AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Attaquer l’Iran c’est attaquer la Russie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Georges D. Nightmare

avatar

Masculin Nombre de messages : 1098
Admirez-vous des politiciens ? : non
Date d'inscription : 21/05/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 1 007 000 $
Religion: 0 $
Origine: 1 007 000 $

MessageSujet: Attaquer l’Iran c’est attaquer la Russie   Mar 30 Oct - 13:13

Attaquer l’Iran c’est attaquer la Russie
29 octobre 2007Pepe Escobar revient sur les derniers développements de la crise iranienne. De la fausse sortie de Larijani au rôle de Poutine, les manoeuvres vont bon train, tant sur le plan diplomatique qu’au sein du régime dont Khamenei, le véritable patron, détient les clés. En temps normal, on pourrait voir là un boulevard ouvert à l’action diplomatique. Mais la monomanie américaine pour les « solutions » militaires et les politiques de destabilisation - monomanie dont la France elle-aussi semble atteinte avec le duo Sarkozy Kouchner - rend l’occident incapable de se saisir de ces occasions.


Par Pepe Escobar, Asia Times, 26 octobre 2007

Le temps fort, lors de la visite du président russe Vladimir Poutine à Téhéran pour le sommet la Mer Caspienne la semaine dernière a été l’importante rencontre en tête-à-tête avec le Guide Supreme, l’Ayatollah Ali Khamenei, bien que cela ait été a peine souligné par la presse,.

Une source diplomatique de haut niveau à Téhéran a déclaré à Asia Times Online qu’en substance, Poutine et le chef suprême se sont entendus sur un plan visant à réduire à néant les efforts constants déployés par l’administration Bush pour lancer une attaque préventive contre l’Iran, incluant peut-être des frappes d’armes nucléaires tactiques.

Une attaque américaine contre l’Iran sera considérée par Moscou comme une attaque contre la Russie.

Cette première bombe politique a été suivie d’une autre : la brusque démission d’Ali Larijani de son poste de responsable de la négociation sur le dossier nucléaire iranien. Au début de cette semaine, à Rome, Larijani déclarait à l’agence de presse IRNA que « la politique nucléaire de l’Iran est constante et ne changera pas avec le remplacement du secrétaire du Conseil Suprême de la Sécurité Nationale (SNSC). » Larijani continuera d’assister aux réunions du SNSC, dorénavant au titre de représentant du Guide Suprême. Il a même pris le temps de rappeler à l’Occident que dans la République Islamique, toutes les grandes décisions concernant le programme nucléaire civil sont prises par le Guide Suprême. Larijani s’est effectivement rendu à Rome pour rencontrer le représentant de l’Union Européenne Javier Solana en compagnie de Saeed Jalili, le nouveau négociateur de l’Iran et ancien membre du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique (IRGC), tout comme le président Mahmoud Ahmadinejad.

La réunion entre Khamenei et Poutine était en soi remarquable, en ceci que le Guide Suprême reçoit rarement des hommes d’États étrangers en entretiens privés, même lorsqu’ils sont de l’importance de Poutine. Selon notre source diplomatique, le président russe, a confié au Guide Suprême qu’il pouvait détenir la solution définitive concernant l’interminable controverse sur le dossier nucléaire iranien. Selon l’IRNA, après avoir souligné que le programme nucléaire civil iranien se poursuivra sans faiblir, le Guide Suprême a déclaré, « Nous allons réfléchir à vos paroles et à votre proposition. »

Larijani, de son côté, a déclaré à la presse iranienne que Poutine avait un « plan spécial » et que le Guide Suprême avait observé que ce plan méritait d’être « étudié. » Le problème, c’est qu’Ahmadinejad a démenti publiquement que les russes aient proposé un nouveau plan.

Les faucons iraniens proches d’Ahmadinejad font courir le bruit que la proposition de Poutine implique la suspension temporaire de l’enrichissement d’uranium en échange de l’abandon de sanctions supplémentaires des Nations Unies. C’est principalement ce sur quoi travaille depuis longtemps Mohammed El Baradei, le directeur de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique. La question clef, en termes pratiques, réside en la définition de ce qu’obtiendra l’Iran en retour. De toute évidence, ce n’est pas l’UE de Solana qui détiendra la réponse. Mais pour ce qui concerne la Russie, stratégiquement, rien ne pourra la satisfaire en dehors d’une solution politique et diplomatique pour le dossier du nucléaire iranien.

Dick Cheney, le vice-président - que même la sénatrice Hillary Clinton appelle désormais Darth Vador - doit écumer, mais le fait est qu’après le sommet de la Mer Caspienne, l’Iran et la Russie sont officiellement liés par un partenariat stratégique. Pour eux, la Troisième Guerre Mondiale n’est certainement pas au programme.

L’apparente controverse interne au régime sur l’appréciation d’une convergence entre Poutine et le Guide Suprême peut donner l’image fausse de l’existence d’un sérieux clivage dans les hautes sphères de la République Islamique. Le remplacement de Larijani, un faucon réaliste, par Jalili ,au passé encore plus belliciste et qui est une nouvelle inconnue dans l’équation du pouvoir, pourrait amener à conclure à la victoire d’Ahmadinejad. Ce n’est pas aussi simple que cela.

Ali Akbar Velayati, le puissant conseiller diplomatique du Guide Suprême, a déclaré ne pas apprécier du tout ce remplacement. Pire encore : en ce qui concerne les résultats déplorables de la présidence d’Ahmadinejad au plan économique, les critiques virulentes sont maintenant la norme. Un autre ancien négociateur nucléaire, Hassan Rowhani, a déclaré au journal Etemad Melli, « Les effets des sanctions [de l’ONU] sont visibles. Notre situation s’aggrave de jour en jour. »

Ces deux derniers mois, Ahmadinejad a placé ses anciens frères d’armes de la Garde de la Révolution à des postes clés, tels la présidence de la banque centrale et du pétrole, et aux ministères de l’industrie et de l’intérieur. La répression est incessante. Dimanche, des centaines d’étudiants protestaient à l’Université Amir Kabir de Téhéran, criant « Mort au dictateur. »

Le pragmatique absolu, l’astucieux Hashemi Rafsandjani, actuellement chef du Conseil des Experts, en pratique un personnage bien plus puissant qu’Ahmadinejad, n’a pas tardé à exprimer publiquement que « nous ne pouvons faire plier les esprits par des régimes dictatoriaux. »

Cette semaine, le Guide Suprême lui-même est intervenu en disant : « Je suis en accord avec ce gouvernement, mais cela ne signifie pas que j’approuve tout ce qu’il fait. » Dans les circonstances explosives actuelles, cette déclaration est, elle aussi, une bombe politique.

Il faut se rappeler, si besoin en était, qu’en Iran l’influence de l’establishment s’arrête à la porte du bureau du Guide Suprême, et que celui-ci n’a absolument aucune envie de fournir un prétexte à l’administration Bush pour inaugurer la Troisième Guerre Mondiale. Si Ahmadinejad s’écarte maintenant du scénario stratégique soigneusement concocté, le Guide Suprême peut tout simplement se débarrasser de lui.


--------------------------------------------------------------------------------
Publication originale Asia Times, traduction Petrus Lombard pour Alter Info, révision Contre Info.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georges D. Nightmare

avatar

Masculin Nombre de messages : 1098
Admirez-vous des politiciens ? : non
Date d'inscription : 21/05/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 1 007 000 $
Religion: 0 $
Origine: 1 007 000 $

MessageSujet: Re: Attaquer l’Iran c’est attaquer la Russie   Mar 30 Oct - 13:28

Le piège iranien

Voici comment un officiel d’un pays du Golfe résume le problème : « quand vous étudiez sérieusement la question, quels sont les objectifs et quels sont les conséquences ? On parle d’une guerre aérienne, mais six semaines de bombardements durant la guerre du Golfe de 1991 n’ont pas arrêté les tirs de missiles Scud. Si les iraniens tirent des missiles dans le Golfe, que se passera-t-il pour le prix du pétrole ? Ou bien supposons qu’un tanker coule dans le Golfe. Et puis ils ont le Hezbollah, ils ont des cellules dormantes. Quelles seront les cibles ? »

De nombreux arabes affirment que les iraniens veulent en fait que les américains attaquent. Politiquement, cela amplifierait le soutien aux partisans de la ligne dure. Et militairement, cela entrainerait les USA sur un champ de bataille ou sa puissance de feu gigantesque ne serait pas utile. Les iraniens pourraient se replier au coeur de leur territoire et continuer à tirer des missiles, en provoquant des dommages sur son économie et en érodant sa volonté de combattre.

C’est la leçon apprise des combattants musulmans des guerres d’Irak et du Liban : attirer vos adversaires en profondeur sur le terrain que vous contrôlez, provoquez les à une guerre qu’ils ne peuvent emporter. On m’a dit que la Syrie était en train de transformer sa doctrine militaire pour adopter une technique de guerre de guerilla asymétrique contre Israël qu’elle pourrait gagner, à l’image du Hezbollah, au lieu d’une guerre conventionelle qu’elle perdrait surement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doyle Kingsley
Governor of Florida
avatar

Masculin Nombre de messages : 1462
Age : 58
Date d'inscription : 27/04/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 6 Juin 1959 ( 49 ans )
Religion: Protestant
Origine: Allemande

MessageSujet: Re: Attaquer l’Iran c’est attaquer la Russie   Mar 30 Oct - 14:10

Il existe une variante , la guerre totale il n'y a pas de possibilité de rebellion.

Faire une guerre conventionnelle contre un adversaire qui a sa technique dite de guerilla, simple, guerre totale, il n'y a pas d'autre solutions.

Israel peut largement gagner elle connait la solution face à ce genre de conflit, simplement elle est muselée par les interets internationaux qu'on certains pays avec l'Orient.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Attaquer l’Iran c’est attaquer la Russie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Attaquer l’Iran c’est attaquer la Russie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» attaquer l'urssaf en justice! Une utopie?
» PETITION POUR M'AIDER A ATTAQUER LA MDPH ET LA CPAM EN JUSTICE
» [Politique] Géorgie - Russie - Osséties - Abkhazie- Kosovo
» L’expo Russie Viking au musée de Normandie à Caen
» Iran

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Actualités :: Le reste du monde :: Moyen Orient et Proche Orient-
Sauter vers: