AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 McCain et le mariage gay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Georges D. Nightmare

avatar

Masculin Nombre de messages : 1098
Admirez-vous des politiciens ? : non
Date d'inscription : 21/05/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 1 007 000 $
Religion: 0 $
Origine: 1 007 000 $

MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Lun 28 Juil - 17:53

diddl2007 a écrit:
Je crois tout ce que La Bible dit. Je crois en la création en 6 jours, je ne crois absolument pas au darwinisme. Je ne crois pas aux milliards d'années... Mais le sujet est extrèmement long à débattre.

Pour information, sachez qu'aux USA selon un sondage, beaucoup d'Américains partagent mon point de vue :

God created humans in present form
All Americans
55%
Kerry voters
47%
Bush voters
67%

source : http://www.cbsnews.com/stories/2004/11/22/opinion/polls/main657083.shtml

Non , le sujet est extremement court à débattre : d'un coté (darwin, les milliards d'années, l'homme qui vient du singe etc...) il y a des tonnes de preuves, de l'autre (le créationisme) il y a que dalle, pas l'ombre d'un indice, rien, nada. Voilà le sujet est débattu : tu vois c'était court
Qu'une majorité croit la meme chose que toi n'en fait nullement une vérité. En revanche, les preuves accumulées en faveur de la théorie de darwin ont bien plus de valeurs.
Comment expliques tu ces preuves ? les dinosaures, les datations (qui montrent que la terre a bien plus de 10.000 ans !!), les squelettes d'hominidé etc.... ?

Réfuter la science c'est permis mais encore faut il avoir des arguments, et toi et tes amis j'ai bien peur que vous n'en ayez aucun, hormis votre foi aveugle
Vois tu quand la passion suit un autre chemin que la raison c'est qu'il y a un probleme quelque part, et le probleme n'est pas là ou il y a des preuves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Lun 28 Juil - 18:11

Le sujet est long, je t'avais prévenu mais si tu y tiens, nous pouvons en débattre. Tu fais erreur si tu crois que les preuves scientifiques vont dans la direction du darwinisme.
Mais premièrement parlons des dinosaures :

Voici une étude sur la question des dinosaures.




Les dinosaures ont habité sur la terre dans un passé lointain. Des fossiles de dinosaures ont été découverts dans le monde entier et leurs ossements sont exposés dans les musées. Les scientifiques ont réussi à reconstituer plusieurs squelettes, de sorte que nous pouvons savoir à quoi ils ressemblaient.

Quand ont-ils été découvert

L'histoire de leur découverte remonte aux années 1820 quand Gideon Mantell, un médecin britannique, découvrit une dent et des ossements assez inhabituels dans une carrière. Constatant que ces restes d'animaux étaient très différents, le docteur Mantell crut alors avoir découvert un nouveau groupe de reptiles. En 1841, environ neuf types de ces reptiles "différents" avaient été retrouvés, dont deux nommés Mégalosaure et Iguanodon. C'est à cette époque qu'un scientifique (créationniste), le docteur Richard Owen, inventa le mot "dinosaurus", littéralement "terrible lézard", ce à quoi les ossements lui faisaient penser.

De quelle dimension étaient les dinosaures ?

Certains dinosaures étaient aussi petits que des poulets, d'autres étaient même plus petits encore. Bien sûr, il y en avait aussi d'énormes, pesant environ 80 tonnes et mesurant 40 pieds! Toutefois, la taille moyenne d'un dinosaure correspondait probablement à celle d'un petit cheval.

A quelle époque ont-ils vécu ?

L'histoire que nous avons tous entendu dans les films, à la télévision, dans les journaux, les magazines et les manuels raconte que les dinosaures auraient vécu il y a des millions d'années. Selon les évolutionnistes, les dinosaures auraient dominé la terre durant 140 millions d'années, avant de s'éteindre il y a environ 65 millions d'années. Cependant, les chercheurs n'ont jamais rien déterré avec une étiquette mentionnant un âge. Ils découvrent seulement des dinosaures morts, c'est-à-dire leurs ossements, et ces ossements n'ont aucune étiquette spécifiant leur âge.

La Bible, le livre très spécial de Dieu (ou plutôt la collection de livres), affirme que chaque écrivain fut inspiré d'une manière surnaturelle pour écrire exactement ce que le Créateur de toutes choses voulait qu'il écrive, pour que nous sachions d'où nous (et les dinosaures) venons, pourquoi nous sommes sur la terre et ce que sera notre avenir. Le premier livre de la Bible - la Genèse - nous enseigne plusieurs choses sur la manière dont l'univers et la vie sont venus à l'existence. La Genèse nous dit que Dieu a créé toute chose: la terre, les étoiles, le soleil, la lune, les plantes, les animaux et les deux premiers êtres humains. Même si la Bible ne nous dit pas exactement à quand remonte la création par Dieu du monde et de ses créatures, nous pouvons estimer cette date à partir de certains passages intéressants de la Bible : Dieu a tout créé en six jours. Il a agi ainsi pour nous donner un modèle à suivre, devenu notre semaine de sept jours (tel que décrit dans (Exode 20:11). Dieu a "travaillé" durant six jours et s'est reposé le septième. De plus, les exégètes disent que le mot hébreu pour "jour" utilisé dans la Genèse au chapitre un, ne peut signifier, dans ce contexte, qu'un jour littéralement (24 heures). Le récit biblique affirme que Dieu a créé le premier homme et la première femme - Adam et Eve - le sixième jour. Plusieurs faits relatant la naissance de leurs enfants et des enfants de leurs enfants sont donnés dans la Genèse. Leur généalogie est établie à travers l'Ancien Testament jusqu'au temps du Christ (Genèse 5, 10 et 11; Matthieu 1). Il ne s'agit certainement pas de chronologies remontant à des millions d'années. Si l'on additionne toutes les dates, et considérant que Jésus-Christ, le Fils de Dieu, est venu sur la terre il y a presque deux milles ans, nous arrivons à la conclusion que la création de la terre et des animaux (dinosaures inclus) est survenue il y a à peine des milliers d'années (peut-être seulement 6 000 ans!) et non des millions d'années. Alors, si la Bible est exacte (et elle l'est), les dinosaures ont dû vivre à l'intérieur de cette période de quelques milliers d'années.

Des preuves incontestables !

De nombreuses fouilles archéologiques apportent la preuve incontestable que les dinosaures ont bien vécus avec les hommes et ces preuves, en voici quelques unes :

Les tribus aborigènes du Queensland, Australie, racontent l'histoire de Yarru ou Yarrba, un animal au long cou muni de nageoires. Cela ressemble étonnamment à un plésiosaure ! De plus, le système digestif est bien décrit, ce qui laisse à penser que cet animal a été chassé et dépecé. (ref. "Bushmen's paintings baffling to scientists", Evening News, 01/01/70, London Express Service, imprimé dans le Los Angeles Herald-Examiner le 07/01/70. )


Au Zimbabwe, près de Salisbury, on a découvert des peintures rupestres dans des grottes situées dans les collines de Gorozomzi. Ces dessins représentent de façon très précise des éléphants, des hippopotames, des girafes et d'autres animaux dont un brontosaure ! ( ref.Clark, Desmond J., "The rock paintings of Northern Rhodesia and Nyasaland", in Summers, Roger, Rock art of central Africa, 1959, pp. 28-29, 194. ) L'image de gauche, représentant 3 animaux à long cou et à longue queue, provient de la grotte de Nachikufu près de Mpika au nord du Zimbabwe. ( ref. Bernard Heuvelmans : "Les derniers Dragons d'Afrique", pp. 336-337.)


Bien avant que nous ne connaissions les dinosaures, au Ghana et dans sa région, on se transmettait, de génération en génération, des poids à peser l'or. Ces poids représentaient l'animal de leur propriétaire. De quel animal les négociants Ashantis se sont-ils inspirés ?


Les anciens habitants de Sumatra ont décrit des animaux à long cou, à longue queue avec une crête sur la tête. Au Musée Ethnographique de Budapest, on peut admirer cette planche décrivant la chasse d'un animal qui pourrait être de la famille des corythosaures. (ref. Moortgart, Anton, The art of Ancient Mesopotamia, 1969, plate 292.)



Il existe en Amérique du nord quelques pétroglyphes anciens, mais impossibles à dater précisémment, comme par exemple : Au Natural Bridges National Monument.



Dans le canyon Havasupai en Arizona.



Les animaux figurant sur ce sceau cylindrique mésopotamien de

3 300 ans av. J.C. ressemblent singulièrement à des dinosaures... ( ref. The Narmer Palette (Great Hierakonpolis Palette) Cairo J.E. 14716, C.G. 32169 The Hierakonpolis Palette (Little Hieraconpolis, Two Dogs, Oxford, Ashmolean Palette) Ashmolean Mus. E 3924)


En 1902, Robert Koldewey, archéologue allemand, mit au jour la Porte d'Ishtar dans les ruines de Babylone. Alternant avec des lions et des aurochs, se trouve cet étrange animal, le sirrush ( dragon ). Cette porte, construite 600 ans av. J.C. par le roi Nabuchodonosor, a été reconstituée au Musée Pergamon de Berlin.



On retrouve également des descriptions de dinosaures sur des mosaïques romaines du deuxième siècle. (ref. Finley, The light of the past, 1965, p.93.)



D'autres preuves scientifiques confirment bien que les dinosaures n'ont pas des millions d'années :

La découverte du tissu de dinosaure encore mou et élastique - un contredit stupéfiant des « millions d'années »
Par Carl Wieland, Ph.D.
Nous avions récemment annoncé la découverte de ce qui semblait être des cellules rouges sanguines microscopiques (et l’évidence immunologique d’hémoglobine) dans l’ossature du dinosaure.
Actuellement, un nouvel annoncé, impliquant le même scientifique (le Dr Mary Schweitzer de l’Université de l’Etat du Montana2), étire le paradigme de « millions d’années » de façon incroyable.
Non seulement de nouvelles cellules sanguines on été découvertes, mais aussi des tissus tendres et fibreux, et des vaisseaux sanguins intégraux. Le fait que ce sont réellement les tissus tendres d’un dinosaure non fossilisé est dans ce cas si évident à l’œil nu que toute incrédulité au sujet de la découverte mentionnée ci-dessus est de l’histoire ancienne.


A. La flèche indique un fragment de tissu encore élastique. Cela défie la théorie qui soutient que de tels tissus auraient pu dater de 65 millions d’années.

B. Une autre exemple d’ « apparence de fraîcheur » qui, là aussi, rend peu crédible « les millions d’années ».

C. Régions de l’os montrant une structure fibreuse encore présente, en comparaison à la plupart des os de fossiles où cette structure est inexistante. On prétend que ces os ont 65 millions d’années, cependant ils réussissent à maintenir cette structure.

Une des descriptions d’une partie du tissu était « flexible et élastique et lorsque étirée, retrouve son état premier »
L’excitante découverte a été faite lorsque les chercheurs ont été obligés de briser l’os de la patte d’un fossile de Tyrannosaurus rex pour le soulever en hélicoptère. Cet os était encore entièrement creux et non rempli de minéraux comme à l’habitude. Dr Schweitzer a utilisé des produits chimiques pour dissoudre la matrice osseuse, découvrant les tissus mous encore existants.
Elle a dit que les vaisseaux sanguins étaient flexibles et qu’à certains endroits, il était possible d'extraire leur contenu par pression. En outre, elle affirme que « les microstructures qui ont l’air de cellules sont parfaitement préservées ». Selon un de ses commentaires, « une préservation de cette importance, avec encore une telle flexibilité et transparence,
n’a jamais été observée auparavant chez un dinosaure ».
Apparemment, ces faits n’avait jamais été observés auparavant, principalement parce qu’on ne les recherchait pas. L’attention du Dr Schweitzer était peut-être éveillée à cette possibilité suite à sa dernière découverte inattendue des cellules sanguines du T. rex. (Connue pour son intérêt à ce sujet, on lui a envoyé des fossiles, avant de leur avoir appliqué un préservatif, pour y rechercher des tissus tendres.) En fait, depuis lors, Dr Schweitzer a découvert les mêmes tissus tendres dans plusieurs autres spécimens de dinosaures.


Gauche: les structures flexibles dans l’os du T. rex ont été identifiées de façon justifiable comme étant des vaisseaux sanguins. Si ces os avaient 65 millions d’années, on n’y trouverait pas des tissus mous, tels que les vaisseaux sanguins.

Droite: L’on a pu extraire ces structures microscopiques de quelques uns des vaisseaux sanguins, et à les regarder, « elles ont l’air de cellules », comme l’ont dit les chercheurs

D'où viennent les dinosaures ?


Les évolutionnistes affirment que les dinosaures ont évolué sur plusieurs millions d'années. Ils imaginent qu'une espèce animale s'est lentement transformée sur une longue période de temps avant de donner naissance à une nouvelle espèce. Ils croient que par ce processus les amphibiens, par exemple, se sont graduellement transformés en reptiles, dont les dinosaures. Cela impliquerait bien sûr qu'au cours de cette longue période de transformation, il y ait eu une multitude de créatures "intermédiaires". Des traces de ces "formes transitionnelles" devraient être abondantes. Pourtant, plusieurs experts en fossiles reconnaissent qu'aucune trace incontestable de ces formes intermédiaires n'a jamais été retrouvée nulle part. Si les dinosaures ont évolué à partir des amphibiens, il devrait y avoir des traces fossiles de créatures en partie dinosaure et en partie "autre chose". En fait, si vous visitez n'importe quel musée, vous verrez des fossiles de dinosaures qui sont des dinosaures à 100 %, et non quelque chose "entre deux". Ils ne sont pas dinosaures à 25 %, 50 %, 75 % ou même à 99 %: ils sont dinosaures à 100 %! La Bible affirme qe Dieu a créé tous les animaux terrestres le sixième jour de la Création. Comme les dinosaures sont des animaux terrestres, ils doivent avoir été créés ce jour-là, le même jour où furent aussi créés Adam et Ève (Genèse 1:24-31). Si Dieu a conçu et créé les dinosaures, ils doivent avoir été complètement fonctionnels, parfaitement conçus pour faire ce pour quoi ils furent créés et 100 % dinosaures dès leur création. Et cela cadre parfaitement avec l'observation des fossiles. Les évolutionnistes déclarent qu'aucun homme n'a jamais vécu en même temps que les dinosaures. La Bible cependant affirme clairement que les dinosaures et les êtres humains doivent avoir vécu ensemble. En fait, comme nous le verrons plus loin, il existe plusieurs preuves à cet effet.
...


A L'Eternel Dieu soit Toute La Gloire !


Dernière édition par diddl2007 le Mar 29 Juil - 21:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Lun 28 Juil - 18:12

suite...


Que mangeaint-ils ?


La Bible affirme que Dieu avait ordonné aux premiers animaux (et aux premiers humains) d'être végétariens (Genèse 1:29-30). Il n'y avait aucun carnivore dans la création originale. Bien plus, la mort n'existait pas. C'était un monde sans défaut où Adam et Ève ainsi que les animaux (y compris les dinosaures) vivaient en parfaite harmonie et ne mangeaient que des plantes. Malheureusement, cette harmonie n'a pas duré longtemps. Adam s'est rebellé contre son Créateur, faisant entrer le péché dans le monde (Genèse 3:1-7; Romains 5:12). Par cette rébellion, Adam et tous ses descendants (vous et moi) renonçaient au privilège de vivre dans la présence d'un Dieu saint (sans péché) et juste. Dieu jugea donc le péché par la mort. La Bible enseigne clairement de la Genèse à l'Apocalypse que ni les animaux, ni les humains ne connaissaient la mort avant qu'Adam ne commette le péché (considérez seulement quelques-uns des nombreux passages l'affirmant : (Genèse 2:17; Romains 5:12 et 8:20-22; 1 Corinthiens 15; Apocalypse 21:1-4). Cela veut dire qu'il ne peut y avoir aucun fossile animal (et aucun ossement de dinosaure) avant le péché. Après le péché d'Adam, les animaux et les personnes ont commencé à mourir. C'était dès lors un monde différent, où la mort et la lutte venaient de faire leur apparition. Et le monde qui fut un temps merveilleux, souffrait maintenant sous la malédiction de son Créateur (Genèse 3:14-19). Mais une promesse fut donnée (Genèse 3:15) : Dieu pouvoirait le moyen par lequel le salaire du péché serait payé et la communion entre Dieu et l'homme, à nouveau possible.

Pourquoi trouvons-nous des fossiles de dinosaures ?


Dans la Genèse au chapitre 6, nous lisons que toute chair (hommes et animaux) "avait une conduite corrompue sur la terre" (Genèse 6:12). Peut-être qu'hommes et animaux s'entre-tuaient; peut-être que les dinosaures ont commencé à tuer d'autres animaux et des humains. De toute façon, la Bible dit que ce monde était méchant. À cause de cette méchanceté, Dieu avertit un homme intègre nommé Noé, qu'Il allait détruire ce monde par un déluge (Genèse 6:13). Dieu lui commanda alors de construire une arche afin qu'un couple de chaque espèce des animaux terrestres (ce qui devait inclure des dinosaures) et les membres de sa famille puissent s'y mettre à l'abri et survivre à la destruction de tout ce qui était sur la terre (Genèse 6:14-20). Certaines personnes croient que les dinosaures étaient trop grands, ou qu'il y en avait trop pour qu'ils puissent se réfugier dans l'arche. Cependant, il n'y avait pas beaucoup de différentes espèces de dinosaures. Il y a certainement des centaines de noms différents pour désigner les dinosaures, mais plusieurs sont attribués à des fragments d'os ou de squelettes qui appartiennent en fait à la même sorte de dinosaures découverte dans différents pays. Il est aussi raisonnable de présumer que pour la même espèce de dinosaures, des différences de tailles, de variétés et de sexes aient pu engendrer une multitude de noms. Considérons par exemple, les différentes races et tailles de chiens - tous appartiennent pourtant à la même espèce: le chien. En réalité, il y a peut-être eu moins de cinquante sortes de dinosaures. Dieu dirigea dans l'arche un couple de chaques espèce animale sans exception (sept pour certains) (Genèse 7:2-3; 7:8-9). Donc, les dinosaures ont dû se trouver aussi dans l'arche. Même s'il y avait amplement d'espace dans cette immense embarcation pour de gros animaux, peut-être Dieu envoya-t-il de jeunes adultes dans l'arche afin qu'ils aient tout l'espace nécessaire à leur croissance. Alors qu'est-il arrivé à tous les animaux terrestres qui ne sont pas entrés dans l'arche? Ils se sont tout simplement noyés. Plusieurs ont dû être engloutis par des tonnes de boue alors que les eaux déchaînées recouvraient la terre (Genèse 7:11-12, 19). Et la soudaineté de ce phénomène aurait créé des conditions favorables à leur préservation sous forme de fossiles. Par conséquent, on pourrait s'attendre à retrouver, partout sur la terre, des millions de spécimens de ces créatures mortes enterrées dans les couches de roches formées par cette boue. Et c'est exactement ce que nous découvrons. En passant, le déluge du temps de Noé remonte probablement à un peu plus de 4 500 ans. Les créationnistes croient que cet événement a formé la plupart des couches fossiles découvertes partout sur la terre. D'autres fossiles se seraient formés lors d'inondations locales subséquentes, alors que le sol se stabilisait après les grands bouleversements du déluge. Ainsi, les fossiles de dinosaures résultant du déluge datent probablement de 4 500 ans et non de millions d'années. Est-ce que les dinosaures ont pu vivre à des époques récentes? Pour que les différentes espèces de dinosaures aient survécu au déluge, il faut d'abord qu'elles soient descendues de l'arche pour ensuite se confronter au nouveau monde postdiluvien.

Les dinosaures sont-ils mentionnés dans la Bible?


Voici le Béhémot, à qui j'ai donné la vie comme à toi! Il mange de l'herbe comme le boeuf. Le voici! Sa force est dans ses reins, Et sa vigueur dans les muscles de son ventre; Il plie sa queue aussi ferme qu'un cèdre; Les nerfs de ses cuisses sont entrelacés; Ses os sont des tubes d'airain, Ses membres sont comme des barres de fer. Il est la première des oeuvres de Dieu; Celui qui l'a fait l'a pourvu d'un glaive. Il trouve sa pâture dans les montagnes, Où se jouent toutes les bêtes des champs. Il se couche sous les lotus, Au milieu des roseaux et des marécages; Les lotus le couvrent de leur ombre, Les saules du torrent l'environnent. Que le fleuve vienne à déborder, il ne s'enfuit pas: Que le Jourdain se précipite dans sa gueule, il reste calme. Est-ce à force ouverte qu'on pourra le saisir? Est-ce au moyen de filets qu'on lui percera le nez?
(Job Ch40 Versets 15 à 24)


Contrairement à ce que plusieurs pensent, ce que nous appelons aujourd'hui dinosaure est plus souvent mentionné dans les Écritures que la plupart des autres animaux! Ainsi, les dinosaures, de toutes espèces, ont sans doute vécu en même temps que les humains de l'après-déluge.


Curieusement, le mot "dragon" est utilisé à quelques reprises dans l'Ancien Testament. Dans la plupart des cas, il serait tout à fait approprié de remplacer le mot "dragon" par dinosaure. Les créationnistes croient que les dinosaures étaient appelés dragons avant l'apparition du mot dinosaure datant des années 1800. Évidemment, on ne peut s'attendre à lire ce mot dans les bibles traduites à une époque antérieure (comme la version autorisée de 1611).

Sentence des bêtes du midi: A travers une contrée de détresse et d`angoisse, D`où viennent la lionne et le lion, La vipère et le dragon volant, Ils portent à dos d`ânes leurs richesses, Et sur la bosse des chameaux leurs trésors, A un peuple qui ne leur sera point utile.
(Esaïe Ch30 Verset6)


Ceux que l'on appelle dragons volants font penser aux ptérodactyles, ceux que l'on appelle des dinosaures volants !


De même, il y a plusieurs livres d'histoires anciennes dans différentes bibliothèques du monde relatant en détail la rencontre d'humains et de dragons.

Le léviathan est un animal mystèrieux décrit dans la Bible, cet animal ressemble à l'image du dragon faites à l'époque médiévale mais se rapproche plus de l'image du dragon représenté en Asie.

Prendras-tu le léviathan à l'hameçon? Saisiras-tu sa langue avec une corde? Mettras-tu un jonc dans ses narines? Lui perceras-tu la mâchoire avec un crochet? Te pressera-t-il de supplication? Te parlera-t-il d'une voix douce? Fera-t-il une alliance avec toi, Pour devenir à toujours ton esclave? Joueras-tu avec lui comme avec un oiseau? L'attacheras-tu pour amuser tes jeunes filles? Les pêcheurs en trafiquent-ils? Le partagent-ils entre les marchands? Couvriras-tu sa peau de dards, Et sa tête de harpons? Dresse ta main contre lui, Et tu ne t'aviseras plus de l'attaquer. Voici, on est trompé dans son attente; A son seul aspect n'est-on pas terrassé? Nul n'est assez hardi pour l'exciter; Qui donc me résisterait en face? De qui suis-je le débiteur? Je le paierai. Sous le ciel tout m'appartient. Je veux encore parler de ses membres, Et de sa force, et de la beauté de sa structure. Qui soulèvera son vêtement? Qui pénétrera entre ses mâchoires? Qui ouvrira les portes de sa gueule? Autour de ses dents habite la terreur. Ses magnifiques et puissants boucliers Sont unis ensemble comme par un sceau; Ils se serrent l'un contre l'autre, Et l'air ne passerait pas entre eux; Ce sont des frères qui s'embrassent, Se saisissent, demeurent inséparables. Ses éternuements font briller la lumière; Ses yeux sont comme les paupières de l'aurore. Des flammes jaillissent de sa bouche, Des étincelles de feu s'en échappent. Une fumée sort de ses narines, Comme d'un vase qui bout, d'une chaudière ardente. Son souffle allume les charbons, Sa gueule lance la flamme. La force a son cou pour demeure, Et l'effroi bondit au-devant de lui. Ses parties charnues tiennent ensemble, Fondues sur lui, inébranlables. Son coeur est dur comme la pierre, Dur comme la meule inférieure. Quand il se lève, les plus vaillants ont peur, Et l'épouvante les fait fuir. C'est en vain qu'on l'attaque avec l'épée; La lance, le javelot, la cuirasse, ne servent à rien. Il regarde le fer comme de la paille, L'airain comme du bois pourri. La flèche ne le met pas en fuite, Les pierres de la fronde sont pour lui du chaume. Il ne voit dans la massue qu'un brin de paille, Il rit au sifflement des dards. Sous son ventre sont des pointes aiguës: On dirait une herse qu'il étend sur le limon. Il fait bouillir le fond de la mer comme une chaudière, Il l'agite comme un vase rempli de parfums. Il laisse après lui un sentier lumineux; L'abîme prend la chevelure d'un vieillard. Sur la terre nul n'est son maître; Il a été créé pour ne rien craindre. Il regarde avec dédain tout ce qui est élevé, Il est le roi des plus fiers animaux.
(Job Ch41)


Qu`elle soit maudite par ceux qui maudissent les jours, Par ceux qui savent exciter le léviathan!
(Job Ch3 Verset8)

En ce jour, l`Éternel frappera de sa dure, grande et forte épée Le léviathan, serpent fuyard, Le léviathan, serpent tortueux; Et il tuera le monstre qui est dans la mer.
(Esaïe Ch27 Verset1)

Là se promènent les navires, Et ce léviathan que tu as formé pour se jouer dans les flots. (Psaumes 104:26)


le léviathan est un animal marin et terrestre car il est écrit que sur la terre nul n'est son maître. De plus le léviathan crache du feu tout comme la description faites du dragon dans certains livres médiéveaux qui pourraient s'être inspirés d'un animal qui a vraiment existé comme il est décrit dans la Bible.


le léviathan est recouvert d'écailles avec des pointes sur son ventre. Esaïe en comparant le léviathan au diable le décrit comme un serpent tortueux. Il est intéressant de constater que l'image qui se rapproche le plus fortement du léviathan Biblique est celle du dragon asiatique qui est souvent représenté en asie. Ces peuplades semblaient aussi connaitre cet animal qu'ils appellent dragon.


Au grand étonnement de tous, sauf peut-être des créationnistes, plusieurs de ces descriptions de dragons concordent avec ce que les scientifiques d'aujourd'hui décrivent comme les dinosaures, même le Tyrannosaure. Malheureusement, cette évidence n'est pas reconnue par les évolutionnistes. Pourquoi? Seulement parce que selon leur croyance, les dinosaures et les humains ne peuvent avoir vécu à la même époque! De toute façon, plus nous fouillons la littérature historique, plus nous réalisons que les preuves appuyant l'existence véridique des dragons sont écrasantes, que ces dragons ressemblent beaucoup à nos reconstructions modernes de dinosaures et que plusieurs personnes ont témoigné de leur existence, il y a encore tout juste quelques centaines d'années...


A L'Eternel Dieu soit Toute La Gloire !


Dernière édition par diddl2007 le Mar 29 Juil - 21:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Lun 28 Juil - 18:12

suite...

Qu'est-il arrivé aux dinosaures ?


Cette question stimule grandement l'imagination des évolutionnistes. Croyant que les dinosaures auraient "dominé" le monde durant des millions d'années avant de disparaître plusieurs millions d'années avant l'apparition de l'homme, ils en sont venus à toutes sortes d'hypothèses pour expliquer cette "mystérieuse" disparition. La variété d'idées trouvées dans la littérature évolutionniste concernant cette supposée extinction est renversante. En voici un petit aperçu : les dinosaures sont morts de faim - ou de suralimentation; ils ont été empoisonnés; des cataractes les ont rendus aveugles et incapables de se reproduire; des mammifères ont dévoré leurs oeufs. D'autres causes sont invoquées: poussières volcaniques, gaz toxique, comètes, taches solaires, météorites, suicide collectif, constipation, parasites, rétrécissement du cerveau (et stupidité croissante), hernies discales, changements atmosphériques, etc. Il semble évident que les évolutionnistes ne savent pas ce qui s'est produit et s'accrochent à n'importe quoi. Dans un récent livre A New Look At the Dinosaurs, l'auteur, un évolutionniste, affirme : "Maintenant la question importante: quelle est la cause de toutes ces extinctions survenues à une époque précise, il y a environ 65 millions d'années? Des douzaines d'explications ont été avancées, certaines sérieuses et sensées, d'autres assez saugrenues, sinon carrément risibles. Chaque année, cette épineuse question suscite de nouvelles théories. Le problème est de trouver une seule explication pour la mort, au même moment, d'animaux terrestres et marins, mais seulement de certains d'entre eux, puisque plusieurs représentants de ces espèces ont vécu "heureux" durant la période qui a suivi. Hélas, aucune explication de ce type n'existe." (Alan Charig, p. 150). Pourtant une telle explication existe bel et bien. Si vous mettez de côté le schéma évolutionniste et ses millions d'années et prenez la Bible au sérieux, vous découvrirez une explication s'accordant avec les faits et tout à fait plausible : lors du déluge, plusieurs créatures marines sont mortes mais certaines ont survécu. Si toutes les créatures terrestres qui n'étaient pas à bord de l'arche ont péri, leurs "représentants" sur l'arche, eux, ont survécu.
Ces animaux terrestres (incluant les dinosaures) ont découvert que le nouveau monde postdiluvien était très différent du monde antédiluvien.
Ce nouvel environnement se caractérisait maintenant par:

1) la compétition pour la nourriture moins abondante;
2) d'autres catastrophes;
3) l'homme devenu chasseur pour sa nourriture (et peut-être par plaisir);
4) la destruction des habitats, etc.

En conséquence, plusieurs espèces, dont le groupe d'animaux que nous appelons aujourd'hui dinosaures, se sont éventuellement éteintes. En fait, un bon nombre d'espèces animales s'éteignent chaque année. L'extinction semble être la règle dans l'histoire de la terre (et non pas l'apparition de nouvelles espèces comme on pourrait s'y attendre selon la théorie de l'évolution).

Pourrions-nous voir un jour un dinosaure vivant?

Quelques scientifiques croient qu'un petit nombre de dinosaures survivent peut-être dans des jungles reculées. Nous découvrons encore aujourd'hui des espèces végétales et animales provenant de régions jusqu'à maintenant inexplorées. Dans certains pays même, des aborigènes décrivent des bêtes ressemblant à ce qui pourrait être des dinosaures. Les créationnistes en tout cas ne seraient pas surpris si quelqu'un découvrait un dinosaure vivant. Les évolutionnistes, pour leur part, devraient alors expliquer leur affirmation si dogmatique à l'effet que l'homme et le dinosaure n'ont jamais été des contemporains. Peut-être rappliqueraient-ils alors avec une explication du type "ce spécimen a survécu parce qu'il était captif d'une région isolée, demeurée inchangée depuis des millions d'années". Vous voyez, peu importe les découvertes et combien embarrassantes elles peuvent être pour les thèses évolutionnistes, ceux-ci seront toujours en mesure de "concocter une réponse" parce que l'évolution est une croyance. Ce n'est pas de la science car elle ne s'appuie pas sur des faits!!
D'autre part, pouvons nous réellement dire que tous les dinosaures aient réellement disparus de la surface de la terre, car qu'est ce que nous considérons comme un dinosaure, sinon un animal pour certains reptiliens et pour d'autres mammifères...
Ne sommes nous pas frappés de l'étonnante similitude de certaines espèces vivants encore sur terre avec certains dinosaures, ne serait-ce tout simplement pas aussi des dinosaures ?


Le dragon de komodo ressemble étrangement au dimétrodon ci-dessous.


Le rhinocéroce ressemble étrangement au tricératops.



Le métabolisme de quatre groupes de dinosaures étudiés semble être "similaire à celui des mammifères actuels", et non à celui des reptiles actuels, qui sont à sang froid. "Autrement dit, ces dinosaures auraient été à sang chaud", avance le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), dans un communiqué diffusé jeudi 15 juin 2006.

Quelles leçons pouvons-nous tirer des dinosaures ?


L'observation des ossements de dinosaures peut nous rappeler que la mort ne faisait pas partie de la création à l'origine. En fait, la mort est une intruse, entrant dans le monde quand le premier homme a désobéi à Dieu. Selon la Bible, puisque nous sommes tous descendants de ce premier homme, Adam, nous sommes aussi pécheurs. "C'est pourquoi, de même que par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu'ainsi la mort a passé sur tous les hommes, parce que tous ont péché..." (Romains 5:12). "Car il n'y a pas de distinction: tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu." (Romains 3:23). Nous avons besoin de reconnaître que la méchanceté dans le monde est attribuable au péché, à la rébellion de l'homme contre Dieu. Nous pouvons aussi nous rappeler que Dieu qui a créé toute chose, y compris les dinosaures, est aussi le juge de sa création. Il a jugé la rébellion d'Adam en condamnant le monde à la mort. Adam avait été avisé de la conséquence de désobéir au commandement de Dieu de ne pas manger du fruit d'un arbre particulier: "... mais tu ne mangeras pas de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras." (Genèse 2:17). Les dinosaures nous rappellent également que Dieu a jugé la rébellion au temps de Noé en détruisant par l'eau le monde méchant, et avec lui des milllions de créatures. La Bible enseigne que Dieu jugera encore le monde, mais cette fois par le feu : "Le jour du Seigneur viendra comme un voleur. En ce jour-là, les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre, avec les oeuvres qu'elle renferme, sera consumée." (2 Pierre 3:10). Mais rappelons-nous qu'après ce jugement par le feu, Dieu créera un nouveau ciel et une nouvelle terre: "Mais nous attendons, selon sa promesse, de nouveaux cieux et une nouvelle terre où la justice habitera." (2 Pierre 3:13). Et à quoi ressemblera cette nouvelle terre? "Il essuiera toute larme de leurs yeux, la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu." (Apocalypse 21:4). Mais la Bible nous avertit aussi que plusieurs ne seront pas admis dans ce nouveau monde et souffriront pour l'éternité: "Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les débauchés, les magiciens, les idolâtres et tous les menteurs, leur part sera dans l'étang brûlant de feu et de soufre: cela c'est la seconde mort." (Apocalypse 21:8]. Les humains, qui sont des pécheurs dès leur conception (Psaume 51:7) ne peuvent vivre dans la présence d'un Dieu saint, mais sont condamnés à en être séparés. Mais, Dieu a pourvu un moyen merveilleux pour les délivrer du péché. La Bible enseigne que Dieu a offert le sacrifice parfait nécessaire pour payer le châtiment du péché de l'homme. Le Fils de Dieu, celui qui est en fait le Créateur du monde (Colossiens 1:16), est venu sur la terre, en tant qu'homme, descendant d'Adam, pour souffrir la mort, châtiment du péché. "Mais maintenant, Christ est ressuscité d'entre les morts, il est les prémices de ceux qui sont décédés. Car, puisque la mort est venue par un homme, c'est aussi par un homme qu'est venue la résurrection des morts. Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ..." (1 Corinthiens 15:20-22). Le Seigneur Jésus-Christ est mort sur la croix pour nos péchés, mais il est ressuscité le troisième jour, triomphant de la mort afin que toute personne qui croit en Lui et L'accepte dans sa vie comme son Sauveur personnel soit réconciliée avec Dieu et puisse vivre éternellement avec son Créateur. "Car Dieu a tant aimé le monde qu'Il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle." (Jean 3:16). "Si nous confessons nos péchés, Il est fidèle et juste pour nous pardonner nos péchés et nous purifier de toute injustice." (1 Jean 1:9). Pour ceux qui n'acceptent pas par la foi ce que Christ a fait pour eux et ne reconnaissent pas leur nature pécheresse et leur besoin d'être rachetés, la Bible affirme qu'ils vivront éternellement séparés de Dieu dans un lieu de tourment, où il y aura "des pleurs et des grincements de dents" (Matthieu 24:51).

Mais pour ceux qui confient leur vie au Seigneur Jésus - Quel merveilleux message! Quel merveillleux Sauveur! Quel merveilleux salut en Christ, le Créateur!


A L'Eternel Dieu soit Toute La Gloire !


Dernière édition par diddl2007 le Mar 29 Juil - 21:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Lun 28 Juil - 18:20

Deuxièmement parlons du darwinisme :

La théorie de l'évolution est en déclin


La montée de la théorie créationniste s’accentue avec l’avancement de la science, notamment par la mise à jour des systèmes biologiques complexes et par l’étude de l’information qu’ils contiennent.
La vielle philosophie darwinienne qui visait à détruire l’idée d’un Créateur n’a jamais rien produit : tant les fossiles que la biologie ne cessent d’aller dans le sens inverse depuis un siècle. Est-ce étonnant que les arguments servis par les évolutionnistes soient encore les vieux trucs du temps de Darwin ?

Les évolutionnistes n’ont pas évolué au même rythme que la science. La découverte du code génétique qui se trouve dans les cellules humaines aussi bien que dans la bactérie la moins complexe qui soit démontre bien l’ampleur du changement de direction que la science demande : l’idée qu’il y ait des formes de vie simples qui auraient donné naissance à d’autres formes de vie plus complexes est exclue ; aucune forme de vie simple n’existe à la surface du globe.
L’idée de gradualisme dans le registre fossile est encore moins bien étayée qu’au temps de Darwin ; certains évolutionnistes adhèrent maintenant à une nouvelle théorie qui stipule très gratuitement que l’évolution se fait si vite entre deux espèces qu’aucun fossile transitionnel n’est laissé !



Alors que les évolutionnistes inventent des hypothèses non vérifiables, les créationnistes constatent que le registre fossile témoigne directement d’une création (apparition soudaine et simultanée des groupes d’animaux) dont la prédiction centrale est bien la discontinuité du registre fossile pourtant admise dans la communauté paléontologique.

Un débat acharné

C’est dans ce contexte que prend place un débat de plus en plus acharné et agressif même. Les évolutionnistes, désespérés, s’autoproclament les seuls vrais scientifiques ou les seuls rationnels et toute option autre que l’évolution est automatiquement religieuse, fanatique, stupide.
M. Guillaume LECOINTRE a publié un texte qui attaque spécifiquement le livre de Jonathan WELLS, Icons of Evolution.



M. Wells est un biologiste compétent qui a fait un merveilleux travail de synthèse en ce qui concerne la propagande évolutionniste. Il réfute dix « arguments » de l’évolution de façon très factuelle.

M. Wells énumère dans son ouvrage (pour chaque fausse représentation qu’il traite) le nombre de livres de référence en biologie qui affichent toujours, en l’an 2000, dans la section sur les origines, les fausses représentations et fraudes qui servent à convaincre les étudiants.



Les origines de la vie : Pourquoi les manuels affirment-ils que l’expérience de 1953 d’Urey-Miller montre comment les constituants de la vie ont pu apparaître sur Terre, alors qu’on sait aujourd’hui que les conditions de la Terre primitive étaient différentes de celles de l’expérience, et que l’origine de la vie reste un mystère ?

On sait que les évolutionnistes refusent aujourd’hui de discuter des origines de la vie tellement les défaites ont été fréquentes dans ce domaine. Les hypothèses aujourd’hui proposées sont à saveur d’histoires de Père Noël : Une proto cellule (hein?) a jadis existé (croyez par la foi!), il y trois milliards d’années (ouf !) et a évolué (pouf !) en une cellule à ADN.
Rien de tout cela n’est malheureusement observable ou testable. Il n’y a que de l’imaginaire.



Du côté rationnel et factuel, il y a beaucoup d’avancées : des preuves irréfutables sont venues corroborer ce que l’ensemble des biologistes avaient prédit : une cellule à ADN fonctionnerait avec un minimum de 100 gènes (chacun étant un programme informatique ultra spécialisé dont la moindre variation fait mourir la cellule). En faisant des tests sur la plus petite forme de vie sur Terre, M. genitalium, il a été confirmé en l’an 2000 que cette limite se situe finalement à près de 250 gènes.
Ce fait vient mettre fin à l’imagination d’une proto cellule jadis disparue qui aurait évolué des centaines et des milliers de fois passant de un gène, à deux gènes, … à 250 gènes.
L’ADN (l’hyper molécule porteuse des gènes) nécessite l’action de dizaines de complexes enzymatiques extrêmement précis pour son déroulement, sa réplication, la traduction de son information (les gènes), … etc. Il s’avère que chacun de ces acteurs biologiques fondamentaux est justement encodé dans l’ADN, et c’est la raison pour laquelle il existe une frontière infranchissable de 250 gènes fondamentaux.

L’arbre de la vie : Pourquoi les manuels ne discutent-ils pas de l’explosion cambrienne, dans laquelle tous les groupes majeurs animaux apparaissent ensemble dans le registre fossile, pleinement formés, au lieu de se brancher sur un ancêtre commun, et donc contredisant l’arbre de la vie ?



Il est question ici d’une constatation : celle que les évolutionnistes omettent de présenter l’ensemble global du registre fossile et de ses implications pour les origines. Ces derniers présentent uniquement des fragments de fossiles habilement choisis et interprétés très subjectivement. C’est là une pratique pernicieuse de sélection des données dont le but est de prouver une croyance. La science véritable nous appelle a regarder l’ensemble des données disponibles (et non 0,005%) afin de tirer, en deuxième lieu, des conclusions le plus objectives possible. Or, il existe des millions de fossiles répertoriés aujourd’hui et le portail global du registre fossile est celui qui colle à la théorie de la création c’est-à-dire : apparition soudaine et simultanée des groupes d’animaux.

Feu S.J. Gould, paléontologue a dit:
« L’extrême rareté des formes de transition est le secret de fabrique de la paléontologie... L’historique de la plupart des espèces fossiles comprend deux caractéristiques allant à l’encontre du gradualisme :
La fixité. La plupart des espèces ne démontrent aucun changement de direction tout au long de leur durée sur terre. Dans le registre fossile, leur apparence est à peu près la même à leur disparition; les changements morphologiques sont habituellement limités et sans direction.
L’apparition soudaine. Peu importe la zone locale, les espèces n’apparaissent pas graduellement, à la suite de la transformation constante de leurs ancêtres; elles apparaissent plutôt tout d’un coup et « complètement formées » Natural History 86:14 (1977)

Cela appuie du moins la théorie créationniste en confirmant sa prédiction centrale. D’autre part, l’idée de gradualisme (prédiction du modèle évolutionniste) paraît maintenant être totalement réfutée.


A L'Eternel Dieu soit Toute La Gloire !


Dernière édition par diddl2007 le Mar 29 Juil - 21:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Doyle Kingsley
Governor of Florida
avatar

Masculin Nombre de messages : 1462
Age : 58
Date d'inscription : 27/04/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 6 Juin 1959 ( 49 ans )
Religion: Protestant
Origine: Allemande

MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Lun 28 Juil - 18:22

Moi je crois surtout en la sélection naturelle et l'eugénisme, les plus forts survivent.

là ou je trouve qu'elle a raison, c'est que personne ne sait d'où provient l'ensemble des espèces animales et végétales ( météorite ? conception ? ) toutes les théories sont possibles.

Mais entre Darwin et Dieu, il y à un troisième groupe, ceux qui pensent que ce n'est ni un Dieu, ni une évolution mais une sélection naturelle ou beaucoup d'espèce ce sont croisées, de type homo entre autres.

On sait tous que quelque chose a donné la vie sur Terre par l'intermédiaire de l'eau mais personne ne peut lui donner un nom ni un nombre.

sommes nous des créatures conçus par une espèce ? hybride ? quelle est réellement notre passé ? nos ancêtres ? un singe est plus éloigné de nous qu'un porc.

Et aucun Livre sacré ne sait réellement qui est qui et quoi, comment pourquoi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Lun 28 Juil - 18:23

suite...



J’ose rappeler que l’explosion cambrienne (L'Explosion Cambrienne" est le terme classiquement utilisé pour désigner l'apparition soudaine à l'échelle des temps géologiques de la plupart des grands groupes animaux actuels) est acclamée par les paléontologues comme le plus spectaculaire évènement paléontologique. Environ 35 phylums apparaissent très abruptement dans le registre fossile sans prédécesseurs dans les strates avoisinantes. Si on vous avait demandé de tracer un registre fossile correspondant à une création, il correspondrait très précisément à cela.
Aussi, je trouve que « l’apparition » de tous les groupes majeurs d’animaux (arthropodes, mollusques, vertébrés …) est plutôt intéressante relativement à la question des origines. Je trouve ce phénomène plutôt central à la question des origines. Il m’apparaît que focaliser sur un morceau de crâne ou de mâchoire est beaucoup moins pertinent.

L’homologie (L’homologie, l’anatomie comparée et la théorie de l’évolution): Pourquoi les manuels définissent-ils l’homologie comme une similarité due à une ascendance commune, puis déclarent que les homologies sont les preuves de l’ascendance commune, un argument circulaire déguisé comme une preuve scientifique ?

Depuis 1859, les évolutionnistes utilisent les ressemblances homologues (c’est-à-dire les ressemblances qui concernent les organes ou les structures semblables, modifiées pour servir à des fins totalement dissemblables) comme les preuves les plus convaincantes de l’évolution. En effet, la similitude est frappante quand on considère les membres antérieurs de Vertébrés : l’aile de la chauve-souris, le bras humain, l’aile d’oiseau et la patte antérieure du marsouin. Au vu de ces structures, y a-t-il eu évolution au sein des Vertébrés tel que le soutiennent les évolutionnistes?

Les résultats de récents travaux en Biologie ont complètement démoli l’interprétation évolutionniste de l’homologie.

Deux principaux types d’arguments permettent de rejeter les preuves évolutionnistes tirées de l’anatomie comparée :

A.- Arguments génétiques : Les preuves évolutionnistes tirées de l’anatomie comparée seraient valides si les structures homologues étaient déterminées par des gènes homologues. Or, ce n’est pas le cas. Elles sont plutôt déterminées par des gènes totalement différents d’une espèce à l’autre (Mayr, E., 1974; Hadorn, E., 1961; De Beer, G., 1971; Hardy, A., 1965). De nombreux exemples sont donnés :
Chez la mouche Drosophila melanogaster, quatorze des dix-sept mutations de la couleur des yeux induites par rayons X affectent aussi la forme des organes sexuels ;
chez la souris domestique, les gènes de la couleur de la peau ont également un effet sur la taille du corps ;
chez le poulet domestique, la mutation du gène qui contrôle le développement normal des ailes entraîne des effets très néfastes sur de nombreuses autres structures : les ailes, les duvets et les reins ne se développent pas, les doigts sont soudés (syndactylie) et les poumons et les sacs aériens ne se forment pas, etc.
Chaque gène contrôle donc plusieurs structures, on dit qu’il a une action multiple (pléiotropie). En conclusion, les structures homologues sont déterminées par des systèmes génétiques non homologues. Par conséquent, on ne peut pas, en ce qui les concerne, parler de parenté et de descendance d’un ancêtre commun.

B.- Arguments embryologiques : l’interprétation évolutionniste serait encore renforcée si les recherches en embryologie avaient pu montrer que les structures homologues suivaient des modes de développement embryologique homologues. Il n’en est pas ainsi. Les tentatives faites pour trouver des fondements embryologiques à l’homologie ont été un cuisant échec pour les évolutionnistes (Cfr l’article de sir Gavin De Beer, embryologiste britannique et ancien directeur du British Museum of Natural History, intitulé « l’homologie, un problème non résolu »).

Les structures homologues chez les Vertébrés (Poissons, Amphibiens, Reptiles, Oiseaux et Mammifères) sont réalisées par des modes de développement embryologique très différents. Les événements précoces de la première subdivision de l’œuf jusqu’au stade blastula, puis gastrula ne sont pas identiques dans les différentes classes des Vertébrés. En outre, après la gastrulation, les sites de cellules d’où dérivent les structures homologues sont également différents.

De Beer donne les exemples suivants : le tube digestif est considéré comme un organe homologue chez les Vertébrés. Et pourtant, il se forme à partir des sites totalement distincts :

Chez les requins, le tube digestif est formé à partir de la voûte de la cavité intestinale embryonnaire ;
chez les lamproies, à partir du plancher de la cavité intestinale embryonnaire ;
chez les grenouilles, de la voûte et du plancher de la cavité intestinale embryonnaire ;
chez les oiseaux et les reptiles de la strate inférieure et du disque embryonnaire (blastoderme).
Il en est de même de l’apparente homologie des membres antérieurs des Vertébrés. Les études embryologiques montrent qu’ils se forment à partir de différents segments du corps chez les différentes espèces :

Chez le triton, les avant-bras se forment à partir des segments 2, 3, 4 et 5 du tronc;
chez le lézard, à partir des segments 6, 7, 8 et 9 ;
chez l’Homme à partir des segments 13, 14, 15, 16, 17 et 18.
Les reins sont également considérés comme des organes homologues chez les Vertébrés. Mais, ils sont engendrés à partir des organes totalement différents :

Chez les Poissons et les Amphibiens, le rein se forme à partir d’un organe embryonnaire appelé mésonéphros;
Chez les Reptiles et les Mammifères, le mésonéphros dégénère complètement et le rein se forme à partir d’une masse sphérique de tissu mésodermique, le métanéphros, tissu totalement indépendant du mésonéphros.

L’interprétation évolutionniste de l’homologie est encore moins plausible quand on examine le modèle pentadactyle (modèle à 5 doigts) des membres des Vertébrés. Les membres antérieurs sont construits sur ce modèle. Les évolutionnistes l’attribuent au fait que ces Vertébrés descendent d’un ancêtre commun. Mais, les membres postérieurs de tous les Vertébrés terrestres se conforment aussi au même modèle pentadactyle, ils sont semblables aux membres antérieurs dans la structure de leurs os et dans le détail de leur développement embryologique. Pourtant, aucun évolutionniste n’affirme que les membres postérieurs aient évolué à partir des membres antérieurs ou que les uns et les autres aient évolué à partir d’un ancêtre commun (Denton, 1985). Cependant, la similitude est étonnante entre membre antérieur et membre postérieur chez les Vertébrés terrestres : l’humérus du bras correspond au fémur de la jambe, le radius et le cubitus du bras correspondent au tibia et au péroné dans la jambe ; la main et le pied ont chacun 5 doigts, le pouce dans la main et le gros orteil dans le pied ont chacun deux petits os.

Plusieurs questions se posent à ce sujet :

Selon la théorie de l'évolution, les membres antérieurs et postérieurs seraient apparus indépendamment (les premiers sont supposés avoir évolué à partir des nageoires pectorales du poisson, les seconds à partir des nageoires pelviennes). Pourquoi aucune théorie de la descendance d’un ancêtre commun n’est-elle en mesure d’expliquer ce cas ?

Comment expliquer l’origine indépendante de structures si totalement similaires en termes d’accumulation aléatoire de petites mutations favorables ?

Pourquoi la forme adulte des membres antérieurs et postérieurs n’est-elle pas identique chez les espèces des Vertébrés ?
Il est aujourd’hui clair que le progrès des connaissances en biologie sur la génétique et l’embryogenèse des structures homologues a des conséquences désastreuses pour la théorie de l’évolution car la ressemblance homologue est la véritable raison d’être de la théorie darwinienne. Et comme l’a fait remarquer Michael Denton, en l’absence du phénomène de l’homologie – modification, à différentes fins, de structures semblables-, le besoin d’une théorie de la descendance (d’un ancêtre commun) avec modifications est loin de s’imposer ».

Source : Site de l'association de science Créationniste du Québec que vous pouvez visitez en cliquant ici : http://www.creationnisme.ca/index.jsp



A Elohim le Dieu Créateur soit la Gloire pour l'Eternité ! Amen !


A L'Eternel Dieu soit Toute La Gloire !


Dernière édition par diddl2007 le Mar 29 Juil - 21:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Lun 28 Juil - 18:28

Doyle a écrit:
Moi je crois surtout en la sélection naturelle et l'eugénisme, les plus forts survivent.

Savais-tu Doyle que cette notion de sélection naturelle avait servit à alimenter l'idéologie nazie ?



Le darwinisme et l’holocauste nazi


par Jerry Bergman, Ph.D.



Les chefs nazis et les grands biologistes allemands du début du XXe siècle ont révélé dans leurs écrits que la théorie de Charles Darwin et ses publications ont eu une influence majeure sur la politique nazie. Hitler croyait que le bassin de gènes humains pouvait être amélioré par l’utilisation d’un élevage sélectif semblable à celui que les éleveurs pratiquent afin de produire des races de bétail supérieures. Dans la formulation de ses politiques raciales, le gouvernement hitlérien reposait en grande partie sur le darwinisme, en particulier sur les élaborations de Spencer et Haeckel. Il en résulte que l’une des politiques centrales de l’administration hitlérienne était le développement et l’implantation de politiques visant à protéger la «race supérieure.» Ceci menait à empêcher les «races inférieures» de se mêler à celles qui étaient jugées supérieures, dans le but de réduire les risques de contamination du bassin de gènes humains ci-haut mentionné. La croyance en une «race supérieure» était fondée sur la théorie de l’inégalité de groupe à l’intérieur de chaque espèce, une présomption majeure et une exigence de la théorie darwinienne de la «survie des plus forts.» Cette philosophie a mené à la « solution finale », l’extermination d’environ six millions de Juifs et quatre millions d’autres individus issus de races jugées inférieures par les scientifiques allemands.



Introduction

L’un des nombreux facteurs ayant mené à l’holocauste nazi et à la Seconde Guerre mondiale, l’une des guerres les plus importantes, a été la notion darwinienne selon laquelle le progrès s’installe lorsqu’il y a élimination des plus faibles dans le combat pour la survie. Même s’il n’est pas simple d’évaluer les motifs confus d’Hitler et de ses partisans, des eugénismes inspirés de Darwin y ont certainement joué un rôle critique. Le darwinisme a justifié et a encouragé les visions nazies de la guerre et de la race. Si le parti nazi avait simplement accepté et agi conformément à la croyance que tous les êtres humains sont des descendants d’Adam et Ève et qu’ils sont égaux aux yeux du Dieu Créateur, comme la chose est enseignée dans l’Ancien et le Nouveau Testament, l’holocauste ne se serait jamais produit.


Effacer la doctrine judéo-chrétienne de l’origine divine des humains en la remplaçant par le darwinisme dans la théologie libérale allemande et ses écoles, a ouvertement contribué à l’acceptation générale du darwinisme social, qui a mené à la tragédie de l’holocauste.[1] La théorie de Darwin, telle que modifiée par Haeckel,[2] [3] [4] [5] [6] Chamberlain[7] et les autres, a clairement participé à la mise à mort de plus de neuf millions d’individus dans les camps de concentration, et environ quarante millions d’autres être humains tout au long d’une guerre qui a coûté à peu près six trillions de dollars. En outre, la raison principale pour laquelle le nazisme s’est étendu jusqu’à l’holocauste est que le darwinisme social était massivement accepté par les communautés scientifiques et académiques.1 [8] [9] [10]


Au cœur même du darwinisme réside une croyance où l’évolution agit par le biais de la survie différentielle des plus forts, ou des individus supérieurs. Ceci nécessite des différences parmi les individus d’une même espèce, qui, avec le temps, deviennent si grandes que les individus qui comportent les caractéristiques avantageuses –les plus forts- ont plus de chances de survivre. Même si les différences qui forment les races peuvent être très minimes au début, les taux de survie différentielle produisent des races distinctes lors d’un procédé appelé la spéciation, ou le développement d’une nouvelle espèce.


L’idéal égalitaire qui marque aujourd’hui l’idéologie occidentale, «tous les êtres humains ont été créés égaux,» n’a pas toujours été accepté par toutes les nations et cultures. Une force majeure s’étant opposée à cette vision est le mouvement eugénique du darwinisme social, en particulier la cruelle vision de la «survie des plus forts.»10 [12]

Comme l’a noté Ludmerer, la conception d’une qualité héréditaire raciale améliorée par l’élevage sélectif date de La République de Platon. Mais :


«[…]La pensée des eugénismes modernes n’a paru qu’au dix-neuvième siècle. L’émergence d’un intérêt pour les eugénismes pendant ce siècle a plusieurs sources. La plus importante est la théorie de l’évolution, car les idées de Francis Galton sur les eugénismes –il est l’auteur du terme «eugénisme»- étaient des rejetons logiques liés directement à la doctrine scientifique élaborée par son cousin, Charles Darwin.» [13]


La politique du gouvernement nazi était clairement influencée par le darwinisme, le Zeitgeist de la science et de la société cultivée de l’époque.10 Ceci peut être évalué par l’examen de documents existants, d’écrits et d’objets d’art produits par l’Allemagne nazie du vingtième siècle et ses nombreux partisans scientifiques. Keith en a conclu que le traitement réservé aux Juifs et aux autres races, alors considérées «inférieures» par les nazis, résultait en grande partie de la croyance selon laquelle le darwinisme offrait de profondes réflexions et informations, qui pourraient être utilisées pour améliorer l’humanité d’une façon significative.[14] Tenenbaum a remarqué que la philosophie politique de l’Allemagne nazie était construite sur une croyance où les éléments essentiels au progrès évolutif étaient :


«… la lutte, la sélection et la survie du plus apte, notions et observations présentées par Darwin […] mais qui fleurissaient déjà dans la philosophie sociale allemande du dix-neuvième siècle. […] Ainsi s’est développée la doctrine selon laquelle l’Allemagne avait le droit intrinsèque de régner sur le monde sur la base d’une force supérieure, […] ce qui créait une relation ‘de marteau et enclume’ entre la Reich et les nations plus faibles.»


A L'Eternel Dieu soit Toute La Gloire !


Dernière édition par diddl2007 le Mar 29 Juil - 21:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Lun 28 Juil - 18:28

suite...

L’importance de la race pour le darwinisme

La théorie de l’évolution est basée sur la notion suivante : certains individus développeront des caractéristiques uniques qui leur permettront de mieux survivre dans les conditions difficiles. Les individus supérieurs seront plus aptes à survivre et à léguer ces caractéristiques à leur descendance, et ainsi, ces particularités se propageront, alors que les individus «plus faibles» diminueront et s’éteindront progressivement. Si chaque membre d’une espèce était tout à fait égal à un autre, la sélection naturelle ne pourrait rien sélectionner, et l’évolution cesserait pour cette espèce.


Ces différences produisent graduellement des groupes nouveaux, et certains d’entre eux sont avantagés en termes de survie. Ces nouveaux groupes deviennent les «groupes supérieurs» ou encore, les races «plus évoluées.» Lorsqu’une caractéristique se répand dans toute la race, à cause de l’avantage de survie de cette race, une forme animale supérieure apparaît. Hitler et le parti nazi ont déclaré que l’un de leurs buts premiers était d’appliquer cette «science» à la société. Et «l’idée centrale du darwinisme n’était pas l’évolution, mais la sélection. L’évolution […] décrit les résultats de la sélection.»[16] Hitler a affirmé que pour produire une meilleure société, «Nous [les Nazis] devons comprendre et coopérer avec la science.»


En tant que race supérieure à toutes les autres, les Aryens croyaient que leur prédominance évolutive ne leur donnait non seulement le droit, mais le devoir de s’assujettir tous les autres peuples. La race était un point majeur dans la philosophie nazie; Tenenbaum a conclu qu’ils incorporaient le darwinisme :


«[…] dans leur système politique, sans y supprimer quoi que ce soit. […] Leur dictionnaire politique regorgeait de termes tels espace, lutte, sélection et extinction (Ausmerzen). Leur raisonnement était exprimé d’une manière très claire : le monde est une jungle dans laquelle les différentes nations luttent pour l’espace. La plus forte gagne, les plus faibles meurent ou sont éliminés.»[17]


Lors du rassemblement du parti Nuremberg en 1933, Hitler a proclamé qu’ «une race supérieure s’asservit une race inférieure […] un droit que l’on observe dans la nature et qui peut être considéré comme le seul droit concevable» car il était fondé sur la science.15


Hitler croyait que les humains étaient des animaux pour lesquels les lois de la génétique observées dans l’élevage du bétail pouvaient être appliquées. Les Nazis croyaient qu’au lieu de permettre aux forces naturelles et au hasard de contrôler l’évolution, ils devaient diriger le processus afin de permettre à la race humaine de se perfectionner. La première étape était d’isoler les «races inférieures,» afin de les empêcher de contaminer le bassin de gènes aryens. Le support général du public pour cette politique était un résultat de la croyance, fréquente dans les classes éduquées, que certaines races étaient génétiquement inférieures, comme le «prouvait» la science du darwinisme. Les Nazis croyaient qu’ils appliquaient simplement des faits prouvés par la science afin de produire une race d’hommes supérieurs, une partie de leur plan visant à produire un monde meilleur : «L’affaire de la constitution d’état était les eugénismes, ou la sélection artificielle- la politique était en fait de la biologie appliquée.»[18] [19]


Dès 1925, Hitler a esquissé une conclusion à sa démarche dans le quatrième chapitre de Mein Kampf : il y disait que le darwinisme était la seule base solide pour une Allemagne prospère. Le titre de l’ouvrage lui-même, Mein Kampf- Mon combat en français- fait directement référence au principe de la lutte pour la survie. Comme Clark l’a écrit, Adolf Hitler :


«[…] était captivé par l’enseignement évolutionniste- probablement depuis l’enfance. Les idées évolutionnistes, nullement dissimulées, se tiennent à la base de tout ce qu’il y a de pire dans Mein Kampf et dans les discours publics d’Hitler. […] Hitler déclarait […] qu’une race supérieure en conquiert toujours une inférieure.» [20]


Et Hickman ajoute qu’il n’y a aucune coïncidence dans le fait qu’Hitler :


«[…] était un fervent croyant et prédicateur de l’évolution. Malgré les profondes complexités de sa psychose, il est certain que [le concept de la lutte était important car] son ouvrage Mein Kampf, présente un grand nombre d’idées évolutionnistes, en particulier celles qui renforcent les notions de lutte, survie du plus apte et extermination des faibles en vue de produire une société meilleure.» [21]


En outre, la croyance selon laquelle l’évolution peut être contrôlée par les scientifiques afin de produire une «race supérieure,» était le leitmotiv central du nazisme. Plusieurs autres sources ont inspiré


«[…] l’idéologie nazie. Mais l’engrenage d’idées et de cauchemars qui formait [...] les politiques sociales de l’état nazi, et jusqu’à un certain point, ses politiques militaires et diplomatiques, peuvent être clairement comprises à la lumière de son vaste programme racial.»[22]


La vision nazie concernant l’évolution darwinienne et la race était conséquemment une part majeure de la combinaison fatale d’idées et d’événements qui ont produit l’holocauste et la Seconde Guerre mondiale :


«L’un des piliers de la théorie et de la doctrine nazie était […] la théorie de l’évolution [et] …la notion selon laquelle toute biologie a évolué en s’améliorant, que […] les types moins évolués […] doivent être activement éradiqués [et] …que la sélection naturelle peut et devrait être aidée d’une manière active; ainsi, ils [les Nazis] ont institué des mesures politiques afin d’éliminer […] les Juifs et […] les Noirs, qu’ils considéraient comme ‘sous-développés.’» [23]


Des termes tels «race supérieure,» «types humains inférieurs,» «pollution de la race,» et le mot évolution lui-même, (Entwicklung) étaient souvent utilisés par Hitler et les chefs nazis. Ses opinions sur la race n’étaient pas issues d’études scientifiques douteuses comme on l’entend souvent, mais venaient plutôt


«[…] d’un darwinisme social allemand pur, d’un type fort reconnu et accepté à travers toute l’Allemagne et qui, de plus, était considéré comme scientifiquement véridique par la plupart des Allemands, y compris les scientifiques. Des études plus récentes sur Hitler et le socialisme national démontrent que [leur application de la théorie de Darwin] était la caractéristique spécifique du nazisme. La «bio-politique» socio-nationale [était] basée sur une croyance ‘mystico-biologique’ dans l’inégalité raciale, un monisme, un nihilisme moral anti-transcendant basé sur une lutte éternelle pour l’existence et la survie du plus apte en tant que loi de la nature, et l’utilisation conséquente du pouvoir de l’état pour une puissance publique de la sélection naturelle…»[24]


La philosophie selon laquelle les humains peuvent contrôler et même utiliser le darwinisme pour produire des êtres humains «supérieurs,» est mentionnée à répétition dans les écrits et les discours des chefs nazis.[25] Atteindre le but darwinien pour le monde exigeait une élimination impitoyable des moins forts à travers une attitude carrément barbare :


«Le programme de base du darwinisme social allemand [était] que l’homme n’était qu’un morceau de la nature n’ayant aucune qualité transcendante particulière ou une humanité spéciale. D’un autre côté, les Allemands étaient membres d’une communauté biologiquement supérieure […] la politique n’était qu’une application directe des lois de la biologie. Haeckel et ses compatriotes du darwinisme social ont amené les idées qui deviendraient les hypothèses centrales du socialisme national. […] L’affaire de la corporation de l’état était les eugénismes ou la sélection artificielle.» 18


Hitler a même déjà déclaré que nous, les Nazis, «sont des barbares ! Nous désirons être barbares. C’est un titre honorable [car par lui,] nous revigorerons le monde»[26] Hitler, en tant qu’évolutionniste, «cherchait consciemment à rendre la politique allemande conforme à la théorie de l’évolution» [27] Keith ajoute que :


«Si la guerre est l’un des rejetons de l’évolution –et je suis convaincu qu’elle l’est- alors l’évolution est «devenue folle,» atteignant un tel niveau de férocité qu’elle frustre son propre rôle dans le monde de la vie –ce qui est l’avancement de ses «troupes» en compétition, les tribus, les nations ou les races de l’humanité. Il n’y a qu’une façon de se débarrasser de la guerre, et c’est de débarrasser l’humanité des sanctions imposées par la loi de l’évolution. L’homme peut-il [...] mener la loi de l’évolution à un niveau nul ou vide ? [...] J’ai découvert qu’il n’existe aucune voie qui soit possible et praticable à la fois. ‘On ne peut pas s’échapper de la nature humaine.’ Parce que l’Allemagne a bu le vin de l’évolution jusqu’à sa dernière goutte, et que dans sa débauche évolutionniste elle a plongé l’Europe dans un bain de sang, cela ne prouve pas que la loi de l’évolution soit mauvaise. Une loi qui a mené l’homme en dehors de la jungle et en a fait le roi des bêtes ne peut pas être entièrement mauvaise.»[28]



Les Juifs allemands et le darwinisme

L’entreprise eugénique allemande était moins antisémite à ses débuts que le leadership britannique. La plupart des premiers eugénistes allemands croyaient que les Juifs allemands étaient des Aryens, et conséquemment, le mouvement eugéniste était soutenu par plusieurs professeurs et docteurs juifs en Allemagne et à l’étranger. Ce n’est que très graduellement que les Juifs ont été incorporés dans la théorie eugénique allemande et ses lois.


Les visions racistes du darwinisme se sont également infiltrées dans plusieurs sphères de la société allemande de manière fort progressive, sphères qu’elles n’avaient point affectées auparavant.9 La Ligue Pan allemande, dévouée à «maintenir la pureté raciale allemande» n’était pas vraiment antisémite à l’origine et permettait aux Juifs assimilés d’être membres à part entière. Plusieurs eugénistes allemands croyaient que bien que les Noirs et les Gitans étaient de race inférieure, leurs théories raciales ne se comparaient pas à celles des Juifs, car ces derniers avaient atteint un niveau de succès significatif en Allemagne. Schleunes ajoute que vers 1903, l’influence des idées sur la race a pénétré le programme de la Ligue à un tel degré qu’en 1912, la Ligue a rapidement rejeté les Juifs sur la base de «principes raciaux.»[29]


En dépit de l’importance scientifique de ces visions raciales, elles n’ont eu qu’un effet limité sur les Juifs avant les années 1930. La plupart des Juifs allemands étaient fiers d’être allemands et se considéraient Allemands en premier lieu et Juifs ensuite. Plusieurs Juifs ont modifié les visions raciales de l’élite allemande en s’y infiltrant. Leur assimilation dans la vie allemande était telle que beaucoup croyaient que l’antisémitisme ne représentait aucune menace sérieuse pour leur sécurité. La majorité des Juifs étaient aussi convaincus que l’Allemagne était pour eux un havre de paix.[30] Beaucoup tenaient encore fermement au modèle créationniste de la Genèse et rejetaient les hypothèses et visions qui généraient du racisme, le darwinisme inclus. Ce qui s’est produit en Allemagne par après a évidemment été mal reçu par les généticiens et même les eugénistes juifs et d’autres groupes encore :


«Le mouvement eugénique a ressenti un mélange d’appréhension et d’admiration devant le progrès des eugénismes de Allemagne […] Mais les véritables détails des mesures eugéniques qui sont apparus après la montée d’Hitler au pouvoir n’étaient pas acceptés par tous. Les eugénistes désignaient les États-Unis comme un endroit où de strictes lois contrôlaient le mariage mais où il existait une forte tradition de liberté politique.»


A L'Eternel Dieu soit Toute La Gloire !


Dernière édition par diddl2007 le Mar 29 Juil - 21:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Lun 28 Juil - 18:29

suite...

Les objectifs eugéniques d’Hitler

Les politiques nazies découlent moins d’une «haine» face aux Juifs ou autres peuples que de l’objectif idéaliste de préserver la race supérieure de la «pollution.» Hitler a élaboré ses visions darwiniennes en considérant le principe du plus fort tuant le plus faible, par exemple, un chat dévorant une souris. Il en a conclu que les Juifs devaient absolument être éliminés car ils entraînaient :


«…la détérioration d’autres peuples […] À la longue, la nature élimine les éléments nuisibles. L’on peut être scandalisé par cette loi de la nature qui exige que toutes choses vivantes se dévorent l’une l’autre. La mouche est happée par une libellule, qui est avalée par un oiseau, qui tombe lui-même sous les serres d’un oiseau plus grand […] Connaître les lois de la nature nous permet de lui obéir.»[32]


Hitler a ensuite dit que pour cette raison, les gouvernements devaient comprendre et appliquer les «lois de la Nature,» en particulier celle de «la survie du plus apte,» qui «a produit les races humaines dès l’origine, et qui est l’auteure de leur perfectionnement.» Le gouvernement devait donc aider à l’élimination des races inférieures ou du moins les mettre en quarantaine. Hitler a déclaré :


«S’il y a un commandement divin que je puis accepter, c’est celui-ci : ‘Tu conserveras l’espèce.’ La vie de l’individu ne doit pas être trop élevée. Si l’individu était si important aux yeux de la nature, la nature y prendrait garde et le protégerait. Des millions d’œufs qu’une mouche pond, très peu éclosent- et pourtant, la race des mouches survit.»[33]


Hitler était particulièrement déterminé à empêcher les Aryens de se reproduire avec des non-Aryens, une question qui a éventuellement mené à la «solution finale.» Une fois les races inférieures exterminées, Hitler croyait que les générations futures seraient infiniment reconnaissantes pour le perfectionnement que ces programmes avaient porté à l’humanité :


«Les Allemands étaient de race supérieure, destinés pour un futur évolutif glorieux. C’est pour cette raison qu’il était essentiel que les Juifs soient ségrégués; autrement, les mariages entre races différentes se seraient produits. Si cela s’était produit, tous les efforts de la nature visant ‘à établir un pallier évolutif supérieur auraient été futiles.’ (Mein Kampf).»20


Non seulement les individus sont-ils beaucoup moins importants que la race, les Nazis ont même conclu que certaines races n’étaient pas humaines, mais animales :


«Les Juifs, qualifiés de sous-humains, n’étaient plus des êtres. Il était juste et légal de les exterminer selon le point de vue collectiviste et évolutionniste. Ils n’étaient pas vus […] comme des personnes dans la vision du gouvernement allemand.»[34]


Il en résulte que le mouvement darwiniste était «l’une des forces les plus puissantes dans l’histoire intellectuelle allemande du dix-neuvième et vingtième siècle [et] peut être entièrement perçue comme un prélude à la doctrine du socialisme national [le Nazisme].»[35] Pourquoi l’évolution a-t-elle eu des effets plus rapides en Allemagne et s’est-elle enracinée plus profondément que nulle part ailleurs dans le monde ?



L’évolution utilisée pour justifier le racisme allemand
déjà existant

Schleunes a noté de façon poignante que la raison pour laquelle la publication de l’œuvre de Darwin en 1859 a eu un impact immédiat en Allemagne et dans sa politique juive était que :


«La notion de lutte pour la survie […] légitimée par les visions scientifiques les plus récentes, justifiait les conceptions racistes de nations et peuples supérieurs ou inférieurs, et validait le conflit entre eux.»[36]


La révolution darwinienne et les œuvres de ses grands orateurs allemands et son scientifique le plus éminent, le professeur Haeckel, ont donné aux racistes quelque chose qu’ils croyaient être une puissante vérification de leurs visions raciales.[37] Le soutient de l’élite scientifique a permis à la pensée raciste de circuler avec beaucoup plus de vigueur qu’autrement, et a mené à l’immense satisfaction suivante : «Les préjugés étaient simplement des expressions de vérité scientifique.»36


Et les racistes pouvaient-ils trouver plus grande autorité pour soutenir leurs visions que la science elle-même ? Konrad Lorenz, l’un des scientifiques étudiant le comportement animal le plus réputé de l’époque, et souvent perçu comme le fondateur de son champ d’étude, a déclaré que :


«Tout comme pour le cancer, où le meilleur traitement consiste à éliminer la croissance parasite le plus rapidement possible, la défense eugénique contre les effets sociaux dysgéniques des sous-populations affectées est d’une nécessité limitée à des mesures tout aussi drastiques […] Lorsque ces éléments inférieurs ne sont pas efficacement éliminés d’une population [saine], alors –tout comme les cellules d’une tumeur maligne se répandent et prolifèrent à travers tout le corps humain- ils détruisent le corps hôte comme ils se détruisent eux-mêmes.» [38]


Les œuvres de Lorenz ont joué un rôle important dans le développement du programme nazi visant à éradiquer la «croissance parasite» des races inférieures. Les programmes gouvernementaux visant à assurer que le «Volk allemand» conserve sa supériorité, rendaient le racisme presque intouchable. Même si King a déclaré que «l’holocauste prétendait avoir une base génétique scientifique»[39] la position du gouvernement et de l’élite universitaire de l’époque était si engagée que peu de scientifiques la remettaient sérieusement en question. Les attitudes antisémites du peuple allemand ne pouvaient prendre qu’une partie du blâme pour l’holocauste –tout n’a déboulé que lorsque le darwinisme a été ajouté à l’équation fatale des attitudes préexistantes.


A L'Eternel Dieu soit Toute La Gloire !


Dernière édition par diddl2007 le Mar 29 Juil - 21:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Lun 28 Juil - 18:30

suite...

Les eugénismes atteignent des extrêmes

La première étape du programme eugénique était de déterminer quels groupes étaient supérieurs génétiquement; un jugement largement influencé par la culture. Les caractéristiques idéales étaient :


«… un type humain dont l’apparence avait été ainsi décrite par le théoricien racial Hans F.K. Günther : ‘blond, grand, au crâne allongé avec un visage étroit, un menton prononcé, un nez étroit à l’arête élevée, des cheveux soyeux, des yeux largement espacés et de couleur pâle, une peau de couleur rose blanchâtre.’» [40]


Bien que des observations superficielles permettent à la plupart des gens de faire une classification générale des races, les Nazis ont rapidement découvert qu’une exploration profonde rend l’identification raciale moins facile à déterminer. La plupart des groupes qu’ils tenaient pour inférieurs, tels les Slovaques, les Juifs, les Gitans et autres, se distinguaient difficilement de la race aryenne pure. Dans le processus de regroupement des individus selon leur race afin de sélectionner les «meilleurs,» les Nazis ont mesuré une grande variété de caractéristiques physiques dont la taille du cerveau. Les Nazis se fiaient surtout à l’œuvre d’Hans F.K. Günther, professeur de «science raciale» à l’Université de Jena. Bien que les «relations personnelles [de Günther] avec le parti étaient orageuses à certaines périodes, ses idées raciales étaient acceptées.» Ces idées étaient fortement soutenues par le gouvernement allemand et constituaient une importance influence dans la politique allemande.[41] Günther a reconnu que «bien qu’une race ne soit pas nécessairement pure, ses membres partagent certaines caractéristiques dominantes,» pavant ainsi la voie au stéréotype.41


Günther a conclu que tous les Aryens partagent un type nordique idéal qui crée un contraste avec les Juifs, qui constituent plutôt un mélange de plusieurs races. Günther a déclaré que la lignée généalogique, les mesures anthropologiques de crânes et les évaluations de l’apparence physique étaient tous des outils utiles à la détermination de la race. Même si l’apparence physique était la chose observée, «le corps est l’enveloppe de l’âme» et «l’âme est primaire.»[42] Des femmes ayant les traits raciaux supérieurs étaient sélectionnées et placées dans des foyers spéciaux où on les gardait enceintes aussi longtemps qu’elles restaient dans le programme. Néanmoins, des études tenues auprès de la descendance née de cette expérience ont démontré que le quotient intellectuel tendait à régresser vers la moyenne de la population et que celui de la progéniture était inférieur à celui des parents.



La théorie du mauvais sang

Le darwinisme n’a pas seulement influencé l’attitude nazie envers les Juifs, il l’a fait pour d’autres groupes culturels et ethniques également. Même les patients souffrant de maladies mentales ont éventuellement été inclus dans la liste des inférieurs, en partie à cause de la croyance selon laquelle l’hérédité avait une influence majeure sur les maladies mentales (peut-être avaient-ils du sang Juif ou non-aryen en eux), et devaient conséquemment être détruits. Poliakov indique que plusieurs intellectuels du début du vingtième siècle acceptaient le concept de la télégénie, où le mauvais sang «contaminerait une lignée raciale pour toujours»; «le mauvais sang élimine le bon, tout comme le mauvais argent remplace le bon.»[43] Seule l’extermination éliminerait les lignées génétiques inférieures de manière permanente, et permettrait ainsi l’évolution d’avancer.


Darwin a même fait une longue compilation de cas où il a conclu que le mauvais sang polluait toute une lignée génétique, l’entraînant à produire une progéniture impure à tout jamais. Un grand nombre de biologistes respectés, incluant Ernst Ruedin de l’Université de Munich et plusieurs de ses collègues tels Herbert Spencer, Francis Galton et Eugène Kahn, qui a plus tard été professeur de psychiatrie à Yale, défendaient activement l’argument héréditaire. Ces scientifiques étaient aussi les plus grands architectes des lois de stérilisation obligatoire allemande établies pour empêcher les gènes défectueux ou inférieurs de contaminer le bassin de gènes aryens. Par après, lorsque les individus aux «gènes inférieurs » ont aussi été jugés comme «d’inutiles déchets,» les tueries massives ont été justifiées. Les groupes jugés inférieurs s’étendaient graduellement jusqu’à ce qu’ils englobent une grande variété de races et de groupes nationaux. Plus tard, les vieillards maladifs, les épileptiques, les gens atteints de maladies mentales légères ou sévères, les sourds-muets et même certains patients atteints de maladies mortelles ont été inclus dans la liste des «inférieurs.» [44] 1


Les individus avant des caractéristiques mongoloïdes ou négroïdes, les Gitans, et ceux qui ne passaient pas le test de phrénologie ingénieusement conçu en fonction des opinions racistes, ont ensuite été inclus dans les groupes jugés inférieurs. L’on connaît aujourd’hui que ces tests n’avaient aucune valeur fiable.[45] Après que Jesse Owens ait gagné quatre médailles d’or aux Jeux Olympiques de Berlin en 1936, Hitler a reproché aux Américains d’avoir même permis à des Noirs de s’inscrire dans la compétition.[46]


Certains évolutionnistes ont même encouragé la vision selon laquelle les femmes étaient inférieures aux hommes sur le plan évolutif. Le docteur Robert Wartenberg, qui est devenu plus tard un grand professeur de neurologie en Californie, a tenté de prouver l’infériorité des femmes en déclarant qu’elles ne pouvaient pas survivre si elles n’étaient pas «protégées par les hommes.» Il a conclu que puisque les femmes faibles n’étaient pas éliminées aussi rapidement à cause de cette protection, un taux évolutif plus faible était observable, et pour cette même raison, la sélection naturelle agissait avec moins de puissance sur les femmes. Il y avait peu de clarté à savoir comment les «faibles» seraient sélectionnés pour l’élimination ou quels étaient les critères qui déterminaient ce que l’on considérait comme «faible.» Les femmes de l’Allemagne nazie n’avaient pas accès à plusieurs professions, et la loi exigeait d’elles qu’elles se conforment à un rôle féminin traditionnel.


A L'Eternel Dieu soit Toute La Gloire !


Dernière édition par diddl2007 le Mar 29 Juil - 21:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Lun 28 Juil - 18:31

suite...

L’évolution et la guerre en Allemagne Nazie

Le darwinisme n’a pas seulement offert aux Allemands une interprétation significative de leur passé militaire récent, il leur a aussi fourni une justification pour des agressions futures : «Le succès militaire allemand dans les guerres bismarckiennes se glisse très bien dans les catégories darwiniennes […] de la lutte pour la survie, [démontrant] l’aptitude supérieur de l’Allemagne.»[48] La guerre était une force positive, non seulement parce qu’elle éliminait les races «inférieures,» mais parce qu’elle éliminait aussi les membres plus faibles des races «supérieures.» Hitler a déclaré sans gêne qu’il intentait de produire une race supérieure, mais il se fiait aussi à la pensée darwinienne pour édifier ses politiques d’extermination et de guerre.25 L’Allemagne nazie, se basant entre autres sur cet argument, glorifiait ouvertement la guerre, car elle était un moyen efficace d’éliminer les moins forts de la race supérieure, une étape nécessaire à l’évolution de la race. Clark conclut, en citant plusieurs passages de Mein Kampf, que :


«L’attitude d’Hitler envers la Ligue des Nations et la question de guerre ou de paix était basée sur les mêmes principes. ‘Une cour mondiale […] ne serait qu’une farce […] tout le monde naturel constitue une puissante lutte entre la force et la faiblesse –une victoire éternelle du fort aux dépends du faible. Il n’y aurait que de la pourriture dans toute la nature s’il n’en était pas ainsi. Les États qui [violent] cette loi élémentaire tomberont en pourriture. […] Celui qui veut vivre devra se battre. Celui qui refuse de se battre dans ce monde où la lutte permanente est la loi de la vie n’a pas le droit d’exister.’ Penser autrement est comme ‘insulter’ la nature. ‘La détresse, la misère et la maladie seront ses répliques.’» [49]


Le prestige allemand, a assuré Hitler, résultait surtout du fait qu’ils étaient belliqueux et qu’ils avaient ainsi éliminé leurs membres inférieurs durant des siècles.[50] Bien que les Allemands n’aient pas été étrangers à la guerre, cette nouvelle justification donnait beaucoup de force à leurs politiques. La vision selon laquelle l’éradication des faibles est une source majeure d’évolution a été bien exprimée par Wiggam :


«[…] à une certaine époque, l’homme n’avait guère plus de cervelle que ses cousins anthropoïdes, les primates. Mais, en frappant, en mordant et en se battant […] en déjouant ses ennemis et par le fait que ceux qui n’avaient pas suffisamment de force et de sens pour suivre étaient tués, le cerveau de l’homme est devenu énorme, et il s’est développé en agilité comme en sagesse, si ce n’est pas en taille […]»[51]


En d’autres mots, la guerre a un effet positif à long terme, car c’est uniquement par des conflits fatals que les hommes peuvent évoluer. Hitler a même déclaré vérité la contradiction selon laquelle la civilisation humaine telle qu’on la connaît n’existerait pas si ce n’était de guerres constantes. Et plusieurs scientifiques réputés de l’époque ont ouvertement défendu cette vision : Haeckel avait l’habitude de louanger les Spartiates, peuple de l’Antiquité qu’il considérait comme prospère et supérieur à cause de sa sélection biologique approuvée socialement. En tuant tous les enfants qui n’étaient pas «forts et parfaitement sains,» les Spartiates étaient «constamment dans un excellent état de force et de vigueur.»[52] L’Allemagne devait, selon lui, suivre cette coutume spartiate, soit l’infanticide des maladifs et des difformes, qui constituait «un avantage autant pour les nouveau-nés détruits que pour la communauté.» L’idée selon laquelle toutes vies ont une valeur égale et qu’elles devraient être préservées n’était, après tout, qu’un «dogme traditionnel,» une vérité à peine scientifique. 18 [53]


Cependant, l’hypothèse commune où la civilisation européenne est beaucoup plus évoluée que les autres, surtout à cause de ses guerres nombreuses par rapport aux autres nations, est fausse. La guerre est en réalité typique à pratiquement tout peuple, excepté dans certaines petites îles où la nourriture est abondante, ou chez des peuples vivant dans les régions polaires.[54] Dans l’Histoire, plusieurs tribus africaines étaient continuellement en guerre, comme dans la plupart des pays de l’Asie et de l’Amérique.



Le nazisme et la religion

L’opposition face au mouvement eugénique venait principalement des Allemands chrétiens. Bien qu’Hitler ait été baptisé catholique, il n’a jamais été excommunié, et «se considérait comme un bon catholique romain» dans sa jeunesse et utilisait parfois des termes religieux. Mais il était évident qu’il avait des sentiments anti-chrétiens forts et retentissants durant l’âge adulte, tout comme la plupart des chefs du parti nazi. Mais en tant que politicien doué, il a ouvertement tenté d’exploiter l’Église.[55] Hitler a un jour révélé son attitude envers le Christianisme lorsqu’il a franchement déclaré que la religion est :


«Un mensonge organisé [qui] doit être écrasé. L’État doit demeurer le maître absolu. Quand j’étais plus jeune, je croyais qu’il était nécessaire de me préparer à [détruire la religion] […] avec de la dynamite. Depuis, j’ai réalisé qu’il y a de la place pour un peu plus de subtilité […] L’état doit prendre place dans la chaise de Saint-Pierre, officier sénile; devant lui se trouvent quelques vieilles femmes sinistres. […] les jeunes gens en santé se trouvent de notre côté […] il est impossible de tenir l’humanité dans les mensonges et les liens pour l’éternité. Ce n’était qu’entre le sixième et le huitième siècle que le christianisme était imposé à nos peuples. […] Nos peuples avaient déjà réussi à vivre une vie convenable sans cette religion. J’ai six divisions d’hommes SS qui sont absolument indifférents en matière de religion. Cela ne les empêche pas de se diriger vers la mort avec la sérénité de l’âme.»[56]


Ses croyances telles que révélées dans cette citation sont extrêmement claires : les jeunes gens, qui étaient l’espoir de l’Allemagne, étaient «absolument indifférents en matière de religion.» Comme l’a noté Keith, le parti nazi percevait le darwinisme et le christianisme comme deux pôles opposés. Milner a dit du père allemand de l’évolution, Ernst Haeckel, que dans son Histoire Naturelle de la Création, il déclarait que «l’Église, avec sa moralité de l’amour et de la charité, est une fraude dépassée, une perversion de l’ordre naturel.»[57] L’une des raisons majeures ayant poussé Haeckel à conclure cela est que le christianisme :


«[…] ne fait aucune distinction de race ou de couleur; il cherche à faire tomber toutes les barrières raciales. Dans ce respect, la main du christianisme s’oppose à celle de la nature, car les races humaines ne constituent-elles pas la moisson que la nature s’est acharnée à produire à travers les âges ? Ne pouvons-nous pas dire alors, que le christianisme est anti-évolutif en lui-même ?» [58]


L’opposition à la religion était l’un des traits caractéristiques de la science allemande, et de la théorie politique allemande, dès ses débuts. Stein résume ainsi les propos d’Haeckel tirés d’un discours intitulé De l’évolution : la théorie de Darwin :


«[Haeckel] affirmait que Darwin voyait juste […] l’humanité avait sans aucun doute évolué du monde animal. Ainsi, et c’est ici que le pas fatal a été fait par Haeckel lors de sa première exposition majeure sur le darwinisme en Allemagne : l’existence sociale et politique de l’humanité était gouvernée par les lois de l’évolution, la sélection naturelle et la biologie, comme cela avait été clairement démontré par Darwin. Toute opposition consistait en une superstition dépassée. Et, bien entendu, c’était la religion organisée qui s’opposait et qui barrait le chemin au progrès scientifique et social.»[59]


Martin Bormann, qui a été le bras droit d’Hitler pendant plusieurs années et aussi l’un des hommes les plus puissants de l’Allemagne nazie, avait la même franchise : l’Église s’opposait à l’évolution et c’est pour cette raison qu’elle devait être condamnée; les Nazis, eux, se plaçaient du côté de la science et de l’évolution. En outre, les concepts nazis et chrétiens étaient incompatibles, puisque le christianisme est fondé :


«[…] sur l’ignorance de l’homme, et tente de garder une grande partie du peuple dans l’ignorance. […] Le socialisme national a, pour sa part, des bases scientifiques. Les principes immuables du christianisme, qui ont été introduits il y a presque deux mille ans, n’ont cessé de s’endurcir et sont devenus des dogmes étrangers à la vie. Le socialisme national, s’il désire poursuivre sa tâche, doit toujours se guider en se conformant aux nouvelles recherches scientifiques.»[60]


Bormann a aussi clamé que les églises chrétiennes savaient depuis longtemps que :


«[…] les découvertes scientifiques menacent leur existence. Ainsi, par les pseudo-sciences telles la théologie, ils tentent désespérément de supprimer ou falsifier les recherches scientifiques. La vision de notre monde social-national se tient sur un niveau beaucoup plus élevé que celui des concepts chrétiens, dont l’essentiel a été tiré du judaïsme. C’est également pour cette raison que nous pouvons nous passer du Christianisme.»60


Comme l’indique Humber, Hitler croyait que les Noirs étaient des «monstruosités qui se situent entre l’homme et le singe» et c’est pour cela qu’il s’opposait aux chrétiens allemands qui :


«[…] partent pour ‘l’Afrique centrale’ afin de fonder des ‘missions de nègres,’ ce qui transforme des ‘être humains sains en une couvée corrompue de bâtards.’ Dans son chapitre intitulé ‘La nation et la race,’ il a dit : ‘Les plus forts doivent dominer et non se mêler aux plus faibles, car ils sacrifient ainsi leur propre grandeur. Seul le rejeton faible verra ici une quelconque cruauté, mais il n’est après tout qu’un homme chétif et limité; car si cette loi ne l’emportait pas, tout développement supérieur concevable (Hoherentwicklung) d’êtres vivants organiques serait impensable.’ Dans les pages suivantes, il dit : ‘Laissez combattre ceux qui veulent vivre; ceux qui refusent de se battre dans ce monde de lutte éternelle ne méritent pas de vivre.’» [61]


Un critique littéraire a démontré que le racisme allemand aurait eu du fil à retordre si la position historique de la Création, dépourvue de théories condamnant les «races maudites,» avait été unanimement acceptée. L’une de ces théories bibliques était la pensée selon laquelle la Genèse enseigne que deux «types humains» ont été créés à l’origine; Adam et Ève la lignée raciale supérieure, et les «bêtes de la terre,» la lignée raciale inférieure noire.[62] [63] Peu de gens acceptaient cette idée, cependant.


Peu d’études scientifiques traitant directement du darwinisme et du nazisme existent –et plusieurs évolutionnistes évitent le sujet, car l’évolution est incontestablement sélective. L’une des meilleures études sur le darwinisme et le nazisme indique que les Nazis avaient une foi ferme dans leurs programmes d’extermination par le fait qu’ils étaient fondés sur la science évolutionniste.[64] Récemment, un grand nombre d’articles populaires ont couvert ce sujet dans une attitude étonnamment honnête et candide.[65] La source du nazisme est le darwinisme, et nous devons d’abord comprendre l’histoire afin d’empêcher ces événements de se reproduire. Pour reprendre les propos d’Hitler, ceux qui ignorent les leçons de l’histoire sont condamnés à les répéter.[66] Il faut cependant admettre que certains individus qui n’acceptaient pas l’évolution épousaient des idées non-évolutionnistes qui s’accommodaient avec le racisme. Néanmoins, ces individus étaient rares et les théories développées semblent surtout répondre à des idées préconçues ou justifier des systèmes sociaux existants.


A L'Eternel Dieu soit Toute La Gloire !


Dernière édition par diddl2007 le Mar 29 Juil - 21:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Lun 28 Juil - 18:31

suite...

Le nazisme : l’évolution appliquée

Dans la perspective moderne, plusieurs individus ont conclu que la Seconde Guerre mondiale et ses horreurs résultaient de l’idéologie d’un homme dément et cruel et de son administration tout aussi cruelle. Cependant, Hitler ne se percevait pas comme cruel, mais comme le bienfaiteur de l’humanité. Il croyait que dans les années à venir, le monde lui serait extrêmement reconnaissant pour avoir mis sur pied ces programmes, qui élevaient la race humaine à un niveau génétique évolutif supérieur, et qui mettaient fin à la pollution de la race en empêchant les mariages avec les races inférieures.


«Hitler a été influencé avant tout par les théories du darwinisme social du dix-neuvième siècle, dont la conception de l’homme en tant que matière biologique était dirigé par ses impulsions envers une société organisée. Il était convaincu que la race se désintégrait et se détériorait à cause de mauvais mariages résultant d’une promiscuité teintée de libéralité qui souillait le sang de la nation. Et ceci a mené à l’établissement d’un catalogue de mesures curatives ‘positives’ : l’hygiène raciale, un choix eugénique de partenaire, l’élevage d’êtres humains par des méthodes de sélection d’une part et d’extirpation de l’autre.»[67]


Les efforts d’Hitler pour mettre les membres de ces races inférieures dans des camps de concentration tenaient moins du désir de punir que du désir de protéger la communauté saine, comme il est d’usage de mettre les gens malades en quarantaine. Selon Haas, les Nazis croyaient que «tuer les Juifs et les autres était en fait une manière scientifique et rationnelle de servir un bien objectif plus élevé.»[68] Rudolf Hoess, le commandant d’Auschwitz ajoute : «un tel combat, légitimé par les dernières découvertes scientifiques, justifie les conceptions racistes de nations et de peuples inférieurs ou supérieurs, et valide le conflit qui existe entre eux.»[69] Pourtant, beaucoup d’individus vivant en Allemagne ont reconnu le mal qu’entraînait le darwinisme, et Nordenskiöld, le Ministre prussien de l’Éducation, a banni son enseignement autour de 1875 :


«[…] Le Ministre prussien de l’Éducation a fait passer une circulaire qui défend strictement les instituteurs du pays d’avoir quoi que ce soit à voir avec le darwinisme. […] dans le but de protéger les écoliers des dangers des nouvelles doctrines.»[70]


Une question intéressante se pose : l’holocauste nazi se serait-il produit si cette interdiction avait encore été en vigueur à l’époque ? Haeckel était au centre de cette lutte, et a obtenu beaucoup de soutient de la part


«[…] des libre-penseurs, et l’on peut facilement comprendre la hâte avec laquelle les amis de la liberté de pensée et d’expression se sont réunis pour l’appuyer en dépit de ses nombreuses erreurs, quand des réglementations scolaires telles que celles ci-haut mentionnées étaient adoptées […] Et de plus, le résultat en est venu à prouver la justification d’Haeckel; le darwinisme pouvait être barré dans les écoles, mais l’idée de l’évolution pénétrait partout. […] Et Haeckel a davantage contribué à ce résultat que quiconque; tout ce qui avait de valeureux dans ses discours est devenu permanent, alors que ses égarements ont été oubliés, comme ils le méritent.»70


Si un biologiste de notre époque était l’auteur de ces propos, il aurait sûrement évité le «comme ils le méritent,» car Haeckel est aujourd’hui reconnu en tant que fraudeur sans scrupules n’ayant rien à voir avec les horribles événements des années 1930 et 1940.


L’influence bien documentée du darwinisme sur l’holocauste a été grandement voilée par les médias. Les écrivains contemporains polissent, négligent ou déforment totalement la forte connexion qui existe entre le darwinisme et la théorie raciale nazie et les politiques qu’elle a produites. Mais comme Stein l’admet :


«L’on doute peu du fait que l’histoire de l’ethnocentrisme, du racisme, du nationalisme et de la xénophobie est également l’histoire de l’utilisation de la science et de l’action des scientifiques en vue d’appuyer ces idées et ces mouvements sociaux. Dans plusieurs cas, il est clair que la science a été utilisée comme matériel brut ou évidence par des acteurs politiques idéologiquement intéressés qui cherchaient des preuves pour soutenir leurs notions préconçues. La plupart des socio-biologistes contemporains et des étudiants en biopolitique affirmeraient que toute tentative visant à utiliser la science dans ce but tient en fait de la pure pseudoscience.»[71]


Il ajoute qu’il y a peu de doute à l’effet que cette attitude d’autoprotection est basée sur


«[…]une lecture volontairement tordue de l’histoire. L’histoire de l’ethnocentrisme et des courants semblables a aussi été l’histoire de plusieurs scientifiques respectés d’une certaine époque qui s’activaient à utiliser leur propre autorité afin d’avancer et soutenir des doctrines politiques ou sociales xénophobes et racistes au nom de la science. Ainsi, si les scientifiques de l’époque utilisaient la science de l’époque afin de faire avancer le racisme, il ne s’agit que d’une forme d’amnésie kuhnienne ou d’un blanchissement historique afin d’éliminer toute inquiétude concernant l’abus contemporain de la science par l’idée selon laquelle les abus du passé n’étaient que de la pseudoscience.»71


Darwin ne vivait pas seulement sa culture, comme on l’entend souvent. Selon Hull, «on nous a répété et répété que la raison pour laquelle la théorie de Darwin était si […] sexiste et raciste est que la société de Darwin était empreinte des mêmes caractéristiques.» Hull répond à cela en indiquant que Darwin «n’était pas si jeunot; il ne faisait pas que lire les caractéristiques de sa société dans la nature.»[72]


Le nazisme est souvent cité comme un exemple des dangers du zèle religieux, et très rarement comme le rôle-clé des eugénismes de Francis Galton, basés sur la théorie de la sélection naturelle épousée par son cousin Charles Darwin. Les eugénismes sont encore en vie aujourd’hui. En 1955, W. Rowan, un professeur de zoologie canadien, a noté que «le fait probablement le plus significatif est qu’il [Darwin] a finalement libéré l’humanité d’une grande mesure de proscription ecclésiastique et qu’il a offert à ses contemporains une liberté de pensée qui avait été inconnue pendant des siècles.»[73] Il affirme ensuite que de réduire l’influence des églises dans la société a permis de découvrir non seulement les moyens de l’évolution, mais de connaître que l’homme a les moyens, et qu’il peut soit diriger l’évolution, soit la laisser agir d’elle-même, ou pire encore, l’arrêter en contraignant les forces qui l’animent, causant ainsi la dévolution.


Dans ses écrits, Rowan déclare qu’il est tragique de voir que l’homme a choisi la dernière option. «La sélection est plus vitale au progrès humain que jamais. Le grand principe darwinien demeure […].» Il ajoute ensuite : «Quand l’homme a acquis l’intellect, il s’est dirigé vers un sentier tout nouveau et sans précédent dans le monde animal, le cours duquel dépend maintenant non de nouveaux changements physiques, mais de changements intellectuels et d’une sélection tout aussi intellectuelle.»[74] Malheureusement, conclut-il, les humains «sauvent» les individus intellectuellement inférieurs et passent à côté du but, qui est d’ordonner leurs rapports selon les lois de la biologie.74 Cette discussion, bien qu’adroite, est claire : ceux qui sont jugés moins forts par les évolutionnistes doivent être éliminés, ou les efforts visant à les sauver doivent être du moins limités; nous devrions laisser la nature faire son travail. Refuser de le faire mènera à la condamnation éventuelle de la race humaine.



Conclusion

Avec la ferme conviction que l’évolution darwinienne était vraie, Hitler s’est perçu comme le sauveur moderne de l’humanité. La société, pressentait-il, le verrait un jour comme un grand «socialiste scientifique,» le bienfaiteur de toute la race humaine. En générant une race supérieure, le monde le percevrait comme l’homme qui a mené l’humanité à un niveau élevé de développement évolutif. Si le darwinisme est une vérité, alors Hitler était notre sauveur, et nous l’avons crucifié. Comme résultat, la race humaine souffrira atrocement. Si le darwinisme n’est pas une vérité, ce qu’Hitler a tenté de faire doit être classé parmi les crimes les plus abominables de l’Histoire, et Darwin doit être perçu comme le père de l’une des philosophies les plus destructrices de l’Histoire.

Un passage tiré des écrits de Youngson affirme que l’application du darwinisme à la société, qui a porté le nom d’eugénismes, a produit l’une des bévues scientifiques les plus tragiques de tous les temps :


«La culmination du côté sombre des eugénismes a été, bien entendu, la tentative d’Adolf Hitler de produire une «race maîtresse» en encourageant la reproduction «d’Aryens» purs et en tuant six millions de personnes qu’il voyait comme génétiquement inférieures. Il ne serait pas juste de voir Galton le tenir entièrement responsable de l’holocauste ou même de son manquement à anticiper les conséquences de sa plaidoirie dans l’affaire. Mais il était certainement l’architecte principal des eugénismes, et Hitler était certainement obsédé par l’idée. Alors, en termes de conséquences, ceci doit être qualifié comme l’une des plus grandes bévues scientifiques de tous les temps.»

source : http://www.creationnisme.ca/publication/articles/holocauste.jsp?section=publication


A L'Eternel Dieu soit Toute La Gloire !


Dernière édition par diddl2007 le Mar 29 Juil - 21:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Georges D. Nightmare

avatar

Masculin Nombre de messages : 1098
Admirez-vous des politiciens ? : non
Date d'inscription : 21/05/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 1 007 000 $
Religion: 0 $
Origine: 1 007 000 $

MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Lun 28 Juil - 18:31

Tout ça c'est du pipo !!!
Non tout ça c'est du blabla irrecevable édicté par les créationistes. Il existe bel et bien des preuves qui prouvent de façon absolue les datations des fossiles de dinosaure.
Il n'y a que les preuves scientifiques qui nous apportent les réponses, et ces preuves vont dans le sens de Darwin, d'ailleurs aucun scientifique sérieux ne remet en doute sérieusement sa théorie. Que sa théorie ait servi de base aux nazis ne change rien aux preuves qui l'accompagnent.

Tout ce que tu racontes ci dessus est du pur délire culminant avec la mot des dinosaures lors du déluge !!!
Alors on ne connait pas l'origine de la vie elle meme mais c'est pas pour ça que ça prouve qu'il y a un dieu la dessous : et puis qui l'aurait créé ce dieu ?
Bon de toute façon je parle dans le vide : on sait très bien que les disciples des sectes ne voient que ce qu'ils veulent voir et surtotu que ce qu'on leur a mis dans le cerveau. Peut etre un jour pourras tu réfléchir par toi meme et te rendras tu compte de toutes les betises que tu racontes, je te le souhaite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georges D. Nightmare

avatar

Masculin Nombre de messages : 1098
Admirez-vous des politiciens ? : non
Date d'inscription : 21/05/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 1 007 000 $
Religion: 0 $
Origine: 1 007 000 $

MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Lun 28 Juil - 18:41

Quelle obscurantisme !!

Le cas de Diddl est particulièrement interessant car ça nous permet de voir jusqu'ou va la propagande religieuse pour affirmer ses convictions (d'ailleurs tout à fait erronnées).
Pour eux ce qui est écrit dans la bible a plus de valeur que la preuve scientifique. Il est interessant de noter aussi que tous les extremistes (islamistes, juifs, sectes etc...) réagissent de la meme façon !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doyle Kingsley
Governor of Florida
avatar

Masculin Nombre de messages : 1462
Age : 58
Date d'inscription : 27/04/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 6 Juin 1959 ( 49 ans )
Religion: Protestant
Origine: Allemande

MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Lun 28 Juil - 18:47

Et oui cela remet en cause leur idéaux plutôt que de les faire évoluer.
C'est ce que je reproche aux conservateurs religieux car le contexte en l'an 100 AD n'est plus le même qu'en 2008, et beaucoup d'évangélistes ce donne ce titre sans en avoir les compétences ni l'ouverture d'esprit et détruisent le travail des autres car non tout les religieux ne sont pas obscurantistes heureusement.

Mais malheureusement la plupart de ces individus ne fréquentent même pas de Temple, et se donnent une vocation, surtout sur le net, et donne une bien mauvaise image et se stigmatisent eux même.

La société a évolué les Pasteurs que j'ai pu côtoyer le répètent sans cesse, ce qui était valable hier doit être reconsidéré aujourd'hui, on n'évangélise plus comme au Moyen Age.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Lun 28 Juil - 20:12

Doyle a écrit:
Mais malheureusement la plupart de ces individus ne fréquentent même pas de Temple

Si tu dis cela, c'est tout simplement que tu ne comprends pas que l'Eglise, ce n'est pas un batiment mais les Chrétiens eux-mêmes.

L'Eglise de Dieu est répartie partout sur la planète.

Et beaucoup de Chrétiens aux USA fréquentent une Eglise mais souvent ils peuvent en changer car il y a une multitude d'Eglise Evangélique parfois dans un même quartier ou bien dans la même rue.

Et même Abraham Lincoln a dit :
That I am not a member of any Christian Church, is true; but I have never denied the truth of the Scriptures

Il avait compris qu'un vrai Chrétien, ce n'est pas celui qui va uniquement tous les dimanches dans un bâtiment mais c'est celui qui mets en pratique La Bible.


A L'Eternel Dieu soit Toute La Gloire !


Dernière édition par diddl2007 le Mar 29 Juil - 21:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Doyle Kingsley
Governor of Florida
avatar

Masculin Nombre de messages : 1462
Age : 58
Date d'inscription : 27/04/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 6 Juin 1959 ( 49 ans )
Religion: Protestant
Origine: Allemande

MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Lun 28 Juil - 20:25

Non tu n'as même pas compris ce que j'ai sous entendu, aller dans un Temple c'est pour justement parler avec différents Pasteurs et éviter de s'égarer avec des interprétations trop centrées.

Les Eglises comme beaucoup de bâtiments ont été construits par des gens bien plus dignes que ceux qui les ont utilisé.

Et la Bible peut de personne comprennent son sens ( Gnose ), alors évangéliser comme tu le fais sans fréquenter régulièrement un Temple ou consulter des Pasteurs alors tu ne fais que salir l'image de l'Eglise, évangéliser comme je te le répète ce n'est pas donné à tout le monde.

Au va au Temple non pas pour aller dans un Temple, mais pour parler et consulter un Pasteur, qu'on peut consulter en dehors du Temple notamment.

Pour recentrer le débat, ta vision de l'homosexualité ne concerne que ta vision, et désoler pour le hors sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Lun 28 Juil - 21:28

Doyle a écrit:
Au va au Temple non pas pour aller dans un Temple, mais pour parler et consulter un Pasteur

Nous n'appartenons pas à l'église catholique.
Mon seul Pasteur est Jésus Christ.
Après j'apprécie beaucoup communier avec mes frères et soeurs en Christ dans les Eglises ou dans les maisons et j'aime écouter les sermons des Pasteurs dans les Eglises tant que ceux-ci sont fidèles à La Parole de Dieu.


A L'Eternel Dieu soit Toute La Gloire !


Dernière édition par diddl2007 le Mar 29 Juil - 21:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Doyle Kingsley
Governor of Florida
avatar

Masculin Nombre de messages : 1462
Age : 58
Date d'inscription : 27/04/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 6 Juin 1959 ( 49 ans )
Religion: Protestant
Origine: Allemande

MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Lun 28 Juil - 21:53

Les Temples et Pasteur appartiennent au Protestantisme ( pas au catholicisme ) dont l'évangélisme est une branche donc forcément tu as du fréquenter un Temple et un Pasteur pour le catéchèse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Lun 28 Juil - 22:04

Si je dis que nous ne sommes pas dans l'église catholique, c'est parce que ta vision est la même que celle de l'église catholique alors que ce n'est absolument pas le cas dans le protestantisme car justement le seul point d'appui est la Bible. Ce n'est pas à l'église de nous enseigner comment comprendre La Bible mais c'est Dieu qui nous aide à sonder Sa Parole et les Chrétiens communient ensemble en partageant pour un enrichissement Spirituel. Tandis que les catholiques ne peuvent pas lire la Bible par eux-même, c'est le prêtre qui doit leur dire ce qu'ils doivent comprendre...


A L'Eternel Dieu soit Toute La Gloire !


Dernière édition par diddl2007 le Mar 29 Juil - 21:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Doyle Kingsley
Governor of Florida
avatar

Masculin Nombre de messages : 1462
Age : 58
Date d'inscription : 27/04/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 6 Juin 1959 ( 49 ans )
Religion: Protestant
Origine: Allemande

MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Lun 28 Juil - 22:17

Tu mélange un peu tout, pour apprendre la Bible que ce soit le Protestantisme ou le Catholicisme, Pasteur ou Prêtre, on passe obligatoirement par le Baptême et le catéchèse.

Par la suite une fois que tu as fait ta communion les Protestant n'ont pas le besoin de venir dans un Temple pour les Messe mais seulement pour parler ou demander une aide pour la lecture de la Bible.

Un Pasteur n'est pas un Curé ou un Prêtre, mais un guide qui est indispensable pour apprendre les écritures de la Bible.

Sinon on s'est encore éloigné du sujet initiale, désoler pour les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Mar 29 Juil - 0:02

Doyle a écrit:
Un Pasteur n'est pas un Curé ou un Prêtre, mais un guide qui est indispensable pour apprendre les écritures de la Bible.

Le Pasteur, bien sûr est dans son rôle lorsqu'il enseigne les Saintes Ecritures mais chacun dans l'Eglise peut apprendre à l'autre, ce n'est pas réservé qu'au Pasteur.


A L'Eternel Dieu soit Toute La Gloire !


Dernière édition par diddl2007 le Mar 29 Juil - 21:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Doyle Kingsley
Governor of Florida
avatar

Masculin Nombre de messages : 1462
Age : 58
Date d'inscription : 27/04/2007

Personnage RPG
Date de naissance et âge: 6 Juin 1959 ( 49 ans )
Religion: Protestant
Origine: Allemande

MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Mar 29 Juil - 1:07

Attend tu te détournes de ce que j'ai écrit :

Pour apprendre la Bible seul oui, mais pour l'apprendre aux autres, cela n'est pas donner à tout le monde et un long apprentissage est requis pour maitriser les arcanes de l'AT et du NT.

Et quoi qu'il en soit, pour apprendre quand on te baptises, tu dois suivre un catéchèse dans un Temple avec un Pasteur reconnu par l'Eglise Protestante comme tout Protestant ou Catholique dans le cas contraire tu n'est aucunement habilité à apprendre et diffuser aux non croyants le message de D.ieu sans en avoir les compétences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elliott D. Hamilton
Senator of Ohio
avatar

Masculin Nombre de messages : 489
Age : 50
Localisation : Cleveland, OH
Admirez-vous des politiciens ? : Barack Obama, Jonathan Edwards, Abraham Lincoln, JFK, Bill Clinton
Date d'inscription : 04/01/2008

Personnage RPG
Date de naissance et âge:
Religion: 500 000 $
Origine: 500 000 $

MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   Mar 29 Juil - 2:33

diddl2007 a écrit:
Elliott, toi qui admire Abraham Lincoln, tu devrait savoir que Mr Lincoln avait les mêmes convictions religieuses que moi.

Et entre parenthèse, paradoxalement si Mr Obama peut se présenter aux élections aujourd'hui, il le doit notamment à Mr Lincoln, un Républicain qui avait ces mêmes convictions religieuses que vous décriez tant.
Ce n'est pas parce qu'on admire un homme politique qu'on doit suivre à la lettre toutes ses préceptes, tel une brebis gâleuse ...

Et puis, réduire Lincoln a sa convonction religieuse, c'est un raccourci n'a pas lieu d'être à mon sens. A mon avis c'est le seul point commun entre lui et toi. Vous êtes séparés tous deux par le seuil de la tolérance et du bon sens ...

_________________
Perso RPG :
Elliott D. Hamilton
24/10/1967, 40 ans
Cleveland - Ohio
Sénateur Démocrate de l'Ohio
Chairman of The Democratic Senatorial Commitee
Conseiller à la santé et l'éducation nationale de Josh McGarry


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: McCain et le mariage gay   

Revenir en haut Aller en bas
 
McCain et le mariage gay
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Demande aide lecture acte mariage 1742 Cormeilles Eure
» Cherche lieu pour mariage
» Suggestions pour le forum: Mariage non filiatif, une plaie!
» essai mu mariage
» Anniversaire de mariage, noce de ............

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les élections américaines de 2008 :: Le duel Obama McCain-
Sauter vers: