AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mohammed Elbaradei : le "pharaon" et l'atome irani

Aller en bas 
AuteurMessage
Alan Kholmes
Senator of California
Senator of California
avatar

Masculin Nombre de messages : 448
Age : 52
Localisation : San Diego (CA)
Admirez-vous des politiciens ? : John McCain
Date d'inscription : 30/06/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 2 500$ 02/19/2008
Religion: Presbytérien
Origine:

MessageSujet: Mohammed Elbaradei : le "pharaon" et l'atome irani   Sam 17 Nov - 13:20

Il n'a pas pu prévenir la guerre contre l'Irak, en 2003. Réussira-t-il à empêcher des frappes aériennes contre les installations nucléaires de l'Iran des Mollahs ? L'Egyptien Mohammed Elbaradei, 65 ans, directeur de l'AIEA, peut être décrit comme le héraut de la paix dans le monde. Lui, du moins, voit les choses ainsi. Sans excès de modestie. Mais aussi, dit-il, "sans l'illusion que j'y arriverai seul", ajoutant : "Au moins, en parlant haut, on peut faire une différence."

Il parle de plus en plus haut et fort. Le prix Nobel de la paix qu'il a remporté en 2005 l'a conforté dans le sentiment d'être investi d'une mission. Celle de bloquer les desseins de ceux qu'il appelle les "les néocrazies", les néodingues. Dans cette catégorie, il range les derniers partisans du néoconservatisme autour de George Bush et tous ceux qui considèrent, en Occident, que le recours aux armes est une option envisageable face à perspective d'un Iran s'approchant du seuil nucléaire - chose qui préfigurerait une nucléarisation de l'ensemble du Proche-Orient, la poudrière de la planète.

Est-il le Cassandre des temps modernes ? Derrière une mise élégante et un caractère peu expansif, Elbaradei cache des méthodes à poigne, une autorité parfois décrite comme cassante. A Vienne, où se dresse le siège de l'AIEA, certains employés de l'agence n'acceptent de parler de lui qu'à condition que le rendez-vous soit entouré de la plus haute discrétion ...

Il a tendance à fonctionner en vase clos, avec un petit cercle, écoutant peu les conseils. Il a écarté en avril le chef de ses équipes d'inspection en Iran, dont le travail heurtait le régime. Elbaradei a aussi choisi de passer sous silence certaines entraves faites au travail des inspecteurs en Iran, comme le fait qu'ils n'aient plus accès à la salle de contrôle de l'usine de Natanz, où s'enrichit l'uranium. Il compose. S'accommode. Par calcul ou par faiblesse ? Il a été pris d'une grande inquiétude : que l'AIEA soit expulsée d'Iran, comme elle l'avait été en 2002 de Corée du Nord. Et d'une angoisse plus grande encore, qui l'aurait saisi fin 2006 : la guerre serait-elle devenue inévitable, les extrêmes s'étant renforcé de part et d'autre, en Iran et aux Etats-Unis, dans une terrible spirale de la surenchère ?

Au fond, ce que prône Elbaradei pour éviter la guerre est un "grand marchandage" entre Washington et Téhéran, susceptible de répondre aux "aux préoccupations de sécurité de l'Iran", qui sont, selon lui, au coeur du programme nucléaire. Il ne croit pas à l'existence d'un "danger clair et imminent" : "Je n'ai vu personne dire que l'Iran dispose maintenant de matériel nucléaire militaire utilisable." Cela ne pourrait pas se produire, selon lui, avant trois à huit ans. Il est partisan d'un dialogue poussé à l'extrème avec l'Iran. Il critique la politique de sanctions internationales, qui "seules, ne vont pas résoudre cette crise".

Aux USA, en France, au Royaume-Uni, en Israël, ses adversaires disent en privé qu'il a passé les bornes. Qu'il opère en solo. Que son ego l'a emporté sur son jugement. Qu'il fait le "pharaon". Que, de juge, il est devenu partie. On lui reproche une tendance à la compromission avec les Iraniens. Fin manoeuvriers, ceux-ci l'auraient berné. Les diplomates occidentaux qui observent son action depuis des mois avec perplexité considèrent qu'il s'est "égaré". Ils l'ont mis en garde, l'ont houspillé. Les dernières bribes de confiance se sont envolées. Mais il garde le soutien appuyé de la Russie, de la Chine et des non-alignés.

La querelle qui l'entoure est assez grave. L'arbitre qu'il est censé être, le contrôleur du respect par les Etats des obligations, qu'ils ont contractées en signant le traité de non-prolifération (TNP) de 1968, peut-il se permettre d'avoir une autorité érodée dans des grandes capitales ? Elbaradei est pris dans une guérilla diplomatique. Son message n'a pas toujours été clairement compris. Il en est conscient. Les accusations qui l'assaillent l'ont affecté. Pour les désamorcer, il assure ne vouloir jouer en rien "l'apaisement" avec l'Iran, ne pas avoir relâché la vigilance.

Une sourde rancoeur l'anime contre l'administration Bush. Elle trouve son origine dans la dispute qui à éclaté en 2003 à l'ONU à propos de l'Irak. Elbaradei avait alors eu le courage de crier à la manipulation du renseignement américain, notamment à propos de supposées fournitures d'uranium à Saddam Hussein en provenance du Niger.

"L'Irak a été importan. J'étais au coeur de la bataille. Treize jours avant la guerre, j'ai dit au Conseil de sécurité : donnez-moi trois mois, c'est un investissement dans la paix. Cela ne s'est pas fait. On a eu la guerre. Le nombre de tués chaque mois en Irak est l'équivalent des victimes du 11 septembre. Sept cent mille morts depuis le début du conflit ! Toutes d'innocentes victimes civiles. Empêcher que des massacres soient commis est de mon devoir, non seulement comme directeur de l'AIEA, mais en tant que simple citoyen."

Il arrive que des diplomates occidentaux lui reprochent d'agir en Egyptien bien plus qu'en patron d'une agence technique de l'ONU. Lui s'insurge contre ce procès d'intention. Rappelle qu'il a passé "plus de 35 ans" de sa vie en Occident, et que New York, avec son brassage culturel, est pour lui "un microcosme du monde tel qu'il devrait être". Mais il se dit aussi, par ses origines mêmes, "très familier des deux perceptions" du monde qui se confrontent depuis le 11 septembre, "un sentiment de persécution dans une partie du monde arabo-musulman, et un sentiment de suspicion en Occident".

Elbaradei a pris de front, cette année, ceux qui considèrent qu'il devrait s'en tenir à un rôle de technicien chargé de fournir un diagnostic sur l'avancée des travaux nucléaires iraniens. Lui, revendique sans ambages un rôle politique. Il se voit en négociateur de haut vol. Un rôle que peu de dirigeants en Occident ont souhaité qu'il endosse.

Son interlocuteur-clé, côté iranien, a été jusqu'en octobre le chef du Conseil suprême de sécurité nationale, Ali Larijani. Un personnage subtil et cultivé, mais qui, au fond, ne dévia jamais d'une ligne intransigeante, et dont la démission n'a fait qu'accroître les incertitudes. Elbaradei a négocié cet été avec Larijani un plan de travail avec l'Iran, qui vise à faire la lumière sur près de deux décennies d'activité nucléaires clandestines. Il devrait rendre, ces jours-ci, un rapport à ce sujet. Il s'attachera probablement à prolonger les négociations. Ce qui aura pour conséquence de bloquer l'adoption de nouvelles sanctions à l'ONU, où les Russes et les Chinois sont ses alliés objectifs.

Ses détracteurs, à Washington, Paris et Londres, perçoivent le plan - auquel ils ont dû se résoudre - comme une manoeuvre de diversion, un dangereux subterfuge. Au prétexte de promouvoir la diplomatie, du temps accordé aux Iraniens dans leur course à la matière fissile. Si l'ont suit cette logique, l'action de Elbaradei accroît paradoxalement le danger de scénario militaire. Car en mettan l'Iran à l'abri de nouvelles sanctions de l'ONU, il conforte son illusion d'invulnérabilité et rapproche le moment où certains, à Washington ou en Israël, perdront patience.

Médiateur controversé dans le dossier le plus brûlant, et sur lequel de sombres nuages s'accumulent, Elbaradei joue gros. Il tent le tout pour le tout, sans illusion. Avec, sans doute, l'espoir de gagner du temps jusqu'au départ de Bush. Si le pire se produit, au moins aura-t-il laissé une marque.

_________________
Alan Kholmes
"Le plus grand soin d'un bon gouvernement devrait être d'habituer peu à peu les peuples à se passer de lui" Tocqueville
42 ans
Localisation : San Diego / Californie / USA
Sénateur de Californie, Républicain (Centriste), conseiller de Bill O'Malley

http://neoconfrance.canalblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mohammed Elbaradei : le "pharaon" et l'atome irani
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pétition"les animaux au maroc"Lettre ouverte à Sa Majesté Le Roi Mohammed VI
» Les cubes "bouillon dégraissé"
» Signification du terme "à x heure de relevée" ?
» LE PORTE-AVIONS "GRAF ZEPPELIN"
» "Normandie impressionniste 2010".

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Actualités :: Le reste du monde :: Afrique-
Sauter vers: