti francais ou anti américain ? pas du tout
Alors votre façon de contrer toute critique en la taxant d'antisémitisme ça prend pas avec moi, surtout que de nous deux c'est vous l'extremiste et pas moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James B. Lewis
NRA Chairman
avatar

Masculin Nombre de messages : 2051
Localisation : Austin/NY
Admirez-vous des politiciens ? : Nathan Sharansky.
Date d'inscription : 29/04/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 29 novembre 1967. 41 ans
Religion: Protestante
Origine: NY /Austin (TX)

MessageSujet: Re: Petit manuel pour comprendre le Proche-Orient (CICAD)   Jeu 5 Juin - 18:53

La plus part du temps je ne fais meme plus attention à ce que tu ecris. Mais pas cette fois ci, comparer les Juifs aux Nazis, c'est innacceptable, on ne devrait pas laisser passer ça, j'ignore ce qu'en pense les autres ...

Sinon un certain Georges Thompson nous a quitté pour beaucoup moin que ça .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Josh McGarry
Governor of New Hampshire State and 2008 Democrat candidate
avatar

Masculin Nombre de messages : 1017
Age : 64
Localisation : Concord (NH)
Admirez-vous des politiciens ? : DSK,Gordon Brown,Tony Blair,Bill Clinton,Al Gore,Romano Prodi
Date d'inscription : 05/05/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 5 000 $
Religion:
Origine: 3 512 440 $

MessageSujet: Re: Petit manuel pour comprendre le Proche-Orient (CICAD)   Ven 6 Juin - 0:47

Citation :
La plus part du temps je ne fais meme plus attention à ce que tu ecris. Mais pas cette fois ci, comparer les Juifs aux Nazis, c'est innacceptable, on ne devrait pas laisser passer ça, j'ignore ce qu'en pense les autres ...

Totalement inacceptable en effet.On a tout à fait le droit de critiquer la politique israelienne sans tomber dans de telles comparaisons odieuses.

Soyons clairs: vu la difference de puissance entre Israel et les palestiniens..si Tsahal avait les memes methodes que les nazis, il ne resterait plus un seul palestinien en vie sur tout le territoire.

Le nombre de victimes palestiniennes ET israeliennes est un drame terrible..il n'est pas question de le nier.Cela dit, j'ai du mal à comprendre pourquoi ce conflit, + qu'un autre, dechaine autant les passions alors que proportionnellement, il y'a parfois + de morts au Darfour en une seule journée qu'en plusieurs années dans le conflit israelo palestinien.

Quand aux comparaisons avec le genocide nazi, elles laissent sans voix.Je trouve dangereux de relativiser ainsi la + grande tragedie de l'histoire de l'humanité et de venir stigmatiser le peuple juif, qui a connu ces atrocités .

_________________
Josh McGarry

5/6/1953

Concord NH

NH Governor and Democratic presidential candidate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georges D. Nightmare

avatar

Masculin Nombre de messages : 1098
Admirez-vous des politiciens ? : non
Date d'inscription : 21/05/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 1 007 000 $
Religion: 0 $
Origine: 1 007 000 $

MessageSujet: Re: Petit manuel pour comprendre le Proche-Orient (CICAD)   Ven 6 Juin - 11:53

Soyons clairs : je n'ai pas du tout comparé cette situation avec le génocide nazi.
J'ai dit que certaines activités Israeliennes sont comparables à certaines exactions nazis. Ce qui est vrai. ces activités sont d'ailleurs également comparables aux exactions de la plupart des forces d'occupation que ce soit la france en algérie, les USA en Irak, etc.. etc...
Je me rends bien compte qu'il y a un gouffre entre les activités Israeliennes et la volonté délibéré de génocide des allemands.
Il n'empeche que je pense que cette façon de faire des Israeliens n'est pas destinée à trouver la paix, ni a empecher le terrorisme, ni a trouver une quelconque solution acceptable par les 2 parties mais bel et bien à se débarrasser au fur et à mesure du peuple palestinien en rendant leurs conditions d'existence impossible.

Ca s'apparente à du nettoyage ethnique. Voilà c'est un avis personnel. Qui n'a rien a voir avec de l'antisémitisme, car pour etre tout à fait honnete je ne fais aucune discrimination sur la religion, ni l'origine, pour tout dire je m'en tamponne, étant moi meme athée et donc bien loin de toutes ces considérations religieuses (pour moi musulman, juif ou catho c'est kif-kif)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James B. Lewis
NRA Chairman
avatar

Masculin Nombre de messages : 2051
Localisation : Austin/NY
Admirez-vous des politiciens ? : Nathan Sharansky.
Date d'inscription : 29/04/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 29 novembre 1967. 41 ans
Religion: Protestante
Origine: NY /Austin (TX)

MessageSujet: Re: Petit manuel pour comprendre le Proche-Orient (CICAD)   Ven 6 Juin - 16:30

Et ce n'est pas un derapage

GDN: L'auteur a raison quand il dit que "le sionisme c'est « le sol et le sang ». À l'égal du nazisme, c'est une idéologie raciste."

http://usa2008.forumpro.fr/moyen-orient-et-proche-orient-f66/et-si-la-creation-de-l-etat-d-israel-avait-ete-une-erreur-t741.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georges D. Nightmare

avatar

Masculin Nombre de messages : 1098
Admirez-vous des politiciens ? : non
Date d'inscription : 21/05/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 1 007 000 $
Religion: 0 $
Origine: 1 007 000 $

MessageSujet: Re: Petit manuel pour comprendre le Proche-Orient (CICAD)   Ven 6 Juin - 20:08

Non c'est pas un dérapage : fonder un état sur la base de la religion et discréminer les gens sur cette meme base, avec des citoyens de premier choix et des citoyens "bas de gamme", c'est raciste ou pour le moins discriminatoire que ce soit l'Iran qui le fasse ou Israel (a mon avis le terme racisme ne convient pas car les palestiniens sont de la meme race que les Israeliens).
Les Israeliens sont tout aussi racistes que les américains par exemple qui sont bien nombreux à ne pas vouloir un président métis.
Je sais ; tout ça c'est politiquement incorrect mais voyez vous j'emmerde le politiquement correct et les talibans de tous bords toujours prets à crier au scandale (ou à l'antisémitisme, ou à l'antiaméricanisme etc...).
J'aime bien faire face à la réalité toute crue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James B. Lewis
NRA Chairman
avatar

Masculin Nombre de messages : 2051
Localisation : Austin/NY
Admirez-vous des politiciens ? : Nathan Sharansky.
Date d'inscription : 29/04/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 29 novembre 1967. 41 ans
Religion: Protestante
Origine: NY /Austin (TX)

MessageSujet: Re: Petit manuel pour comprendre le Proche-Orient (CICAD)   Ven 6 Juin - 20:34

Citation :
J'aime bien faire face à la réalité toute crue

Faison face à la realité toute crue, GDN est u antisemite et un anti americain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georges D. Nightmare

avatar

Masculin Nombre de messages : 1098
Admirez-vous des politiciens ? : non
Date d'inscription : 21/05/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 1 007 000 $
Religion: 0 $
Origine: 1 007 000 $

MessageSujet: Re: Petit manuel pour comprendre le Proche-Orient (CICAD)   Dim 8 Juin - 17:33

James B Lewis a écrit:
Citation :
J'aime bien faire face à la réalité toute crue

Faison face à la realité toute crue, GDN est u antisemite et un anti americain.


Tu as juste oublié de dire que j'étais un islamofachiste rouge et un terroriste lol!

On la connait ta réthorique : j'ai aucun argument alors j'insulte c'est comme ça que ca marche chez les fachos de ton genre, on cache le manque de cervelle par l'insulte.
En fait ce que je déteste c'est la betise qu'elle soit Israelienne, américaine ou Francaise ça ne change rien, et c'est vrai qu'avec toi je suis servi. Je suis donc un anti JBL primaire.
Toutes tes infos provenant de tes blogs révisionistes neo cons on en a rien a foutre parce que c'est de l'info qui n'a aucune valeur, elle est trop partiale.
C'est impossible de discuter sérieusement avec toi car tu as l'esprit le plus obtus du monde, tu es un psycho rigide.
Je me demande d'ailleurs si tu crois vraiment à toutes les conneries que tu écris ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James B. Lewis
NRA Chairman
avatar

Masculin Nombre de messages : 2051
Localisation : Austin/NY
Admirez-vous des politiciens ? : Nathan Sharansky.
Date d'inscription : 29/04/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 29 novembre 1967. 41 ans
Religion: Protestante
Origine: NY /Austin (TX)

MessageSujet: Re: Petit manuel pour comprendre le Proche-Orient (CICAD)   Dim 8 Juin - 21:32

GDN ne te fatigue pas à justifier ton antisemitisme ça ne passe pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doyle Kingsley
Governor of Florida
avatar

Masculin Nombre de messages : 1462
Age : 58
Date d'inscription : 27/04/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 6 Juin 1959 ( 49 ans )
Religion: Protestant
Origine: Allemande

MessageSujet: Re: Petit manuel pour comprendre le Proche-Orient (CICAD)   Lun 9 Juin - 1:56

loool vous vous amusez bien les gars, c'est bien je trouve.
C'est quoi la base de la discorde ? un pro sionniste et un anti sionniste sur un bateau ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georges D. Nightmare

avatar

Masculin Nombre de messages : 1098
Admirez-vous des politiciens ? : non
Date d'inscription : 21/05/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 1 007 000 $
Religion: 0 $
Origine: 1 007 000 $

MessageSujet: Re: Petit manuel pour comprendre le Proche-Orient (CICAD)   Lun 9 Juin - 11:49

Doyle Kingsley a écrit:
loool vous vous amusez bien les gars, c'est bien je trouve.
C'est quoi la base de la discorde ? un pro sionniste et un anti sionniste sur un bateau ?

lol!
Bien joué Doyle : vous vous savez faire la différence entre anti sionisme et anti sémitisme.
Actuellement, tous ceux qui élèvent la voix (ou la pensée) contre les actions du gouvernement Israelien sont traités d'antisémites, ce qui est une façon de faire taire l'opposition (tout comme les neo cons traitent d'anti américains ceux qui ne sont pas avec eux).
Ce qu'il faut savoir c'est que les palestiniens sont aussi des sémites (ils ont exactement les memes origines génétiques que les Israeliens de souche, c'est le meme peuple, il n'y a que la religion qui change).

DOnc critiquer l'esprit dans lequel est fait la politique Israelienne n'a rien d'antisémite.
On peut à la limite dire que je suis anti-sioniste, bien que dans la réalité je ne suis pas vraiment opposé à un état juif, je n'apprécie pas la façon dont il traite les palestiniens c'est tout. Certains juifs d'Israel sont également anti sionistes, je le note pour ceux qui aiment à confondre tout ça dans une sorte de racisme nazillard.

Ce qui m'énerve c'est qu'on me dénie ce droit a exprimer une pensée, une réflexion en m'insultant : JBL est un pur facho, ce sont les fachos qui se comportent comme celà. D'ailleurs, on ne peut pas etre neo con sans etre un peu facho sur les bords, c'est mon opinion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James B. Lewis
NRA Chairman
avatar

Masculin Nombre de messages : 2051
Localisation : Austin/NY
Admirez-vous des politiciens ? : Nathan Sharansky.
Date d'inscription : 29/04/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 29 novembre 1967. 41 ans
Religion: Protestante
Origine: NY /Austin (TX)

MessageSujet: Re: Petit manuel pour comprendre le Proche-Orient (CICAD)   Lun 9 Juin - 18:46

Citation :
Bien joué Doyle : vous vous savez faire la différence entre anti sionisme et anti sémitisme
.

GDN tu cherches encore à faire accepter ton antismeitisme de la maniere la plus vicieuse qui soit, te cacher derriere l'antisionisme en argumentant pour faire croire qu'il y a une difference entre les deux. Tu essayes encore de nous faire accepter le fait qu'on puisse comparer Israel aux Nazis.

Imaginez que quelqu’un déclare qu’il cherche à détruire l’Italie parce qu’il considère l’identité nationale italienne comme raciste. Ensuite, imaginez que cette personne nie de façon constante être anti-italienne, parce qu’elle ne hait pas les italiens, mais seulement l’Italie et tous ceux qui croient que l’Italie doit exister.
Maintenant, remplacez « Italien » par « Juif » et Italie » par « Israël », et vous comprenez l’absurdité de l’argument posant que l’on pourrait être à la fois antisioniste mais pas antijuif.

Denis Prager


“Antisionisme signifie antisémitisme” [Martin Luther King]

“…Tu déclares, mon ami, que tu ne hais pas les juifs, que tu es seulement antisioniste. A cela je dis, que la vérité sonne du sommet de la haute montagne, que ses échos résonnent dans les vallées vertes de la terre de Dieu : Quand des gens critiquent le sionisme, ils pensent juifs, et ceci est la vérité même de Dieu. ” L’antisémitisme, la haine envers le peuple juif, a été et reste une tache sur l’âme de l’humanité. Nous sommes pleinement d’accord sur ce point. Alors sache aussi cela : antisioniste signifie de manière inhérente antisémite, et il en sera toujours ainsi.

Pourquoi en est-il ainsi? Tu sais que le Sionisme n’est rien moins que le rêve et l’idéal du peuple juif de retourner vivre sur sa propre terre. Le peuple juif, nous disent les Écritures, vécut en union florissante sur la Terre Sainte, sa patrie. Ils en furent expulsés par le tyran de Rome, les mêmes Romains qui assassinèrent si cruellement Notre Seigneur. Chassé de sa patrie, sa nation en cendres, le peuple juif fut forcé d’errer sur le globe. Encore et encore, le peuple juif souffrit aux mains de chaque tyran qui vint à régner sur lui.

“Le peuple noir, sait, mon ami, ce que signifie souffrir les tourments de la tyrannie, sous un joug que l’on n’a pas choisi. Nos frères en Afrique ont supplié, plaidé, demandé, EXIGÉ la reconnaissance et la réalisation de leur droit naturel de vivre en paix sous leur propre souveraineté, dans leur propre pays. Pour quiconque chérit ce droit inaliénable de toute l’humanité, il devrait être si facile de comprendre, de soutenir le droit du Peuple juif à vivre sur l’antique Terre d’Israël. Tous les hommes de bonne volonté se réjouiront de la réalisation de la promesse de dieu, que son Peuple retourne dans la joie sur la terre qui lui a été volée. C’est cela le Sionisme, rien de plus, rien de moins.

Et qu’est l’antisionisme ? C’est le déni au peuple juif d’un droit fondamental que nous réclamons à juste titre pour le peuple d’Afrique et accordons librement à toutes les nations de la terre. C’est de la discrimination envers les juifs, mon ami, parce qu’ils sont juifs.
En un mot, c’est de l’antisémitisme. L’antisémite se réjouit de chaque occasion qui lui est donnée d’exprimer sa malveillance. L’époque a rendu impopulaire, à l’Ouest, de proclamer ouvertement sa haine des juifs. Ceci étant le cas, l’antisémite doit à chaque fois inventer de nouvelles formes et de nouveaux forums pour son poison. Combien il doit se réjouir de la nouvelle mascarade! Il ne hait pas les juifs, il est seulement antisioniste.

Mon ami, je ne t’accuse pas d’antisémitisme délibéré. Je sais que tu ressens, comme je le fais, un profond amour pour la vérité et la justice, et une révulsion envers le racisme, les préjugés, la discrimination. Mais je sais que tu as été trompé, comme d’autres l’ont été, en te faisant croire que tu pouvais être antisioniste tout en restant fidèle aux principes que nous partageons toi et moi du fond du cœur. Que mes paroles sonnent dans les profondeurs de ton âme : quand les gens critiquent le sionisme, ne te trompe pas, ils pensent les juifs. “

Extrait de M.L. King Jr., “Letter to an Anti-Zionist Friend,” Saturday Review_XLVII (Aug. 1967), p. 76. Reprinted in M.L. King Jr., This I Believe:Selections from the Writings of … Martin Luther King Jr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georges D. Nightmare

avatar

Masculin Nombre de messages : 1098
Admirez-vous des politiciens ? : non
Date d'inscription : 21/05/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 1 007 000 $
Religion: 0 $
Origine: 1 007 000 $

MessageSujet: Re: Petit manuel pour comprendre le Proche-Orient (CICAD)   Mar 10 Juin - 14:52

Bon JBL bien que ça me fasse bailler de rentrer dans tes débats à la mord moi le noeud. Je t'ai dejà dit que je n'ai rien contre les juifs, les Israeliens et les sionistes puisque je ne suis pas opposé à l'état juif en lui meme (c'est écrit noir sur blanc la haut mais je me répète).
Pour en revenir au sionisme et à la comparaison tout à fait délirante avec l'Italie : ici est comparé l'Italien au juif. Or Italien c'est une nationalité, Juif c'est une religion : on peut par exemple etre juif italien. Si les Israeliens se regroupent en Israel en nation Juive (tout comme les USA par exemple peuvent etre décrits comme une nation Chrétienne) , ça ne me dérange pas. Mais à partir du moment ou ceux dans cette meme nation qui ne font pas parti de la religion dominante sontmis à part et discréminé c'est là pour moi qu'il y a un probleme et que je dis non à une nation juive qui ferait ça.
Enfin si on se réfère à la définition de l'antisionisme dans wikipedia voici tous les courants :

L’antisionisme des Juifs religieux

L'antisionisme des juifs assimilationistes ou intégrationistes

L’antisionisme du nationalisme arabe et palestinien

L'antisionisme anti-colonialiste ou anti-impérialiste

L’antisionisme des religieux musulmans

L’antisionisme des antisémites

L’antisionisme antinationaliste


On voit donc qu'il y a des antisionistes juifs et que antisionisme n'est pas égal à antisémitisme. Donc tu vois meme les grands cerveaux peuvent se tromper (je parle pas pour toi bien sur).

Tu peux (et tu vas surement) continuer à m'insulter, sache que je m'en fous royalement. C'est toujours un plaisir d'etre insulté par des individus comme toi, ça me conforte dans mes opinions. Mais à l'avenir vérifie quand meme tes sources ça m'évitera de perdre du temps à te faire la leçon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Josh McGarry
Governor of New Hampshire State and 2008 Democrat candidate
avatar

Masculin Nombre de messages : 1017
Age : 64
Localisation : Concord (NH)
Admirez-vous des politiciens ? : DSK,Gordon Brown,Tony Blair,Bill Clinton,Al Gore,Romano Prodi
Date d'inscription : 05/05/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 5 000 $
Religion:
Origine: 3 512 440 $

MessageSujet: Re: Petit manuel pour comprendre le Proche-Orient (CICAD)   Mar 10 Juin - 15:36

Citation :
Or Italien c'est une nationalité, Juif c'est une religion

Justement non....

Juif n'est pas seulement une religion...on peut etre juif et athée ou meme juif et chretien (exemple Jean Marie "Aaron" Lustiger).Etre juif, c'est une identité.

J'ajoute que la loi du retour accorde la nationalité israelienne à un individu d'origine juive meme si il n'est pas juif religieusement parlant (exemple Arno Klarsfeld dont la mere n'etait pas juive) donc on est bien dans un cas assez proche du Japon ou de l'Italie.

_________________
Josh McGarry

5/6/1953

Concord NH

NH Governor and Democratic presidential candidate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georges D. Nightmare

avatar

Masculin Nombre de messages : 1098
Admirez-vous des politiciens ? : non
Date d'inscription : 21/05/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 1 007 000 $
Religion: 0 $
Origine: 1 007 000 $

MessageSujet: Re: Petit manuel pour comprendre le Proche-Orient (CICAD)   Mar 10 Juin - 16:11

Josh McGarry a écrit:
Citation :
Or Italien c'est une nationalité, Juif c'est une religion

Justement non....

Juif n'est pas seulement une religion...on peut etre juif et athée ou meme juif et chretien (exemple Jean Marie "Aaron" Lustiger).Etre juif, c'est une identité.

J'ajoute que la loi du retour accorde la nationalité israelienne à un individu d'origine juive meme si il n'est pas juif religieusement parlant (exemple Arno Klarsfeld dont la mere n'etait pas juive) donc on est bien dans un cas assez proche du Japon ou de l'Italie.

Et bien soit, ça ne change cependant rien à mon propos qui est que je ne suis pas du tout opposé à un état juif mais que je suis opposé à un état juif qui discrémine, ghettoïse, détruit les maisons, l'approvisionement en eau et en électricité de la partie du peuple qui n'est pas juive.
Que je sache l'Italie n'a jamais fait ça envers ses minorités.

Le probleme est que l'on veut nous faire croire qu'il n'y a aucune alternative à cette politique. Or c'est complètement faux. La droite dure Israelienne fait tout pour que le dialogue reste impossible mais elle est aussi responsable de cet état de fait que le Hamas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James B. Lewis
NRA Chairman
avatar

Masculin Nombre de messages : 2051
Localisation : Austin/NY
Admirez-vous des politiciens ? : Nathan Sharansky.
Date d'inscription : 29/04/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 29 novembre 1967. 41 ans
Religion: Protestante
Origine: NY /Austin (TX)

MessageSujet: Re: Petit manuel pour comprendre le Proche-Orient (CICAD)   Mar 10 Juin - 17:48

GDN l'incompris Laughing Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petit manuel pour comprendre le Proche-Orient (CICAD)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petit manuel pour comprendre le Proche-Orient (CICAD)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit guide illustré pour comprendre l’islam
» Petit jeu pour Paques............
» 4 repères pour comprendre et écrire la phrase correctement
» petit texte pour les finissants
» TUTO petit sac pour friandises

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Actualités :: Le reste du monde :: Moyen Orient et Proche Orient-
Sauter vers: