AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nucléaire iranien, le rapport qui fait l'effet d'une bombe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Georges D. Nightmare

avatar

Masculin Nombre de messages : 1098
Admirez-vous des politiciens ? : non
Date d'inscription : 21/05/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 1 007 000 $
Religion: 0 $
Origine: 1 007 000 $

MessageSujet: Nucléaire iranien, le rapport qui fait l'effet d'une bombe   Mar 4 Déc - 13:16

A la demande je JBL : j'estime que le dossier nucléaire Iranien est clos (voir ci dessous). Donc comme d'habitude Bush nous a bourrer le mou avec cette menace d'holocauste nucléaire Iranien et les gogos pas échaudés par les ADM d'Irak ont encore plongés lol!
Bref, il n'y a pas de programmes nucléaires iranien. mais l'Iran se réserve la possibilité dans una avenir non précisé d'envisager d'éventuellement pensé à un projet d'arme nucléaire lol! Vite aux abris !!! Atomisons les avant qu'ils ne pensent à leur projet lol!
Si j'étais de ceux qui ont demandé l'atomisation immédiate de l'Iran j'irais me cacher, mais ces types là n'ont aucune honte ni aucune morale. Ils reviendront à la charge avec autre chose c'est sur et les gogos y croiront encore. Je reviendrai en long et en large sur le sujet avec bien sur plus de précisions (de radio téhéran, ou Cuba news bien sur lol! ) histoire de bien remuer le couteau dans la plaie Twisted Evil

Nucléaire iranien, le rapport qui fait l'effet d'une bombe

Par EuroNews euronews - il y a 2 heures 36 minutesBush aurait-il menti sur l'Iran ? Un rapport du renseignement américain affirme que l'Iran n'aurait pas du tout les ambitions nucléaires que lui prête l'administration Bush depuis des mois. L'Iran aurait arrêté ses plans d'armes nucléaires en 2003, et semble moins déterminé à fabriquer des bombes atomiques que l'Occident le prétend.

(Publicité)
Stephen Hadley, porte-parole de la Maison Blanche, rapporte que "les services de renseignement déclarent avec un haut degré de confiance que tout est stoppé depuis 4 ans, et avec un degré de confiance modéré que ce programme n'avait pas été relancé à la mi-2007. Stephen Hadley rajoute que l'Iran garde ouverte l'option de développer des armes nucléaires".

C'est précisément cette option que les Occidentaux veulent retirer à Téhéran. L'enrichissement d'uranium, engagé depuis janvier 2006, doit produire le combustible pour les futures centrales civiles iraniennes. Mais selon le rapport américain, l'enrichissement d'uranium pourrait permettre la production d'une bombe atomique dans 3 à 8 ans.



Par Par Laurent LOZANO AFP - Mardi 4 décembre, 07h40WASHINGTON (AFP) - Le renseignement américain a affirmé lundi que l'Iran aurait arrêté ses plans d'armes nucléaires en 2003 et a avoué ne pas connaître ses intentions actuelles, au risque de discréditer à nouveau le discours de George W. Bush sur la menace des armes de destruction massive.

(publicité)
En contre-partie, le rapport présenté par les 16 agences du renseignement dit que l'Iran entend apparemment se réserver l'option de l'arme nucléaire, et pourrait être capable entre 2010 et 2015 de produire assez d'uranium hautement enrichi pour la bombe atomique.

Le gouvernement américain a argué avec force d'une telle possibilité pour affirmer le péril et la nécessité d'augmenter la pression internationale sur l'Iran.

Mais l'opposition démocrate au président Bush s'est appuyée sur ce rapport pour réclamer une "nouvelle politique envers l'Iran", selon les termes de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, tandis que le chef de la majorité démocrate du Sénat Harry Reid, en appelait à un "sursaut diplomatique".

Quelques semaines après que le président Bush eut brandi le spectre d'un "holocauste nucléaire" ou d'une Troisième Guerre mondiale si l'Iran avait la bombe, l'administration était poussée à la défensive par les comparaisons défavorables avec le précédent irakien, quand elle avait invoqué à tort le danger des armes de destruction massive de Saddam Hussein.

Et elle était contrainte d'admettre que le rapport risquait de desservir les Etats-Unis au moment où ils cherchent à obtenir de nouvelles sanctions internationales contre l'Iran.

Le conseiller de M. Bush pour la sécurité nationale, Steve Hadley, a dit "espérer" que la Chine ou la Russie ne seraient pas confortées dans leurs réticences à de nouvelles sanctions. Les Etats-Unis croient "que ce serait une erreur", a-t-il dit.

"Nous jugeons avec un haut degré de confiance qu'à l'automne 2003, Téhéran a arrêté son programme d'armes nucléaires", dit le renseignement, qui pense que l'Iran n'a pas actuellement d'arme nucléaire.

La décision prise en 2003 suggère que l'Iran "est moins déterminé" à avoir l'arme nucléaire que ne le croyait le renseignement depuis 2005, estimant alors "avec un haut degré de confiance" que l'Iran était résolu à cela.

"Nous ne savons pas si (l'Iran) a actuellement l'intention de développer des armes nucléaires", dit-il aujourd'hui.

Mais il juge probable que l'Iran, "au minimum, garde ouverte (cette) option".

C'est précisément cette "option" que les Occidentaux veulent retirer à l'Iran.

L'enrichissement d'uranium, que l'Iran refuse de suspendre malgré deux trains de sanctions internationales et le danger d'un troisième, doit produire le combustible pour ses futures centrales civiles, assure le régime islamique.

Mais enrichi à plus 90%, l'uranium peut servir de matériau pour la bombe.

Le renseignement juge "avec un degré de confiance modéré" que l'Iran devrait être en mesure techniquement entre 2010 et 2015 de produire suffisamment d'uranium hautement enrichi pour une arme nucléaire.

Mais il note que si l'Iran a coupé court à son programme nucléaire militaire en 2003, c'est d'abord à cause de la pression internationale, à laquelle l'Iran serait donc peut-être plus sensible que le gouvernement américain ne le pensait.

Confronté aux questions sur la possibilité que le président américain ait exagéré la menace iranienne, le conseiller de M. Bush pour la sécurité nationale a affirmé la réalité du péril iranien.

Le renseignement révèle pour la première fois que l'Iran avait bel et bien des plans secrets avant 2003, et dit aussi que l'Iran continue à avoir des activités aux possibles applications nucléaires, comme l'enrichissement, a-t-il fait valoir.

Aussi la communauté internationale doit-elle "augmenter la pression", en isolant diplomatiquement et en sanctionnant l'Iran, tout en offrant la perspective d'un dialogue, a-t-il dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georges D. Nightmare

avatar

Masculin Nombre de messages : 1098
Admirez-vous des politiciens ? : non
Date d'inscription : 21/05/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 1 007 000 $
Religion: 0 $
Origine: 1 007 000 $

MessageSujet: Re: Nucléaire iranien, le rapport qui fait l'effet d'une bombe   Mar 4 Déc - 13:21

Un petit article de USA today (oups pardon Cuba news) pour plus de détails.

U.S.: Iran Halted Nuke Work In 2003

By Ray Locker and Richard Willing

12/03/07 "USA TODAY" -- -- WASHINGTON — Iran ceased its nuclear weapons program in 2003 and has not resumed work toward building nuclear weapons, a National Intelligence Estimate released Monday said.
The estimate, reflecting the collective judgment of the nation's 16 intelligence agencies, also concludes that Tehran likely is "keeping open the option" to develop nuclear weapons in the future by continuing to build missiles and pursue a civilian nuclear power program.

The estimate reverses claims made two years ago that Iran appeared "determined to develop" a nuclear weapons program.

"Tehran's decision to halt its nuclear weapons program suggests it is less determined to develop nuclear weapons than we have been judging since 2005," the report said. "Our assessment that the program probably was halted primarily in response to international pressure suggests Iran may be more vulnerable to influence on the issue than we judged previously."

President Bush was briefed on the findings Wednesday. The Bush administration, which has vigorously claimed Iran is trying to develop nuclear weapons, called the estimate good news, although it undercut some of the administration's claims.

"Today's National Intelligence Estimate offers some positive news," national security adviser Stephen Hadley said in a prepared statement. "It confirms that we were right to be worried about Iran seeking to develop nuclear weapons. It tells us that we have made progress in trying to ensure that this does not happen."

The estimate also concluded with "moderate-to-high confidence" that Iran has not obtained enough materials from abroad to build a nuclear weapon. Iran, the report said, has probably imported some "fissionable" material, such as uranium, to develop a weapon.

Iranian president Mahmoud Ahmadinejad has repeatedly insisted that his nation's nuclear program is aimed only at developing a power source for civil society.

The report also said:

— The earliest Iran could assemble enough highly enriched uranium for a bomb is late 2009, although that is "very unlikely."

— Iran would be capable of producing enough highly enriched uranium for a bomb in the 2010-2015 time frame.

— Iran is developing the scientific capabilities to create a bomb if it chooses to do so. For example, its "civilian uranium enrichment program" is continuing.

— Iran retains the "scientific, technical and industrial capacity" to produce nuclear weapons in the future if its leaders decide to.

Silvestre Reyes, D-Tex, chairman of the House Intelligence Committee, called the about face on Iran's nuclear program a "remarkable shift." He vowed to question intelligence officials closely about the classfied sources upon which they based their judgment.

Intelligence officials who helped prepare the estimate made no apologies for overlooking that the weapons program had been halted in the 2005 NIE. The officials said new information indicates that the Iranians halted their secret program in late 2003, less than 12 months before the 2005 estimates was prepared. New information causing the intelligence agencies to conclude that the program had been halted continued to be evaluated until a few weeks ago.

In 2007, the Iranian government allowed some journalists to visit a nuclear enrichment facility at Natanz. U.S. intelligence officials viewed photographs the journalists made and concluded that Tehran continues to face "significant technical problems" in using the facility to enrich uranium.

The estimate said officials lack sufficient intelligence to "judge confidently" whether Iran plans to re-start its weapons program.

Iran's decision to halt the program was "guided by a cost-benefit approach" that took into account the "political, economic and military costs" of continuing in the face of world scrutiny and possible sanctions.

Continued pressure, combined with "opportunities" for Iran to obtain prestige and regional influence without a weapons program, might encourage Tehran to continue the current halt.

The Office of the Director of National Intelligence released about 2 1/2 pages of the NIE's declassified "key judgments." The full estimate is about 140 pages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georges D. Nightmare

avatar

Masculin Nombre de messages : 1098
Admirez-vous des politiciens ? : non
Date d'inscription : 21/05/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 1 007 000 $
Religion: 0 $
Origine: 1 007 000 $

MessageSujet: Re: Nucléaire iranien, le rapport qui fait l'effet d'une bombe   Mar 4 Déc - 19:30

Allez j'en remets une couche, c'est trop bon. C'est quand meme triste pour tous ces petits (neo) cons qui n'auront pas leur guerre, qui ne verront pas les Iraniens se faire atomiser par centaines de milliers sur Fox News, tous ces petits enfants déchiquetés par les bons missiles et les bombes à fragmentation de papa bush !!! Qu'est ce qu'ils vont en faire de tous leurs missiles ? pas bon pour le business tout ça !!! C'est vrai que c'est sympa la guerre JBL hein ? enfin surtout vu de la télé


Iran : le rapport des agences de renseignements qui pourrait mettre fin au conflit (VO)

3 décembre 2007« Nous estimons qu’à l’automne 2003 Téhéran a arrêté son programme militaire nucléaire. » Nous reproduisons le texte de la dernière évaluation des agences de renseignements des USA sur l’Iran.


A. We judge with high confidence that in fall 2003, Tehran halted its nuclear weapons program [1] ; we also assess with moderate-to-high confidence that Tehran at a minimum is keeping open the option to develop nuclear weapons. We judge with high confidence that the halt, and Tehran’s announcement of its decision to suspend its declared uranium enrichment program and sign an Additional Protocol to its Nuclear Non-Proliferation Treaty Safeguards Agreement, was directed primarily in response to increasing international scrutiny and pressure resulting from exposure of Iran’s previously undeclared nuclear work.

• We assess with high confidence that until fall 2003, Iranian military entities were working under government direction to develop nuclear weapons.

• We judge with high confidence that the halt lasted at least several years. (Because of intelligence gaps discussed elsewhere in this Estimate, however, DOE and the NIC assess with only moderate confidence that the halt to those activities represents a halt to Iran’s entire nuclear weapons program.)

• We assess with moderate confidence Tehran had not restarted its nuclear weapons program as of mid-2007, but we do not know whether it currently intends to develop nuclear weapons.

• We continue to assess with moderate-to-high confidence that Iran does not currently have a nuclear weapon.

• Tehran’s decision to halt its nuclear weapons program suggests it is less determined to develop nuclear weapons than we have been judging since 2005. Our assessment that the program probably was halted primarily in response to international pressure suggests Iran may be more vulnerable to influence on the issue than we judged previously.

B. We continue to assess with low confidence that Iran probably has imported at least some weapons-usable fissile material, but still judge with moderate-to-high confidence it has not obtained enough for a nuclear weapon. We cannot rule out that Iran has acquired from abroad-or will acquire in the future-a nuclear weapon or enough fissile material for a weapon. Barring such acquisitions, if Iran wants to have nuclear weapons it would need to produce sufficient amounts of fissile material indigenously-which we judge with high confidence it has not yet done.

C. We assess centrifuge enrichment is how Iran probably could first produce enough fissile material for a weapon, if it decides to do so. Iran resumed its declared centrifuge enrichment activities in January 2006, despite the continued halt in the nuclear weapons program. Iran made significant progress in 2007 installing centrifuges at Natanz, but we judge with moderate confidence it still faces significant technical problems operating them.

• We judge with moderate confidence that the earliest possible date Iran would be technically capable of producing enough HEU for a weapon is late 2009, but that this is very unlikely.

• We judge with moderate confidence Iran probably would be technically capable of producing enough HEU for a weapon sometime during the 2010-2015 time frame.

(INR judges Iran is unlikely to achieve this capability before 2013 because of foreseeable technical and programmatic problems.) All agencies recognize the possibility that this capability may not be attained until after 2015.

D. Iranian entities are continuing to develop a range of technical capabilities that could be applied to producing nuclear weapons, if a decision is made to do so. For example, Iran’s civilian uranium enrichment program is continuing. We also assess with high confidence that since fall 2003, Iran has been conducting research and development projects with commercial and conventional military applications-some of which would also be of limited use for nuclear weapons.

E. We do not have sufficient intelligence to judge confidently whether Tehran is willing to maintain the halt of its nuclear weapons program indefinitely while it weighs its options, or whether it will or already has set specific deadlines or criteria that will prompt it to restart the program.

• Our assessment that Iran halted the program in 2003 primarily in response to international pressure indicates Tehran’s decisions are guided by a cost-benefit approach rather than a rush to a weapon irrespective of the political, economic, and military costs. This, in turn, suggests that some combination of threats of intensified international scrutiny and pressures, along with opportunities for Iran to achieve its security, prestige, and goals for regional influence in other ways, might-if perceived by Iran’s leaders as credible-prompt Tehran to extend the current halt to its nuclear weapons program. It is difficult to specify what such a combination might be.

• We assess with moderate confidence that convincing the Iranian leadership to forgo the eventual development of nuclear weapons will be difficult given the linkage many within the leadership probably see between nuclear weapons development and Iran’s key national security and foreign policy objectives, and given Iran’s considerable effort from at least the late 1980s to 2003 to develop such weapons. In our judgment, only an Iranian political decision to abandon a nuclear weapons objective would plausibly keep Iran from eventually producing nuclear weapons-and such a decision is inherently reversible.

F. We assess with moderate confidence that Iran probably would use covert facilities- rather than its declared nuclear sites-for the production of highly enriched uranium for a weapon. A growing amount of intelligence indicates Iran was engaged in covert uranium conversion and uranium enrichment activity, but we judge that these efforts probably were halted in response to the fall 2003 halt, and that these efforts probably had not been restarted through at least mid-2007.

G. We judge with high confidence that Iran will not be technically capable of producing and reprocessing enough plutonium for a weapon before about 2015.

H. We assess with high confidence that Iran has the scientific, technical and industrial capacity eventually to produce nuclear weapons if it decides to do so.


--------------------------------------------------------------------------------
Publication originale National Intelligence Estimate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James B. Lewis
NRA Chairman
avatar

Masculin Nombre de messages : 2051
Localisation : Austin/NY
Admirez-vous des politiciens ? : Nathan Sharansky.
Date d'inscription : 29/04/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 29 novembre 1967. 41 ans
Religion: Protestante
Origine: NY /Austin (TX)

MessageSujet: Re: Nucléaire iranien, le rapport qui fait l'effet d'une bombe   Mar 4 Déc - 21:35

We judge with moderate confidence Iran probably would be technically capable of producing enough HEU for a weapon sometime during the 2010-2015 time frame.

OUAIS en gros dans un peut pres 2 ans ils ont la bombe c'est super encourageant . Sinon ben la CIA a deja revelé sa mediocritée sur le dossier Irakien ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doyle Kingsley
Governor of Florida
avatar

Masculin Nombre de messages : 1462
Age : 58
Date d'inscription : 27/04/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 6 Juin 1959 ( 49 ans )
Religion: Protestant
Origine: Allemande

MessageSujet: Re: Nucléaire iranien, le rapport qui fait l'effet d'une bombe   Mar 4 Déc - 22:47

non JBL, la CIA par l'intermédiaire de Oneill avait un dossier important concernant le moyent orient et surtout l'Arabie Saoudite et le Pakistant, l'Irak en faisait parti mais n'était rien comparé à ce que certains familles Saoudienne financaient.
Sauf qu'en ce moment j'ai l'impression que tu défend plus les interets de certains politiciens plutot que le peuple US.

Cheney a refuser que Oneill présente ce dossier de la CIA appuyé par la NSA parcequ'il remettait en cause certains familles Saoudiennes qui étaient tout simplement compromises dans cette affaire du 11 septembre.

Et Cheney n'a surtout pas voulu froissé le plus gros exportateur l'Aramco qui est bien entendu dirigé par ces même familles Saoudienne... et pour qui travail Cheney ? Hallibubu

Donc non la CIA a fait son travail ce sont ceux qui ont eu le dossier qui sont incompétent ne retourne pas les inconvénients sur les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James B. Lewis
NRA Chairman
avatar

Masculin Nombre de messages : 2051
Localisation : Austin/NY
Admirez-vous des politiciens ? : Nathan Sharansky.
Date d'inscription : 29/04/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 29 novembre 1967. 41 ans
Religion: Protestante
Origine: NY /Austin (TX)

MessageSujet: Re: Nucléaire iranien, le rapport qui fait l'effet d'une bombe   Mar 4 Déc - 22:52

Tiens je suis allé sur le blog Drzz , et il semble constater ce que je constates egallement à propos de la CIA et de ses methodes

http://leblogdrzz.over-blog.com/article-14352075.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doyle Kingsley
Governor of Florida
avatar

Masculin Nombre de messages : 1462
Age : 58
Date d'inscription : 27/04/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 6 Juin 1959 ( 49 ans )
Religion: Protestant
Origine: Allemande

MessageSujet: Re: Nucléaire iranien, le rapport qui fait l'effet d'une bombe   Mer 5 Déc - 0:22

ben justement j'ai d'autres version concernant Cheney et ses méthodes.

Et surtout vis à vis de ses potes du moyen orient enfin ceux qui l'arrangent.

Malgré tout tu réponds pas à l'argument...Oneill avait un dossier et tu nous parles des méthodes...

Je te répète le dossier parlait de BenLaden et de ceux qui l'ont et continue à le financer, Saoudiens, Afghan, Pakistanais mais l'Irak malheureusement pour Dick Vador n'était pas le plus incriminé.

Ben Laden est Saoudien pas Irakien...ha oui autre détail depuis que les USA enfin Cheney a envahi l'Irak, Halliburton a prit 400% en passant de 18$ à 90$ étonnant non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georges D. Nightmare

avatar

Masculin Nombre de messages : 1098
Admirez-vous des politiciens ? : non
Date d'inscription : 21/05/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 1 007 000 $
Religion: 0 $
Origine: 1 007 000 $

MessageSujet: Re: Nucléaire iranien, le rapport qui fait l'effet d'une bombe   Mer 5 Déc - 18:42

Mc Connell le directeur des services de rensignement US ne voulait pas au départ que ce rapport soit rendu public (sans doute sous pression de Cheney ou de >Bush).
C'est probablement le pentagone (et en particulier le commandant en chef des forces US au moyen Orient (W. Fallon)qui a poussé Mc Connel à rendre ce rapport public car le pentagone n'est pas du tout partant pour aller guerroyer en Iran (ils ont plus les pieds sur terre que les neo cons).
Il est évident que cheney et compagnie n'y vont pas pour l"'interet de l'amérique mais pour leurs propres interets, et ceux des conglomérats pétroliers et d'Israel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nucléaire iranien, le rapport qui fait l'effet d'une bombe   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nucléaire iranien, le rapport qui fait l'effet d'une bombe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» rapport des contrôles internes de radioprotection (médecine nucléaire)
» Rendement d'une source nucléaire
» Séisme et centrale nucléaire...
» TRICASTIN : "Sortir du nucléaire" réclame une date d'intervention à EDF pour la barre "suspendue"
» DCNS Cherbourg va construire une centrale nucléaire immergée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Actualités :: Le reste du monde :: Moyen Orient et Proche Orient-
Sauter vers: