AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nationalisme Arabe et Islamisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
James B. Lewis
NRA Chairman
avatar

Masculin Nombre de messages : 2051
Localisation : Austin/NY
Admirez-vous des politiciens ? : Nathan Sharansky.
Date d'inscription : 29/04/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 29 novembre 1967. 41 ans
Religion: Protestante
Origine: NY /Austin (TX)

MessageSujet: Nationalisme Arabe et Islamisme   Mer 16 Jan - 21:36

Nationalisme Arabe et Islamisme les deux faces d'une meme medaille


On a tendance en Occident et singulièrement en France à opposer nationalisme arabe et islamisme. Cette opposition est illusoire. Une telle illusion, largement partagée au-delà de la gauche tiers-mondiste et de la droite gaulliste, s’est manifestée encore fortement en 2003 à l’occasion du renversement du régime de Saddam Hussein par les Etats-Unis et leurs alliés. On entend souvent reprocher à George W. Bush et à Tony Blair d’avoir détruit “le seul régime laïque de la région” ou encore “le rempart contre les mollahs iraniens” tout en qualifiant de “contre-nature” l’actuelle alliance islamo-baathiste.

I. Le national-islamisme comme conception théo-ontologique de l’Histoire

Un phénomène semblable à celui que nous décrivons pourrait être trouvé dans le Japon de l’Ère Meiji à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle [1], qui tout en modernisant les institutions ne renia ni la conception théologico-politique divinisant l’Empereur ni le nationalisme de la civilisation japonaise se proclamant supérieure à toutes les autres. Le tout ouvrit la voie au racisme du militarisme japonais de sinistre mémoire.

Si le nationalisme arabe a prétendu moderniser l’islam, il n’a pas cherché à se séparer du religieux à la façon de la Révolution Française. Il n’a, par exemple, pas renoncé à la notion de Communauté (Oumma) qu’il a pensée comme une Essence immuable (d’où l’idée d’un “Moi islamique”) et pas sous la forme d’union de Patries aux formes institutionnelles évolutives. Cet essentialisme implique des frontières bien plus religieuses que territoriales stricto sensu (mais ce fut aussi le cas du militarisme japonais lorsqu’il justifia son incursion en Chine). Dans le monde arabo-islamique, les frontières terrestres n’existent en effet que par défaut (parce que l’on ne peut pas aller plus loin) ou sont utilisées comme prétextes; c’est ce que l’on peut repérer dans la texture du conflit judéo-arabe puisque la question centrale posée par les divers mouvements dits palestiniens – et ce, depuis le début – tourne bien moins autour de la nécessité de deux États que du problème de la reconnaissance d’Israël comme État souverain.

L’islamisme, c’est-à-dire l’application intégrale de l’islam tel qu’il s’est codifié depuis le début, s’en tient de son côté à l’idée de frontières religieuses, et donc territorialement extensibles à l’infini, puisque l’islam est “la religion naturelle de l’humanité” sans avoir besoin de copier institutionnellement la structure politique d’origine occidentale qui distingue le temporel du spirituel. Le Commandeur des Croyants articule les deux si bien qu’il n’y a pas de nécessité d’une hiérarchie ecclésiastique dans le sunnisme. Le Calife est aussi le Guide suprême et il suppléé à tout problème car il est juridiquement doté de l’outil nécessaire et suffisant: la Charia.

Le nationalisme arabe partage avec l’islamisme les mêmes valeurs que le militarisme japonais, en particulier tout ce qui a trait à l’idée de supériorité civilisationnelle, idée partagée aussi par le national-socialisme hitlérien quoique la race y est un concept plus biologique que métaphysique [2], à l’inverse du nationalisme arabe et de l’islamisme en général, porteurs tous deux d’une conception théologique de l’Histoire. Le nationalisme diffère du simple patriotisme par son idée d’une supériorité a priori. L’histoire n’a-t-elle pas amplement prouvé la forte imprégnation réciproque de ces différents types de nationalisme, ne serait-ce que par les liens à l’époque entre le Mufti de Jérusalem et Hitler; puis le soutien octroyé par Nasser et le parti Baath syrien à certains dignitaires nazis poursuivis par la Communauté internationale?

On peut donc parler de l’existence d’un national-islamisme. Sa structure reste cependant encore impensée. L’Allemagne et le Japon, ont pu admettre leurs errements passés quant à ces idées de supériorité et, en définitive, de racisme, quand bien même celui-ci ne serait que “métaphysique”. Le nationalisme arabe et l’islamisme n’ont pas eu à le faire, et ne le font toujours pas, bien au contraire. Pourquoi? Parce que le nationalisme arabe a pour socle non pas une idéologie, non pas une religion parmi d’autres, mais une religion qui prétend être la religion même, l’islam, et qu’à ce titre il ne peut prétendre qu’à moderniser seulement superficiellement sa façade institutionnelle et sociétale. Autrement dit, selon sa conception interne, la prétention à la supériorité sur le judaïsme, le christianisme, et, partant, sur toute civilisation, l’islam ne peut la remettre en cause, non pas parce qu’il aurait démontré en effet qu’il serait ontologiquement plus efficace pour résoudre les problèmes du monde, mais parce que sa supposée supériorité est inscrite noir sur blanc dans le Coran, censé être la Vérité passée, présente et avenir. En sacralisant ainsi ses propres prérogatives, cette énorme revendication soustrait toute base à la critique et la laisse sans voix. Et de fait, cette supposée supériorité de l’islam n’est toujours pas contestée, ou, du moins, ne reçoit pas le même traitement critique que celui dont a été justiciable jusqu’aujourd’hui le dit “européocentrisme”.

L’islam aurait-il effectué une telle critique sur lui-même que cela se serait immédiatement manifesté, par exemple lorsqu’en 1948 l’ONU vota pour la partition de la contrée nommée “Palestine” (selon la terminologie romaine). Il aurait alors suffi de reconnaître le droit d’Israël à exister comme État indépendant, quitte sur cette question à contredire le Coran qui l’exclut formellement, et à remettre par là en cause cinquante ans de national-islamisme jamais contesté, y compris par les intellectuels les plus contestataires vis-à-vis de la suprématie occidentale. Or, cette articulation entre politique et théologie, loin d’être un aspect mineur s’avère persister et revêtir une importance capitale du point de vue arabe et islamique.

L’idée du “socialisme arabe illustre d’une autre façon cette réalité. Cette notion n’a pas la signification que l’on croit communément. En effet, le socialisme arabe ne fut rien moins que la traduction de cette articulation théologico-politique du nationalisme et de l’islam. Ainsi l’égyptien Gamal Abdel Nasser, le leader incontesté du nationalisme arabe des années 50-60, pouvait-il avancer concernant l’islam: “Nous n’avons jamais dit (…) que nous avions renié notre religion. Nous avons déclaré que notre religion était une religion socialiste et que l’islam, au Moyen Age, a réussi la première expérience socialiste dans le monde” [3], tout en ajoutant que “Muhammad fut l’imam du socialisme” [4]. Une telle continuité “socialiste” doit alors être pensée non pas, bien entendu, dans les termes du socialisme européen (il en est de même du nationalisme, je l’ai montré plus haut), mais plutôt comme une institutionnalisation coranique modernisée; c’est-à-dire telle qu’elle englobe toujours le politique, l’économique, la culture, les mœurs, c’est-à-dire, en bref, plus ou moins, la Charia. L’islam est par exemple religion d’Etat dans la plupart des pays dits arabes à l’exception de la Tunisie. Tout en admettant la concession de quelques retouches formelles, d’ailleurs critiquées par l’islamisme, le Président de la République n’est pas officiellement Calife, c’est-à-dire Commandeur des Croyants. Mais l’on attribue de toute façon à l’ensemble de cette construction l’idée d’une supériorité théologique et politique définitive. Michel Aflak, fondateur (chrétien) du parti dit “laïc” Baath [5], ne disait-il pas que “le souffle du Prophète animera toujours le nationalisme arabe”? [6]

Certes, de nos jours, Leila Shahid, l’une des responsables de l’OLP, ne porte (toujours) pas le voile, et il faut naturellement se garder d’une assimilation totale du nationalisme et de l’islam. Néanmoins, le parti Baath syrien actuel fait cause commune avec le Hamas et le Hezbollah, tandis que le nationalisme palestinien, supposé lui aussi laïc, fait non seulement référence à Jérusalem en tant que troisième ville sainte de l’islam, mais la revendique comme capitale, en son entier. La revendication de Jérusalem est un exemple décisif de ce lien ontologique entre nationalisme arabe et islamisme. Or, comme l’explique si bien Emmanuel Servan dans son livre célèbre, Mythes politiques arabes [7], Jérusalem ne devint une référence aux yeux des Musulmans que tardivement, c’est-à-dire au fur et à mesure qu’ils s’aperçurent de son importance aux yeux des Chrétiens et des Juifs. Tandis qu’en 1099, lorsque Jérusalem tomba aux mains des Croisés, les chroniqueurs musulmans de l’époque, relate Servan “se contentent de rapporter l’événement sur un ton neutre, de manière anecdotique”… Il fallut en effet attendre pas moins de cinq siècles pour que Jérusalem acquière dans l’islam un rôle théologique, en particulier sous l’impulsion conjointe de nouveaux convertis d’origine juive comme Rav Akiba (K’ab al-Akhbar), de la présence fervente d’ermites chrétiens, et, plus globalement, d’une nécessité symbolique d’ancrer également l’Islam au cœur même de la Tradition judéo-chrétienne dont il se prétend non l’héritier mais le rectificateur. Autrement dit, sans cette filiation physique, une telle justification tomberait et l’islam apparaîtrait telle qu’il était aux yeux de beaucoup lors de son surgissement: une hérésie chrétienne de plus [8] (elle-même étant une hérésie juive…).

II. L’échec politique du nationalisme arabe comme creuset de l’islamisme

Contrairement aux apparences, donc, surtout aujourd’hui, malgré les affrontements passés et présents entre nassériens et Frères musulmans ou entre wahabisme saoudien et djihadistes, il ne s’agit pas entre le nationalisme arabe et l’islamisme, d’une simple alliance tactique entre frères ennemis. Pour la raison essentielle qu’ils ne se sont jamais opposés sur l’objectif de fond, à savoir la résurgence de la grandeur d’autrefois, mais seulement sur les moyens d’y parvenir: la renaissance (Nahda) pour le premier en s’inspirant des efforts de modernisation prônée au début du XIXème siècle par certains intellectuels installés en Europe [9]; et pour le second, le retour à l’imitation des pieux ancêtres (al-salaf al-salih) qui donna le salafisme, dont les Frères musulmans égyptiens, le wahabisme saoudien, le Hamas palestinien sont les variantes - de même que le Hezbollah libanais malgré ses racines chiites plutôt que sunnites: celles-ci cachent mal en effet les velléités panislamistes de certains courants religieux dont le khomeynisme est le dernier avatar, et la diatribe de l’actuel président iranien la diatribe ultime. Surtout lorsqu’il clame que l’affrontement en préparation en Terre dite sainte, doit conclure une bataille commencée il y a plusieurs centaines d’années…

Il ne faut d’ailleurs pas prendre cette affirmation à la légère, y compris au niveau théologico-politique, puisque la suprématie totale de l’islam sur cette région vise à l’affermir comme seule religion authentique du Livre, - celui-ci ne devant pas être confondu avec la Bible ou la Torah, textes erronés pour l’islam, mais avec l’idée même de Verbe, de Parole divine dont le Coran, seul, est le Discernement (par exemple sourates III-3, III-4, etc.) [10]. De sorte qu’une fois réglée la dispute territoriale, les Juifs et les Chrétiens, n’apparaîtront plus aux yeux des Musulmans que sous l’aspect de vestiges, ceux de sectes hérétiques, qu’il s’agit cependant, pour l’islam, de maintenir comme traces archéologiques du passé obscur de la Force [11]; d’où la nécessité de la dhimmitude [12] selon l’islamisme (Maimonide était par exemple le médecin attitré de Saladin, chose par ailleurs impensable aujourd’hui…), à la différence du national-arabisme qui a pensé plutôt à l’éradication de la notion de dhimmitude, surtout depuis la création d’Israël, avec plus d’un million cinq cent mille juifs expulsés des pays dits arabes alors qu’ils en étaient, là aussi “originaires”, et cela bien avant l’invasion islamique (de même qu’en Afrique du Nord, en Égypte, en Irak, en Syrie, etc.).

Mais cette fixation de l’islamisme au passé et la différence d’approche font-elles pour autant de l’islamisme un adversaire déclaré de la Nahda du nationalisme arabe, c’est-à-dire de ce souci d’actualisation qu’avaient nombre d’intellectuels arabisants au début du XIXe siècle et du siècle suivant comme le pense Paul Balta? [13] Rien n’est moins sûr.

En effet, l’un des liens fondamentaux qui relient le nationalisme arabe à l’islam, est, pour l’islam lui-même, l’idée d’une supériorité des Arabes parmi les musulmans. D’abord, l’islamisme insiste lui-même “sur le rôle essentiel des Arabes dans la mise en œuvre d'une réforme islamique” comme l’observe Menahem Milson [14]. Ensuite, de son côté, le nationalisme arabe, dans sa lecture syrienne ou égyptienne, n’a nullement émergé à la faveur d’une rupture idéologique avec le religieux (je l’ai déjà signalé) - à la différence des révolutions jacobine, mais aussi léniniste ou nazie qui, toutes trois, se sont voulues, en Europe, totalement contraires au judéo-christianisme, selon des modalités bien entendu spécifiques. En Algérie par exemple, arabisme et islamisme se sont constamment articulés [15] l’un à l’autre jusqu’à donner récemment la preuve historique d’une compatibilité de bon aloi. Certes, on peut objecter que le Coran fut brûlé en pleine rue lors de la révolution irakienne de 1958, comme le souligne Gilbert Meynier [16], mais il s’agissait bien moins de signifier une véritable rupture que d’affirmer une supériorité doctrinale, celle de l’arabisme, contre les tentatives - perçues comme poussiéreuses - de reproduire à la lettre l’islam des origines. D’ailleurs les Frères musulmans se sont alliés avec le mouvement des Officiers Libres égyptiens qui renversa le roi Farouk en 1952, en particulier lorsque l’un d’entre eux, Gamal Abdel Nasser, démit à son tour son représentant attitré, le général Néguib, et entama une vigoureuse campagne anti-juive puis anti-copte [17], tout en protégeant les Frères musulmans; même s’il a pu à l’occasion pendre quelques membres des Frères musulmans lorsque ceux-ci voulaient le concurrencer. Sadate lui-même prolongea l’islamisation et l’antichristianisme, et quand il signa la paix il le paya de sa vie.


La suite sur http://www.atlantis.org/publications/etudes/nationalisme-arabe-et-islamisme,-les-deux-faces-d%92une-meme-medaille/
Par Lucien Samir Oulahbib
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Nationalisme Arabe et Islamisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Institut du Monde Arabe
» Histoire de la pensée arabe et islamoque
» Marabout et Bureau arabe, 1833/1856
» Pierre Précieuse - (en Arabe)
» Ramadhan dans le monde arabe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Actualités :: Le reste du monde :: Moyen Orient et Proche Orient-
Sauter vers: